Dialogue des partenaires sur la Gestion de l’Hygiène Menstruelle : Vers la prise en compte de la problématique dans les politiques publiques

Alain TOSSOUNON (Cotonou-Bénin)

Les officiels au cours du lancement des travaux

Du 23 au 24 mai 2019 se tient au Golden Tulip le Diplomate Hôtel de Cotonou, le Dialogue des parties prenantes sur la Gestion de  l’Hygiène Menstruelle (GHM) au Bénin. Initié par le Ministère de la santé en collaboration avec la Fondation Claudine Talon et le Conseil de Concertation pour l’Approvisionnement en eau et l’assainissement (WSSCC), ce dialogue  des partenaires qui rassemble plusieurs partenaires venus du Niger, du Sénégal et du Bénin constitue une étape importante d’un processus que tous les acteurs du sous-secteur de l’hygiène et de l’assainissement de base appelle de tous les vœux pour la prise en compte de la problématique de la Gestion de l’Hygiène Menstruelle dans notre pays dans les politiques et stratégies de développement.

 

Au Bénin, on estime que les contraintes liées à l’hygiène menstruelle sont parmi les causes d’abandon des classes de près de 11% des filles réglées. Selon les études récentes, une fille sur 10 manque l’école en raison de ses menstrues en Afrique saharienne. Egalement, de façon générale, les études menées au Bénin et dans la sous-région révèlent que les femmes et les filles en situation rencontrent les mêmes problèmes : la honte, le tabou, des absences du travail et de l’école et une souffrance silencieuse due au manque d’installations et de produits appropriés.

Face à cette situation préoccupante, le dialogue des partenaires a pour objectif, d’accompagner le gouvernement et les diverses parties prenantes pour une meilleure compréhension des enjeux liés à la GHM, tout en contribuant à l’amélioration des pratiques à travers un pool de formateurs en GHM qui multiplieront les sessions afin d’atteindre les populations du Bénin. Avant tout, la rencontre de Cotonou permettra de mieux comprendre l’étendue des défis auxquels font face les femmes et les filles en matière de GHM à l’école et en dehors, au travail, dans les marchés, à partir des études disponibles et des expériences vécues, d’identifier les acteurs sensibles et motivés pour promouvoir la problématique de la GHM dans les politiques, programmes et stratégies nationales, de fédérer les compétences et mutualiser les ressources pour une meilleure efficacité des interventions et enfin de disposer d’une masse critique de formateurs qui ont la connaissance requise et la compétence didactique en GHM.

A l’ouverture du dialogue, le Directeur de cabinet,  Pétas Enagnon Akogbéto, a rappelé  que suite à l’adoption des ODD par les gouvernements, une recommandation forte de ne laisser personne de côté a été faite au niveau de la cible 3 de l’Objectif 6.2. Selon cette recommandation,  une attention particulière doit être accordée aux femmes et aux filles ainsi qu’aux personnes vulnérables. Egalement, dans la course pour l’atteinte des ODD, le directeur de cabinet a précisé la nécessité de la prise en compte de la dimension de l’équité et de non-discrimination souvent oubliée et cachée par les statistiques globales. Précisant l’importance du dialogue, il a soutenu que le Ministère de la Santé a voulu jouer sa partition sur le sujet « sensible » que constitue la gestion de l’hygiène menstruelle. « Les menstruations sont encore un tabou avec les attitudes et croyances culturelles négatives qui freinent l’épanouissement de la femme. Les femmes et les adolescentes en période de menstruation sont souvent considérées comme «sales» ou «impures», et sont parfois contraintes à l’isolement forcé, à une mobilité réduite et à de restrictions alimentaires», a-t-il regretté. Constatant que plusieurs acteurs indépendants comme Catholic Relief Services, Fondation Claudine Talon, Plan Bénin, UNICEF interviennent de façon éparse, le directeur de cabinet a salué leur engagement avant de lancer un  appel à la recherche d’une meilleure connaissance du phénomène pour des actions plus concertées, plus coordonnées et donc plus efficaces.

Photo de famille des participants

Avant l’intervention du représentant du ministère en charge de la santé, Mme Sabine Vicentia Glèlè de la Fondation Caludine Talon, a reconnu que « la situation de la femme en menstrues est inacceptable ». Car, soutient-elle,  à l’école comme au travail ou en communauté, lorsque surviennent  les menstrues, la femme ou la fille est victime de l’isolement forcé, de l’exclusion des activités sociales ou scolaires, victime de la stigmatisation. Indiquant que c’est une violation de la Convention des Droits de l’Enfant, de la Convention pour l’élimination de toutes formes de discrimination à l’égard de la femme, elle a signalé que la Fondation Claudine Talon qui a pour vocation première d’améliorer les conditions de vie des femmes et des enfants en situation difficile au Bénin, s’investit depuis peu dans la gestion de l’hygiène menstruelle. Au total, 296 filles sont touchées par leurs interventions et 637 kits de serviettes ont été distribués dans 51 écoles au profit des filles.

Pour la chargée des programmes au niveau de l’Unité de l’Afrique de l’ouest du Conseil de Concertation pour l’approvisionnement en eau et l’assainissement (Wsscc),  Saskia Castelein, dont l’organisation intervient au Bénin à travers le Programme d’Amélioration de l’Accès à l’Assainissement et des Pratiques d’Hygiène en milieu Rural, les expériences du WSSCC en matière de Gestion de l’hygiène menstruelle ont permis de dégager plusieurs enseignements. Au nombre de ces enseignements, elle a souligné que la GHM est un sujet multidimensionnel qui nécessite une approche multisectorielle, elle a aussi des liens avec le secteur WASH, l’égalité des sexes, les droits des femmes, l’éducation, l’environnement, le travail, etc.

L’atelier se poursuit et devra à terme, déboucher sur une feuille de route après la mise en place d’une communauté d’acteurs institutionnels et opérationnels pour animer un dialogue entre parties prenantes. Egalement, les travaux permettront de mieux comprendre la problématique GHM et surtout sa prise en compte et sa priorisation dans des programmes et stratégies nationales adressant les ODD.

 

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: