Sénégal: Une nouvelle station d’épuration pour éradiquer l’inondation sur l'Autoroute

Les autorités veulent des solutions durables à la récurrence de l’inondation de la RN1. Il est ressorti de la réunion présidée par le Premier ministre, Souleymane Ndéné Ndiaye, l’intensification des pompages dans le moins terme, la restauration des voies d’écoulement et la construction d’une station d’évacuation dans le long terme.
Le chef du gouvernement a présidé, ce Mardi 13 Septembre 2011, une réunion sur la libération de la Rn1 envahie par les eaux. Il a été retenu, dans l’urgence, d’intensifier les opérations de pompage. Le cumul des débits des pompes et des électropompes est déjà porté à 5000 mètres cubes par heure. « L’Etat a pris la décision de renforcer le dispositif de pompage.

Le ministère de l’Intérieur a déployé une capacité de 5000 mètres cubes pour pomper les eaux », informe le directeur de la Protection civile, Mar Lô. Dans le long terme, une nouvelle station sera construite dans cette zone pour régler de façon durable l’inondation de la Rn1 et des quartiers environnants.

« Nous avons identifié la construction d’une station de pompage pour collecter toutes les eaux et les refouler vers la mer. Les autorités ont donné des instructions pour que la procédure puisse être lancée », indique le directeur de l’exploitation de l’Office national de l’assainissement du Sénégal (Onas), Ousmane Camara, au sortir de la réunion présidée par le premier Ministre.
Au cours de cette rencontre, les techniciens ont exposé les vraies causes de l’inondation des routes. Outre la baisse de rythme d’évacuation de la station d’épuration, les abords de celle-ci font l’objet d’occupations irrégulières pour ne pas parler de spéculations foncières. « La station était inondée et les 26.000 mètres cubes d’eaux qui devaient être acheminés vers la mer ont fini par inonder la route nationale », explique le directeur de l’exploitation de l’Office national de l’assainissement du Sénégal (Onas), Ousmane Camara.

L’Etat travaille à mobiliser 500.000 millions de francs Cfa pour les opérations d’urgence afin de relancer la station et de libérer la RN1 et une partie de l’autoroute.
Cette inondation de l’autoroute est aussi la conséquence de l’obstruction des voies naturelles de passages d’eau. Cette zone humide perlée de mares et de lacs protégés par plusieurs conventions internationales est soumise à une occupation anarchique.

Les mares et les lacs sont remblayés obstruant du coup les écoulements naturels. Raison pour laquelle, l’une des mesures durables reste la restauration des voies naturelles de ruissellement. « Il y a des occupations irrégulières. Certains ont parfois des baux. Tous les titulaires de bail ont remblayé », soutient le directeur de la Protection civile, Mar Lô.
Les autorités qui ont exprimé la ferme volonté de résoudre, de façon définitive, l’inondation de la Route nationale numéro 1 ont pris l’option de restaurer les voies naturelles d’écoulement. « L’instruction a été donnée par le ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur pour faire la situation foncière, et évaluer les impacts pour éventuellement rouvrir le passage des eaux », rapporte le directeur de la Protection civile.
Rappelons que l’affaissement du mur de protection a eu des incidences négatives sur le fonctionnement de la station d’épuration.

Racine Kane avec Le Soleil

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: