Posts tagged ‘lavage des mains’

October 22, 2015

Journée mondiale de Lavage des mains : Le village de Sinder a accueilli la célébration

Ousmane DAMBADJI (Niamey)

Le Jeudi  15 octobre 2015, Gari, un  village insulaire  de la commune rurale de Sinder dans la région de Tillaberi  au Niger, a servi de cadre pour les activités   commémoratives  de la Journée Internationale de lavage des mains édition 2015 dont  le thème retenu est : lever les mains pour l`hygiène.

Le lavage des mains un geste qui sauve des vies

Le lavage des mains un geste qui sauve des vies

Organisée par la commune rurale de Sinder avec l`appui de l`ONG Internationale WATERAID, cette activité vise à informer et sensibiliser les populations de ladite commune sur les véritables dangers liés aux manques d`hygiène.  C’était en présence des  autorités communales, des membres du réseau des journalistes pour l`eau, l`hygiène et l`assainissement, des  ONG partenaires de WATERAID et de  plusieurs invités. Malgré sa situation de zone difficile, les populations de ce  village s’engagent  dans tous les processus de l’hygiène et assainissement avec l`appui de l`ONG Internationale WATERAID afin de lutter efficacement contre la pauvreté.

Pour rappel, c`était le  15 octobre 2008 que la première Journée mondiale du lavage des mains a été célébrée dans  de  nombreux pays. Son objectif principal est de sensibiliser un maximum de personnes sur les conséquences d’une mauvaise hygiène des mains.

Des institutions internationales  comme  WATERAID,  très impliquée dans l’organisation de cet évènement, indiquent  que la cible principale de cette journée est constituée par les enfants, et ce notamment dans les écoles. Par un lavage de mains régulier au savon, le taux de morbidité infantile lié aux maladies diarrhéiques peut être réduit de moitié.

Rappelons que 5.000 enfants de moins de cinq ans  décèdent chaque année des suites d’une maladie diarrhéique due à l’utilisation d’eaux contaminées… alors que le “remède” est connu et simple à mettre en œuvre: se laver les mains après avoir été aux toilettes ou avant de manger. Le lavage des mains au savon est le moyen le plus efficace et le moins coûteux de prévenir les maladies diarrhéiques et les pneumonies.

Dans le monde,  2,6 milliards d’êtres humains, dont 630 millions en Afrique ne disposent pas d’un assainissement  adéquat de base.

Au Niger, selon le rapport de l’INS en 2012 64,3% de la population urbaine dispose de latrines contre seulement  7,21% de la population rurale. Ces données comparées aux taux de la troisième enquête démographique et de santé à indicateurs multiples (EDSN-MICS III 2006), montrent une nette amélioration du taux de couverture en milieu urbain (64.3 en 2013 et 38,4 en 2006), contre une évolution insignifiante du taux de couverture en milieu rural (7,2 en 2013 et 6,7 en 2006).

Pour la population nigérienne essentiellement rurale et périurbaine le lavage des mains au savon n’est pas encore une pratique généralisée. Elle est même peu courante.

Cette situation constitue chaque année la cause d’épidémies et de milliers de décès qui auraient pu être évités, en particulier chez les enfants. Les maladies dues à un assainissement insuffisant et aux mauvaises pratiques d’hygiène sont elles-mêmes causes d’absentéisme à l’école et sur les lieux de travail, et donc d’un faible niveau des performances scolaires et de pertes économiques importantes à l’échelle d’un pays. L’accès à un assainissement de qualité est une condition nécessaire pour garantir la dignité des populations, contribuer au développement des pays et lutter contre la pauvreté.

En réponse aux recommandations du Conseil consultatif sur l’eau et l’assainissement auprès du Secrétaire Général de l’ONU et à l’initiative notamment de la France, de la République Fédérale de l’Allemagne et du Japon, l’Assemblée générale des Nations Unies a décidé de déclarer l’année 2008 « Année internationale de l’assainissement ».  Année au cours de laquelle,  pour la première fois, a été célébrée la journée mondiale du lavage des mains au savon.

Pourquoi  la commune de   Sinder ?

La commune de Sinder fait partie des zones d`intervention de l`ONG Internationale WATERAID et cela depuis  2009. Un partenariat très positif qui a permis d`enregistrer  des résultats probants en matière d`accès à l`eau potable et a l`assainissement à travers la mise en œuvre de plusieurs projets  et programmes  de développement. En effet pour mieux accompagner  les efforts du gouvernement  du Niger dans  la réussite du programme d`alimentation en eau potable et a l`assainissement mais aussi la vulgarisation de la stratégie opérationnelle de l`hygiène et de l`assainissement de base (SOPHAB), WATERAID injectera environs 100 millions de franc CFA dans ladite commune pour la période 2015-2016. Un appui qui va sans nul doute booster les indicateurs d`accès a l`eau et a l`assainissement à Sinder.

C`est pourquoi  dans son allocution de bienvenue, le chef du village du GARI  a salué les efforts de l’ONG internationale WaterAid, partenaire privilégié qui répond promptement aux sollicitations des populations depuis 2009.

Quant  au  Maire de la commune rurale  de Sinder,  Monsieur Hassan SITA, après avoir présenté sa commune, il a indiqué que le village de Gari ne dispose pas  beaucoup d`infrastructures de base et les populations sont  pour la plupart   exposées aux différentes maladies. Le maire Sita de souligner que  ces  actions de sensibilisation doivent être menées  au niveau de tous les villages de sa commune pour amener les populations à comprendre l`hygiène et l`assainissement comme seul moyen de  lutter contre la pauvreté.

Le directeur du programme de WaterAid , Monsieur  Moumouni KIMBA ALFARI, après avoir rappelé aux populations les avantages liés a une bonne hygiène des mains, a aussi  saisi cette occasion pour réitérer l’ engagement de son l’ONG a appuyer les populations de la commune de Sinder a traves la réalisation des forages, la réhabilitation des pompes, la construction des mini-adduction d`eau potable et de plusieurs latrines familiales.

En procédant au lancement officiel de cette activité, le Secrétaire Général    de la préfecture de Tillabéry, Monsieur Ahmed Yacouba, a salué l`engagement de l`ONG Internationale  WaterAid et la place qu`elle  occupe dans le processus du développement de notre pays. Ahmed Yacouba a aussi précisé que les actions de WaterAid cadrent parfaitement avec les orientations du programme du Président de la République, chef de l`Etat, avant  de demander aux responsables de l`ONG de transmettre toute la gratitude et la reconnaissance des populations de la région de Tillabery et en particulier celles de la commune rurale de Sinder aux plus hauts responsables de l`ONG WaterAid du bureau Afrique de l`Ouest a Dakar et ceux du bureau international basé  à Londres en Angleterre.

Aux termes de cette activité, une démonstration de lavage de main au savon  par les autorités communales et les  représentants de WaterAid a été faite aux populations.

Un don des matériels aratoires a  été  remis   aux responsables du centre de santé et l`établissement scolaire du village ainsi qu`au comité villageois de salubrité.

October 21, 2014

Journée mondiale du lavage des mains 2014:  Se laver les mains pour éviter Ebola

Florette MANEDONG (CAMERWASH)

C’est le message qu’a fait passer l’association Education for all Cameroun (Efacam) associée à CAMERWASH et ses partenaires, mercredi 15 octobre 2014 dans l’école maternelle et primaire bilingue Sainte Julie  au quartier Jouvence à Yaoundé.

Le 15 octobre 2008, la première Journée mondiale du lavage des mains a été célébrée dans de très nombreux pays. Son objectif principal est de sensibiliser un maximum de personnes sur les conséquences d’une mauvaise hygiène des mains. L’Unicef, très impliquée dans l’organisation de cet évènement, indique que la cible principale de cette journée est constituée par les enfants, et ce notamment dans les écoles. Par un lavage de mains régulier au savon, le taux de morbidité infantile lié aux maladies diarrhéiques peut être réduit de moitié.

Chaque année, 5 000 décès sont enregistrés dans les pays en voie de développement. Ces derniers sont donc concernés au premier chef par la campagne: 5.000 enfants de moins de cinq ans décèdent chaque année des suites d’une maladie diarrhéique due à l’utilisation d’eaux contaminées… alors que le « remède » est connu et simple à mettre en œuvre: se laver les mains après avoir été aux toilettes ou avant de manger. Le lavage des mains au savon est le moyen le plus efficace et le moins coûteux pour prévenir les maladies diarrhéiques et les pneumonies.

Voilà pourquoi, ce mercredi 15 octobre 2014 au quartier Jouvence à Yaoundé, dans l’école Maternel et Primaire Bilingue Sainte Julie, l’association Efacam en a fait son cheval de bataille. Arrivé sur les lieux aux environs de 7h45, l’équipe de Education for All Cameroon, couplée à celle de Camerwash, se sont mis en droit de sensibiliser le beau monde réunis pour les accueillir. À leur tête, les élèves, les parents d’élèves, le fondateur de l’école Guillaume Jiotsa, et la directrice dame Noumene attendent les instructions. La petite leçon matinale commence d’abord par une sensibilisation. Le responsable d’Education for All Cameroun, Leclère Diffo, révèle que : ‘’bien que n’étant pas encore présent sur le territoire camerounais, la maladie à virus Ebola rôde pas très loin de nous, qu’il importe d’attirer l’attention auprès des élèves pour assurer la prévention’’. Depuis mars 2014, plus de 600 cas et 390 décès ont été notifiés en Guinée, au Libéria et en Sierra Leone. Tandis que le nombre de cas suspects, probables et confirmés et de décès évolue rapidement, la flambée ne laisse pas d’inquiéter les autorités sanitaires car la maladie peut se transmettre dans les communautés et les établissements de soins, et elle est apparue dans les villes comme dans les zones rurales et frontalières.

Le Cameroun en tête

Cette affection, qui provoque des hémorragies sévères et peut tuer jusqu’à 90 % des sujets atteints, se propage par contact direct avec le sang et les liquides biologiques d’animaux ou de personnes infectées. Il en est de même pour le choléra, quant à lui, déjà bien présent sur l’étendu du territoire camerounais : Les régions notamment de l’extrême nord, du nord et de l’Adamaoua affrontent une épidémie de choléra depuis avril 2014. Les derniers chiffres officiels, font état de 74 décès sur 1598 cas signalés. La présence de réfugiés et la menace de Boko Haram dans ces régions, couplée à la saison des pluies et au manque d’eau potable, favorisent les contaminations. Le Cameroun est en tête des pertes en vies humaines, avec 554 décès pour 14 730 cas.

Pour cela, il est important de se laver régulièrement les mains, aussi souvent que possible, avec de l’eau courante et du savon. Mais davantage, les laver indubitablement aux sorties des toilettes et avant chaque repas. Pour s’assurer que la leçon du jour a été bien assimilée, les jeunes écoliers, tout enthousiastes et excités, se sont prêtés à la phase pratique de la leçon. Après le leur avoir montré, le coordonateur de Camerwash s’est effacé pour laisser les enfants faire à leur tour. La leçon terminée, un rapide tour de question a été fait pour s’assurer que la leçon du jour a été bien assimilée. C’est chose faite, on peut s’en aller tranquille, et la classe habituelle peut enfin reprendre.

 

October 21, 2014

Célébration de la Journée mondiale de lavage des mains : Le lavage des mains dans le contexte de la lutte contre le virus Ebola

Amani Mounkaïla B- (REJEA-Niger)

Niamey : Le mardi, 14 octobre 2014, le Réseau des journalistes pour l’eau l’Hygiène et l’assainissement (REJEA), en collaboration avec Water Aid, l’Ong internationale OXFAM, l’Agence EAA, l’ Institut Pratique de Santé Publique (IPSP) et le ministère de la Santé Publique, a organisé une conférence débat à l’IPSP de Niamey pour sensibiliser les étudiants sur la nécessité du lavage des mains, surtout dans ce contexte de lutte contre Ebola.

Table de séance à IPSPEn prenant la parole pour souhaiter la bienvenue aux participants, le directeur général de l’IPSP M. Abdoulaye SANDA MAÏGA , s’est réjoui du choix porté sur son école pour célébrer cette journée et a promis de mettre en place les dispositifs pour inciter les étudiants à la pratique du lavage des mains.
Le président du REJEA, M. Ousmane Dambadji a demandé aux étudiantes et étudiants de cette école de santé publique de faire du lavage des mains un geste qui sauve des vies. Il a par ailleurs insisté sur la nécessité de sensibiliser les patients à adopter ce geste d’hygiène important pour la vie.
Quant au directeur Pays de Water Aid, cette journée est particulière, car, elle se déroule dans un contexte de lutte contre le virus Ebola.
Le directeur de cabinet du ministère de la Santé Publique a saisi cette occasion pour dire à l’assistance que le gouvernement s’active à mettre en place un dispositif de lutte. En plus de ces moyens, le lavage de la main sera une opportunité pour sauver des vies.
Le conférencier a défini le virus, le mode de contamination, sa propagation, les moyens de protections et les différents efforts consentis par le gouvernement du Niger pour la sensibilisation des populations. Après un débat interminable, les étudiants sont partis heureux d’avoir recueilli des informations pratiques pouvant les aider à réduire les risques de contamination. Le lavage des mains est un geste qui sauve des vies.

October 19, 2014

Le lavage des mains: Un geste pour rester en bonne santé

Makéba TCHIBOZO (Bénin) 

Aussi banal que cela pourrait paraitre, le lavage des mains à l’eau et au savon est le moyen le plus efficace et le moins coûteux pour prévenir les maladies diarrhéiques, les pneumonies et les maladies infectieuses. Il devient encore plus important dans le contexte actuel où le virus Ebola sévit en Afrique de l’Ouest. En ce jour où le monde entier célèbre la journée mondiale du lavage des mains, il est nécessaire de rappeler aux populations les bienfaits de ce geste afin de sauver des vies.

 

???????????????????????????????Selon les statistiques, 5000 enfants de moins de cinq ans décèdent chaque année des suites d’une maladie diarrhéique alors que le “remède” est connu et simple à mettre en œuvre: se laver les mains après avoir été aux toilettes ou avant de manger. Même si elles sont propres en apparence, les mains peuvent être porteuses de germes. Les microorganismes (germes) aboutissent sur les mains de différentes manières.  Lorsqu’un malade éternue ou tousse, les germes de la maladie sont expulsés dans l’air sous forme de minuscules gouttelettes. Si elles atterrissent sur vos mains et que vous touchez votre bouche, vos yeux ou votre nez sans d’abord éliminer les germes, vous devenez porteur de la maladie. Le fait de ne pas se laver les mains, avant et après la préparation des aliments, après avoir manipulé de la viande crue ou être allé aux toilettes peut également rendre malade. En plus d’aider à prévenir la maladie, le fait de se laver les mains réduit le risque d’infecter d’autres personnes. Si vous ne vous lavez pas les mains convenablement avant d’entrer en contact avec d’autres, vous risquez de leur transmettre les germes présents sur vos mains. Le virus peut aussi se propager par les germes que des mains non lavées déposent sur des objets communs comme une poignée de porte, un clavier, un appareil ménager ou professionnel. Le contact par les mains peut propager des troubles bénins comme le rhume, mais aussi des maladies plus graves, voire mortelles. Les très jeunes enfants, les personnes âgées, celles qui sont atteintes d’une maladie préexistante ou celles dont le système immunitaire est affaibli, notamment par le VIH ou le sida, sont particulièrement vulnérables aux maladies infectieuses.

Même si se laver les mains peut paraître simple, il est recommandé de suivre les étapes suivantes pour éliminer complètement les germes. Il suffit de vous laver souvent les mains à l’eau savonneuse pendant au moins 20 secondes. À défaut d’eau et de savon, vous pouvez recourir aux désinfectants à base d’alcool pour les mains. Dans la plupart des cas, il n’est pas nécessaire d’utiliser du savon antibactérien pour avoir les mains propres. Retirez vos bagues et bijoux et mouillez-vous les mains à l’eau chaude. Avec du savon régulier, faites mousser partout sur les mains et frottez pendant au moins 15 secondes. Lavez la paume et le dessus des mains ainsi que les sections entre les doigts et sous les ongles. Rincez-vous ensuite les mains à fond à l’eau courante chaude en les frottant l’une contre l’autre. Après cette étape, essuyez-vous doucement les mains avec un essuie-tout ou une serviette propre. Un séchage vigoureux peut endommager la peau. Vous devez vous servir de l’essuie-tout pour fermer le robinet afin d’éviter toute recontamination. Dans les toilettes publiques, conservez l’essuie-tout pour ouvrir la porte en sortant. Si la peau s’assèche, utilisez une lotion hydratante. Cependant, si vous avez la peau sensible ou que votre emploi exige que vous laviez souvent les mains (comme un agent de santé), vous pourriez envisager l’utilisation d’un désinfectant à base d’alcool.

Réduire les risques de contamination par les mains

Voici quelques mesures qui vous permettront de protéger votre famille. Il faut souvent se laver les mains, surtout après avoir toussé, éternué ou utilisé un papier-mouchoir, avant et après les repas, avant de préparer des aliments, après avoir manipulé de la viande crue, après avoir touché à un animal et après être allé aux toilettes. Lorsque vous toussez ou éternuez, utilisez un papier-mouchoir ou faites-le dans le creux de votre bras. Il faut surtout éviter d’éternuer dans la main et n’oubliez pas de jeter les mouchoirs souillés à la poubelle. À la maison et au bureau, il est nécessaire de nettoyer les surfaces pour éliminer les germes, notamment les poignées de porte, les interrupteurs de lumière, les téléphones et les claviers. Si vous avez des enfants, enseignez-leur les mesures d’hygiène élémentaires et comment se laver les mains adéquatement. Évitez d’utiliser le même linge humide pour nettoyer les mains de plusieurs enfants, de se rincer les mains dans une cuvette ou un bassin d’eau, de partager le même essuie-main. N’utilisez pas d’éponges ou de torchons réutilisables, à moins de les changer tous les jours et de les laver avec du détergent car les germes prolifèrent sur les surfaces mouillées.

En l’absence d’eau et de savon, il est possible d’utiliser un désinfectant à base d’alcool. Si vos mains sont visiblement souillées, il est préférable d’utiliser de l’eau et du savon. Si ce n’est pas possible, enlevez la saleté à l’aide de lingettes avant d’utiliser un désinfectant à base d’alcool. Les mains doivent être sèches lorsque vous appliquez le produit, car l’eau dilue le produit. Il faut utiliser assez de désinfectant pour couvrir toute la surface des mains et des doigts et bien les frottez jusqu’à ce que le produit se soit évaporé. Si la peau s’assèche, utilisez une lotion hydratante.

Makeba Tchibozo

August 11, 2014

Epidémie d’Ebola: Une opportunité pour renforcer la sensibilisation sur le lavage des mains au Bénin

Alain TOSSOUNON (Bénin) 

Malgré les cas suspects signalés à Tanguiéta ou à Porto-Novo, aucun cas d’Ebola n’a été confirmé officiellement encore par les autorités béninoises. Contrairement aux quatre pays (La Guinée-Conakry, le Libéria, la Sierra-Leone,) qui ont déclenché l’état d’urgence ce week-end, le Bénin n’a pas encore enregistré son premier cas. Pour l’heure, cette épidémie à l’ origine de 1000 morts déjà, inquiète les Béninois et avec eux tout le monde entier.

Le lavage des mains, un geste simple qui sauve des vies

Le lavage des mains, un geste simple qui sauve des vies

Dans les pays voisins de l’Afrique de l’ouest, une partie de l’Afrique où les migrations entre populations sont particulièrement grandes, plusieurs mesures parfois dures pour les économies nationales, sont désormais envisagées pour limiter les risques de contamination entre les populations. Des dispositions de filtrage au niveau des frontières, à l’instauration de zones de quarantaine et l’interdiction des rassemblements publics comme en Sierra-Léone, certains pays comme la Côte d’ivoire interdisent désormais des vols en direction des pays touchés par l’épidémie.
Face à la situation, l’Organisation Mondiale de la Santé a décrété « l’urgence de santé publique de portée mondiale » pour sonner la mobilisation de la communauté internationale afin de trouver les moyens scientifiques et financiers de barrer la route à cette fièvre au taux de décès variant entre 25 à 90 %.
Ainsi, si pour le moment le Bénin attend d’enregistrer son premier cas -ce qui n’est pas souhaitable- il y a lieu d’intensifier et de renforcer la sensibilisation pour l’appropriation par les populations, des règles d’hygiène sanitaire comme le lavage des mains.
Car, en l’absence de traitement efficace et de vaccin pour l’homme, la sensibilisation aux facteurs de risque et la connaissance des mesures de protection à prendre à titre individuel sont le seul moyen de réduire l’infection et la mortalité chez l’être humain. Et l’une des mesures recommandées en dehors de toutes les autres par l’OMS, c’est la diffusion de messages éducatifs de santé publique visant le lavage régulier des mains à l’eau et au savon. Un geste fort simple mais qui depuis plusieurs années, a du mal à faire fortune dans notre pays au niveau des populations béninoises.
En effet, seulement 3 personnes sur 10 se lavent les mains à l’eau et au savon aux moments critiques à savoir avant de manger et après les toilettes. Pourtant, toutes les études montrent que le lavage des mains bloque la transmission d’agents pathogènes qui sont à l’origine de plusieurs maladies dont la diarrhée, la typhoïde, le choléra… Une étude récente (Curtis et Cairncross, 2003) indique que le lavage des mains au savon, en particulier après un contact avec les excréments peut réduire l’incidence diarrhéique de 42% à 47%.
Avec un taux de lavage des mains très bas au Bénin, l’apparition du virus Ebola pourrait avoir des conséquences désastreuses. Avant qu’il ne soit trop tard, le gouvernement et toutes ses structures déconcentrées, devraient promouvoir dans le contexte de psychose et dans la hantise de l’apparition du premier cas d’Ebola, des programmes de lavage des mains. Si par le passé, le lavage des mains à l’eau et au savon avait du mal à passer, avec le virus Ebola, le moment devrait être saisi pour que nos populations comprennent tout le bien fondé de ce geste simple, qui constitue à lui seul un vaccin contre plusieurs maladies.