Archive for February, 2015

February 25, 2015

L’eau, ressource en danger : quelles solutions pour le futur ?

Aïssatou FOFANA (Abidjan)

« Franchement cette histoire d’eau ne finira pas. Aucune goutte ne coule du robinet depuis plusieurs jours. Je suis obligée de me réveiller  chaque jour à quatre heures du matin pour espérer avoir de l’eau. Pffffff, quelle galère !!!!!! », Se lamente V. Aka. « Nous par contre, n’avons pas de problème d’eau. Bien au contraire, les personnes de l’extérieur viennent s’approvisionner chez nous », nous dit fièrement  A. Koné.  Ces deux personnes, bien que vivant des situations différentes, sont dans la même zone géographique, c’est-à-dire à Yopougon. La première habite dans le quartier situé aux alentours de la Maison d’arrêt et de correction d’Abidjan (Maca) appelé Micao et la seconde habite à Port-Bouët 2 précisément au quartier Texas. Cette inégalité en matière d’eau est légion non seulement dans la ville d’Abidjan, mais également à l’intérieur du pays, dépassant même les frontières de la Côte d’Ivoire car  certaines régions de l’Afrique de l’Ouest comme le Mali et le Burkina Faso font également face à ce genre de situation.

Le manque d’eau, source de conflits

Ce problème lié à la question de la gestion de l’eau, vieille déjà de plusieurs décennies, est toujours d’actualité dans la mesure où, dans certaines régions de l’Afrique de l’ouest des populations peines à se ravitailler en eau potable pendant que d’autres en ont abondamment. Cela a pour corollaire, dans la plupart des cas, la survenue de conflits ainsi que la dégradation de l’écosystème. Selon une étude du Programme des Nations Unies pour l’Environnement, (PNUE) publiée en février 2009, les ressources naturelles ont alimenté près de 18 conflits violents depuis 1990. La survenue de ces conflits influent considérablement sur l’environnement et sont accompagnés, le plus souvent, de famine et de maladies entraînant ainsi l’appauvrissement de ces zones. D’où l’importance de gérer les ressources naturelles, notamment  l’eau.  C’est ce qui a motivé la création du Partenariat Régional de l’Eau de l’Afrique de l’Ouest (GWP/AO) en mars 2002.   Ce partenariat sous régional, autonome et apolitique, vise comme il est stipulé dans l’article 3 dudit partenariat ‘’la promotion de la Gestion Intégrée des Ressources en Eau’’ en Afrique de l’Ouest.

Ainsi, chaque pays signataire de ce partenariat,  a obligation de mener des actions concrètes de concert ou au niveau local, visant à améliorer, et ce de manière efficiente, la gestion des ressources en eau afin que la population ouest africaine puisse avoir accès à l’eau de manière équitable et durable. En Côte d’Ivoire, le ministère des eaux et forêts, en collaboration avec d’autres partenaires locaux comme le réseau des journalistes et communicateurs pour l’eau, l’hygiène et l’assainissement (Wash-Jnci) s’efforcent de sensibiliser les élus locaux et la population.  ce effet, un atelier national d’information et de sensibilisation des parlementaires et élus locaux de la portion nationale sur la Charte de l’eau du bassin du Niger, s’est tenu le 21 mars 2014 à Abidjan. Á cette occasion également, un réseau de journalistes et communicateurs a été mis sur pied,  ‘’pour mieux faire connaître les activités de l’Autorité du Bassin du Niger et faire sa promotion auprès des usagers, car l’ABN souffre du manque de visibilité de ses activités qui sont peu ou pas connues‘’, selon l’expert en communication de l’Autorité du Bassin du Niger (ABN), Abdoulaye Kaya. Pour ce faire, ‘‘Des plans de communication avec les moyens adéquats seront dégagés afin de mener à bien les objectifs que devra atteindre le réseau‘’.

 

Ainsi, à l’instar de la Côte d’Ivoire, les pays ouest africains ont cette même vision, ce même objectif : celui de faire de l’Afrique de l’ouest une région où les populations, quel que soit l’endroit, si reculé soit-il, quel que soit le lieu, autant reculé qu’il soit, puissent bénéficier de la même qualité et de la même quantité d’eau.

De la nécessité d’impliquer les populations dans la gestion de l’eau

Cependant, force est de constater,  malgré tous les efforts fournis, il n’en demeure pas moins que les résultats ne sont toujours pas visibles sur le terrain. L’eau reste toujours mal exploitée. Une  enquête menée récemment nous a révélé que la majeure partie des personnes interrogées n’ont pas conscience de la valeur de l’eau et de sa surexploitation. Cette enquête nous a également révélé que cette population, la première touchée par les problèmes liés au manque d’eau est la moins informée sur la question. Comment  y remédier ?

À ce niveau, il incombe aux décideurs, et aux  institutions intervenant dans la gestion de l’eau en Afrique de l’Ouest, notamment en Côte d’Ivoire, de repenser les stratégies et les campagnes de sensibilisation. Cela pourrait passer par une évaluation minutieuse des campagnes et stratégies de communication ainsi que les actions menées sur le terrain aux fins de mettre à nu les obstacles liés à la gestion intégrée des ressources en eau, pas seulement en Côte d’Ivoire, mais aussi dans la région ouest africaine à l’instar du Burkina Faso qui a déjà fait une évaluation de la gestion de l’eau.  (Évaluation de la gouvernance de l’eau au Burkina Faso, 2009). Par ailleurs, associer les populations aux prises de décisions concernant la gestion de l’eau contribuerait à mieux cerner les problèmes auxquels sont confrontées ces populations.

L’eau précède le recul de la pauvreté

Tout comme la route précède le développement, avoir accès à l’eau précède également du recul de la pauvreté. Car une région en manque d’eau est généralement une région pauvre car sans eau, il n’y a pas de vie. L’eau est vitale et comme telle, sa gestion efficiente ne pourra qu’être bénéfique. Une eau durable et équitable  est une garantie pour le futur dans la mesure où, non seulement ces populations auront accès à l’eau, mais cette dernière, en raison de sa qualité, évitera à bien des personnes de souffrir de certaines maladies liées à l’eau comme le choléra.

 

 

 

 

 

 

 

Advertisements
Tags: , ,
February 15, 2015

Insalubrité : Les  lycées de capitale avec des toilettes dans un état déplorable

Par: Léon-Paul Gomes, Fadel Gomes da Silva et José Augusto Mendonça

La plupart des toilettes des écoles publiques du pays connaissent une mauvaise hygiène, avec pour la plupart  sans eau. La situation est dramatique.

 

Les toilettes dans un état déplorable pour les enfents

Les toilettes dans un état déplorable pour les enfents

Par exemple, les trois plus grands lycées de la capitale, à savoir “Rui Cunha Barcelo”, “Agostinho Neto” et “Kwame Nkrumah” visité par la reseaux des journalistes em matierie de eau et assanissement de Guinée-Bissau, nous présentent  un état déplorable en termes d’hygiène, robinets, portes et désinfectants.

“Les toilettes des étudiants ne sont pas dans des conditions minimales. Elle sont toujours sales, l’eau stagne avec des odeurs nauséabondes “, en référence à la révolte étudiante de” Rui Cunha Barcelo “rapportée par Bénédicte Augustin Gudinha.
La puanteur dans cette école fait que les étudiants ne peuvent pas assister aux cours. Les toilettes n’ont pas de dispositifs d’assainissement et les robinets sont sans goutte d’eau.
En effet, le président de l’association des étudiants de cette école, Rufino Aye, a corroboré ces allégations et a dit qu’il avait discuté de la situation avec le conseil scolaire et reçu l’assurance que la situation serait améliorée..
Son homologue de la “Agostinho Neto”, reconnaît que la situation sanitaire est précaire à l’école secondaire, mais attribué la responsabilité aux étudiants pour la mauvaise utilisation des salles de bains.
«Les étudiants ne collaborent pas pour l’hygiène scolaire, en particulier dans les salles de bains. Uriner sur le sol et quand déféquer pas jeter de l’eau “, critique Tanélcia Gomes Teixeira pointant ces attitudes comme une raison de la puanteur à l’école.
Les plaintes, le directeur adjoint de “Rui Cunha Barcelo” admis la situation, mais a promis que la gestion se efforcera de nettoyer le problème et améliorer la qualité de l’hygiène et de l’assainissement de l’école.
“Récemment, la direction de l’école a approuvé un calendrier mensuel pour le nettoyage de l’école, ce pour assurer un bon environnement sanitaire», a déclaré Justin John Có qui a dit que ce travail comprendra le nettoyage des salles de bains.
Le réalisateur de “Kwame N’Krumah”, a dit qu’il était au courant du problème du manque de salle de bains, car il ya qui sont bouché avec des bâtons et des morceaux de tissu, donc en désuétude.
“Quand je ai pris mes fonctions Novembre dernier, je ai trouvé qu’il n’y avait pas les conditions d’hygiène à l’école, en raison du manque de toilettes dans les salles de bains ou les élèves des enseignants, le directeur lui-même. Besoin d’être remplacé en raison du mauvais état dans lequel il est “reconnu Alanan Pereira.
Le directeur de la haute école a promis que la situation sera résolue progressivement sur la base des fonds disponibles et après le paiement du deuxième trimestre des frais.
Après cela, il a souligné, la priorité sera la réhabilitation de toutes les salles de bains et de là, les élèves auront à assumer ses responsabilités bon usage de latrines scolaires.
Selon Alanan, les étudiants sont principalement responsables de la détérioration de l’environnement hygiénique de la “salle de bain”.
Mis au courant des problèmes qui affectent les trois établissements d’enseignement de l’école secondaire en ce qui concerne l’hygiène et l’assainissement, le directeur général de l’Éducation, Geraldo Indeque regretté, mais a précisé que “vous ne pouvez pas résoudre tous les problèmes à la fois.”
Il a ajouté que le GIP investira dans la réparation des infrastructures scolaires, y compris les salles de bains.
Indeque cependant remis en question le sort des fonds qui sont mis à la disposition de chaque école pour les dépenses courantes, y compris le nettoyage et l’entretien de leurs écoles.
Pour cette année, selon un fonctionnaire, le ministère en collaboration avec les commissions scolaires, ne fonctionnera que sur les aspects de l’amélioration de l’hygiène dans les salles de classe, salles de bains et les cours d’école.
“Il se permet de faire tout à la fois. Pour la prochaine année scolaire, nous avons des maisons de bains décentes “, a promis Geraldo Indequi.
Cette situation malsaine observée dans les trois écoles secondaires Bissau également observé dans les écoles publiques et privées de l’éducation de base complémentaire, et même dans certains établissements d’enseignement supérieur.

February 15, 2015

Insalubridade: Liceus da capital com casas de banho em estado deplorável

Por: Leon-Paul Gomes, Fadel Gomes da Silva e José Augusto Mendonça

Article JoseBissau, 10 Fev 15 (ANG) – A maioria de casas de banhos das escolas, sobretudo públicas do país apresentam más condições de higiene, havendo alguns sem água.
Por exemplo, os três maiores liceus da capital, nomeadamente “Rui Barcelo Cunha”, “Agostinho Neto” e “Kwamé Nkrumah” visitados pela ANG, apresentam-se num estado deplorável em termos de higiene, sem pias, torneiras, portas e desinfectantes.
“As casas de banho dos alunos não têm mínimas condições. Estão sempre sujas, com águas estagnadas e deitando cheiros nauseabundos”, caracterizou revoltada a aluna de “Rui Barcelo Cunha” que se identificou por Benedita Agostinho Gudinha.
O mau cheiro nesta escola é tanto que os alunos de uma das salas adjacentes, sala 8 do bloco 5, não conseguem assistir as aulas. As casas de banhos carecem de pias e nem todas as torneiras deitam água.
Aliás, o presidente da associação dos estudantes do referido liceu, Rufino Ié, corroborou estas afirmações e disse ter abordado a situação com a direcção da escola e recebido garantias de que a situação seria melhorada “brevemente”.
A sua homóloga do “Agostinho Neto”, reconhece que a situação higiénica no liceu é precária, mas atribuiu responsabilidade aos alunos pela má utilização das casas de banho.
“Os alunos não colaboram para a higiene da escola, particularmente nas casas de banho. Urinam no chão e quando defecarem não deitam água”, criticou Tanélcia Gomes Teixeira que aponta estas atitudes como razão pelo mau cheiro na escola.
Confrontado com as queixas, o subdirector do “Rui Barcelo Cunha” admitiu a situação, mas prometeu que a direcção irá diligenciar para sanear o problema e elevar a qualidade de higiene e saneamento do liceu.
“Recentemente a direcção do liceu aprovou um calendário mensal para a limpeza da escola, isto para garantir um bom ambiente sanitário”, informou Justino João Có que disse que este trabalho vai incluir a limpeza das casas de banho.
A directora do “Kwame N´Krumah”, disse estar ciente do problema da falta de casa de banho, uma vez que as que ali existem se encontram entupidas de paus e pedaços de panos, portanto, em desuso.
“Quando tomei posse, em Novembro passado, constatei que não havia condições higiénicas na escola, devido a falta de sanitas nas casas de banhos quer dos alunos quer dos professores e até do próprio Director. Precisam de ser substituídas devido ao mau estado em que se encontram”, reconheceu Alanan Pereira.
A directora do liceu prometeu que a situação será resolvida paulatinamente em função dos meios financeiros disponíveis e depois do pagamento de propinas de segundo trimestre.
Depois disso, sublinhou, a prioridade será a reabilitação de todas as casas de banhos e a partir dai, os alunos terão que assumir as suas responsabilidades de bom uso das latrinas escolares.
Segundo Alanan, os alunos são os principais responsáveis pela deterioração do ambiente higiénico da “casa de banho”.
Posto ao corrente dos problemas que afectam os três estabelecimentos de ensino liceais no que se relaciona com a higiene e saneamento, o Director-geral do Ensino, Geraldo Indeque lamentou mas esclareceu que “não se pode resolver tudo de uma vez”.
Acrescentou que a DGE irá apostar na reparação das infra-estruturas escolares, inclusive as casas de banhos.
Indeque questionou entretanto o paradeiro dos fundos que são colocados a disposição de cada liceu para despesas correntes, nomeadamente trabalhos de limpeza e manutenção das respectivas escolas.
Para este ano, segundo aquele responsável, o ministério em conjunto com as direcções das escolas, vão trabalhar somente nos aspectos de melhoramento de higiene nas salas de aulas, casas de banhos e recintos escolares.
“Não há condições financeiras para fazer tudo de uma vez. Para o próximo ano lectivo contamos ter casas de banhos condignas”, prometeu Geraldo Indequi.
Esta situação de insalubridade constatada nos três liceus de Bissau também se verifica nas escolas públicas e privadas do ensino básico complementar, e até em algumas instituições de formação superior.