EAUX USEES, DECHETS TOXIQUES, NAPPE PHREATIQUE POLLUEE : Petit Mbao agonise à cause des usines de la zone franche

Youssouph Bdian (Dakar Sénégal)

Petit Mbao, commune située à une vingtaine de kilomètre de Dakar, agonise lentement sous le poids des déchets liquides toxiques. Le village lébou créé vers 1444 est devenu le réceptacle des eaux polluées déversées par les nombreuses usines implantées dans la zone franche industrielle. Le canal du «mal» empoisonne depuis près de quatre décennies la vie d’une population désorientée qui continue à assister impuissante à la dégradation de son cadre de vie et au dérèglement d’un mode de vie longtemps rythmé par la pêche et l’agriculture. Deux activités de survie qui ont brutalement disparus au grand désarroi d’une population qui se débat pour rester en vie.

Usine Petit Mbao

A première vue, Petit Mbao Peulh est une cité calme et paisible. En cette matinée de lundi du mois de mars, le quartier, comme bercé par les vagues qui échouent à une dizaine de mètres des habitations, se réveille petit à petit. Sur un terrain vague au milieu de la cité, des enfants courent derrière un ballon qui, de temps à autre, va heurter un mur ou une porte d’une des bâtisses qui continuent à pousser comme des champignons dans ce quartier populaire habité depuis plusieurs années. Des mômes bruyants dont les cris se mélangent par moment aux hurlements des sirènes et autres machines des usines dont la plus proche est celle des ICS (Industries chimiques du Sénégal). De loin, on aperçoit ses grandes sphères d’acide phosphorique qui plombent dangereusement les habitations. Le nuage de fumée qui s’y échappe réduit la visibilité sur un rayon de près de 200 mètres.

L’horizon est invisible et incertain, à l’image de l’avenir de ces enfants dont la bonne humeur et le trop plein d’énergie contrastent avec le danger. Ils le côtoient quotidiennement au péril de leur vie et de celle d’une centaine de personnes qui meurent à petit feu dans ce coin oublié. Cette bourgade est bâtie sur du sable mouvant argileux, où par endroit on s’embourbe comme pour signaler aux visiteurs qu’il ne faudrait surtout pas s’aventurer pendant  l’hivernage dans ce quartier qui se transforme en marre à crapauds. Mais le plus grand danger ici reste le lac, une mare de 150 m2 qui jouxte le mur de clôture des ICS.  Plus on s’en approche, plus l’air devient de moins en moins respirable. Les narines sont fortement agressées par un mélange d’odeurs provenant des eaux toxiques d’une puanteur refoulant.

«C’est ainsi depuis la mise en place, en 1994, de la zone franche industrielle qui accueille plusieurs usines»,  confit l’air dépité et impuissant le chef de quartier de Petit Mbao Peulh. En effet, à deux cent mètres des habitations, on aperçoit dans le brouillard les installations des Industries chimiques de Sénégal  et d’autres installations industrielles qui tournent à plein régime. Toutes ces usines déversent leurs déchets liquides dans la mer à travers un canal qui vomit à une dizaine de mètres de la plage abandonnée, une eau noirâtre d’une odeur irrespirable. Avec l’effet du vent, l’odeur arrive jusque dans les maisons où la vie est souvent impossible.

«Il y a des jours où on est obligé de fermer portes et fenêtres pour échapper à l’odeur nauséabonde que même l’encens ne réussit pas à chasser quand le vent est très fort», lâche Tony Gueye, la trentaine, qui a déménagé à Petit Mbao dans la nouvelle maison de ses parents depuis moins de deux ans. Devant leur belle bâtisse R+1 peinte en beige, nous sommes vite rejoints par une jeune fille apparemment très intéressée par le sujet de notre conversation. Son nom Marianne.

Petite sœur de notre interlocuteur, elle a tenu elle aussi à jeter son grain de sel. L’air fatigué, le pagne négligemment noué, elle déclare : «Nous étions très heureux quand on a déménagé dans ce quartier en apparence très calme, mais on a très vite déchanté».

Au-delà de la forte odeur qui indispose, cette étudiante déplore le fait que les jeunes du quartier ne puissent pas profiter de la plage pourtant très proche, mais fortement souillée par les eaux polluées déversées par le tuyau considéré comme l’origine du mal vivre de toute une communauté. Le calvaire dure depuis plus de vingt ans avec des conséquences sanitaires, écologiques et économiques qui étouffent de jour en jour Petit Mbao.

 

Ici la pêche et l’agriculture se conjuguent au passé

 

Depuis près de cinq cent ans, les populations de Petit Mbao, majoritairement Lébous, ne vivaient que de pêche et d’agriculture. Mais aujourd’hui, ces activités ne sont plus d’actualité. Tout est parti de l’implantation de l’usine des ICS en 1978. Suivront ensuite plusieurs autres industries parmi lesquelles l’usine de tannerie «Sentha». Ainsi va naître la zone franche industrielle qui a fini par bouleverser la vie de milliers de personnes.

Un tour à la plage permet de constater l’ampleur des dégâts. Quelques pirogues sont abandonnées par endroit sur ce quai très animé dans le passé à cette heure de la journée. Mais aujourd’hui clairsemé, car juste quelques jeunes assis en petit groupes conversent bruyamment. «Tous nos jeunes qui sont majoritairement pêcheurs ont migré vers Mbour, Joal, Cayar, Kafountine… La mer ici est très polluée, ce qui fait que les poissons ont fui et ceux qui restent ne sont pas consommables», explique Momar Thioune. L’ancien responsable de la Commission environnement de la commune de Mbao se souvient avec beaucoup d’amertume de cette époque d’abondance qu’a connue son village natal. Sauf qu’aujourd’ui, les populations sont obligées d’aller acheter du poisson dans les autres localités. Ce qui était inimaginable dans le temps, selon notre interlocuteur.

L’agriculture et l’élevage qui étaient aussi des activités pratiquées dans le village ont disparu. La nappe phréatique polluée ne favorise plus la pratique du maraîchage qui fournissait le village en légumes. A Petit Mbao Peulh par exemple, aucun arbre ne pousse et le cheptel qui était jadis abondant a disparu, d’après le délégué de quartier, qui confie leurs bœufs, moutons et chèvres sont morts un par un  à force de boire l’eau polluée du lac.

 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: