Archive for October, 2014

October 21, 2014

Journée mondiale du lavage des mains 2014:  Se laver les mains pour éviter Ebola

Florette MANEDONG (CAMERWASH)

C’est le message qu’a fait passer l’association Education for all Cameroun (Efacam) associée à CAMERWASH et ses partenaires, mercredi 15 octobre 2014 dans l’école maternelle et primaire bilingue Sainte Julie  au quartier Jouvence à Yaoundé.

Le 15 octobre 2008, la première Journée mondiale du lavage des mains a été célébrée dans de très nombreux pays. Son objectif principal est de sensibiliser un maximum de personnes sur les conséquences d’une mauvaise hygiène des mains. L’Unicef, très impliquée dans l’organisation de cet évènement, indique que la cible principale de cette journée est constituée par les enfants, et ce notamment dans les écoles. Par un lavage de mains régulier au savon, le taux de morbidité infantile lié aux maladies diarrhéiques peut être réduit de moitié.

Chaque année, 5 000 décès sont enregistrés dans les pays en voie de développement. Ces derniers sont donc concernés au premier chef par la campagne: 5.000 enfants de moins de cinq ans décèdent chaque année des suites d’une maladie diarrhéique due à l’utilisation d’eaux contaminées… alors que le « remède » est connu et simple à mettre en œuvre: se laver les mains après avoir été aux toilettes ou avant de manger. Le lavage des mains au savon est le moyen le plus efficace et le moins coûteux pour prévenir les maladies diarrhéiques et les pneumonies.

Voilà pourquoi, ce mercredi 15 octobre 2014 au quartier Jouvence à Yaoundé, dans l’école Maternel et Primaire Bilingue Sainte Julie, l’association Efacam en a fait son cheval de bataille. Arrivé sur les lieux aux environs de 7h45, l’équipe de Education for All Cameroon, couplée à celle de Camerwash, se sont mis en droit de sensibiliser le beau monde réunis pour les accueillir. À leur tête, les élèves, les parents d’élèves, le fondateur de l’école Guillaume Jiotsa, et la directrice dame Noumene attendent les instructions. La petite leçon matinale commence d’abord par une sensibilisation. Le responsable d’Education for All Cameroun, Leclère Diffo, révèle que : ‘’bien que n’étant pas encore présent sur le territoire camerounais, la maladie à virus Ebola rôde pas très loin de nous, qu’il importe d’attirer l’attention auprès des élèves pour assurer la prévention’’. Depuis mars 2014, plus de 600 cas et 390 décès ont été notifiés en Guinée, au Libéria et en Sierra Leone. Tandis que le nombre de cas suspects, probables et confirmés et de décès évolue rapidement, la flambée ne laisse pas d’inquiéter les autorités sanitaires car la maladie peut se transmettre dans les communautés et les établissements de soins, et elle est apparue dans les villes comme dans les zones rurales et frontalières.

Le Cameroun en tête

Cette affection, qui provoque des hémorragies sévères et peut tuer jusqu’à 90 % des sujets atteints, se propage par contact direct avec le sang et les liquides biologiques d’animaux ou de personnes infectées. Il en est de même pour le choléra, quant à lui, déjà bien présent sur l’étendu du territoire camerounais : Les régions notamment de l’extrême nord, du nord et de l’Adamaoua affrontent une épidémie de choléra depuis avril 2014. Les derniers chiffres officiels, font état de 74 décès sur 1598 cas signalés. La présence de réfugiés et la menace de Boko Haram dans ces régions, couplée à la saison des pluies et au manque d’eau potable, favorisent les contaminations. Le Cameroun est en tête des pertes en vies humaines, avec 554 décès pour 14 730 cas.

Pour cela, il est important de se laver régulièrement les mains, aussi souvent que possible, avec de l’eau courante et du savon. Mais davantage, les laver indubitablement aux sorties des toilettes et avant chaque repas. Pour s’assurer que la leçon du jour a été bien assimilée, les jeunes écoliers, tout enthousiastes et excités, se sont prêtés à la phase pratique de la leçon. Après le leur avoir montré, le coordonateur de Camerwash s’est effacé pour laisser les enfants faire à leur tour. La leçon terminée, un rapide tour de question a été fait pour s’assurer que la leçon du jour a été bien assimilée. C’est chose faite, on peut s’en aller tranquille, et la classe habituelle peut enfin reprendre.

 

Advertisements
October 21, 2014

Journée Internationale de lavage des mains:  Le REJEA et OXFAM font une démonstration à l’école primaire Wadata I

Amani Mounkaïla B- (REJEA-Niger)

Le Réseau des journalistes pour l’eau l’Hygiène et l’assainissement (REJEA) et l’Ong internationale OXFAM ont organisé une séance de lavage des mains à l’école Wadata I de Niamey au Niger, le mercredi 15 octobre 2014. Cette opération d’hygiène a pour but d’initier les élèves à ce geste peu onéreux qui sauve des vies.

Démonstration d'un élève de l’école

Démonstration d’une élève de l’école

En effet, cette année, la Journée internationale de lavage des mains est célébrée dans un contexte marqué par le ravage due au virus Ébola. Un virus dangereux, qui a fait plus de 4000 morts et dont le vaccin tarde à être opérationnel.
Malheureusement, la situation est loin d’être circonscrite, car des incompréhensions et des mauvais gestes sont pratiqués et augmentent le risque de la propagation.
Cette situation grave d’épidémie risque d’affecter la santé mondiale si des mesures adéquates ne sont pas prises.
Cependant, le combat contre Ebola ne sera pas de tout repos et les associations se mobilisent. L’opération de lavage des mains initiée par OXFAM et REJEA appuyée par EAA à l’école Wadata I répond à la préoccupation du monde entier de faire de la propreté un moyen de lutte contre le virus Ebola.
En accueillant, l’OXFAM et REJEA, M. Abdou HAMADI, directeur de l’établissement scolaire Wadata I s’est réjoui du choix porté sur son école pour lancer cette sensibilisation contre le virus Ebola.
Le représentant d’OXFAM et le Président de REJEA ont procédé à la démonstration de lavage suivi par les élèves. Ce geste va se perpétuer et permettre de lutter efficacement contre le virus.
La Journée internationale de lavage des mains de cette année est une grande opportunité pour sauver des vies humaines par un geste simple et peu couteux.
M. Ousmane Dambadji, le président de REJEA a insisté pour que ce geste se perpétue et permette aux autres établissements d’adopter les mêmes pratiques afin de mettre les élèves à l’abri des maladies. OXFAM se propose de mettre à la disposition des écoles le matériel : seaux, savons etc.

October 21, 2014

Célébration de la Journée mondiale de lavage des mains : Le lavage des mains dans le contexte de la lutte contre le virus Ebola

Amani Mounkaïla B- (REJEA-Niger)

Niamey : Le mardi, 14 octobre 2014, le Réseau des journalistes pour l’eau l’Hygiène et l’assainissement (REJEA), en collaboration avec Water Aid, l’Ong internationale OXFAM, l’Agence EAA, l’ Institut Pratique de Santé Publique (IPSP) et le ministère de la Santé Publique, a organisé une conférence débat à l’IPSP de Niamey pour sensibiliser les étudiants sur la nécessité du lavage des mains, surtout dans ce contexte de lutte contre Ebola.

Table de séance à IPSPEn prenant la parole pour souhaiter la bienvenue aux participants, le directeur général de l’IPSP M. Abdoulaye SANDA MAÏGA , s’est réjoui du choix porté sur son école pour célébrer cette journée et a promis de mettre en place les dispositifs pour inciter les étudiants à la pratique du lavage des mains.
Le président du REJEA, M. Ousmane Dambadji a demandé aux étudiantes et étudiants de cette école de santé publique de faire du lavage des mains un geste qui sauve des vies. Il a par ailleurs insisté sur la nécessité de sensibiliser les patients à adopter ce geste d’hygiène important pour la vie.
Quant au directeur Pays de Water Aid, cette journée est particulière, car, elle se déroule dans un contexte de lutte contre le virus Ebola.
Le directeur de cabinet du ministère de la Santé Publique a saisi cette occasion pour dire à l’assistance que le gouvernement s’active à mettre en place un dispositif de lutte. En plus de ces moyens, le lavage de la main sera une opportunité pour sauver des vies.
Le conférencier a défini le virus, le mode de contamination, sa propagation, les moyens de protections et les différents efforts consentis par le gouvernement du Niger pour la sensibilisation des populations. Après un débat interminable, les étudiants sont partis heureux d’avoir recueilli des informations pratiques pouvant les aider à réduire les risques de contamination. Le lavage des mains est un geste qui sauve des vies.

October 19, 2014

Le lavage des mains: Un geste pour rester en bonne santé

Makéba TCHIBOZO (Bénin) 

Aussi banal que cela pourrait paraitre, le lavage des mains à l’eau et au savon est le moyen le plus efficace et le moins coûteux pour prévenir les maladies diarrhéiques, les pneumonies et les maladies infectieuses. Il devient encore plus important dans le contexte actuel où le virus Ebola sévit en Afrique de l’Ouest. En ce jour où le monde entier célèbre la journée mondiale du lavage des mains, il est nécessaire de rappeler aux populations les bienfaits de ce geste afin de sauver des vies.

 

???????????????????????????????Selon les statistiques, 5000 enfants de moins de cinq ans décèdent chaque année des suites d’une maladie diarrhéique alors que le “remède” est connu et simple à mettre en œuvre: se laver les mains après avoir été aux toilettes ou avant de manger. Même si elles sont propres en apparence, les mains peuvent être porteuses de germes. Les microorganismes (germes) aboutissent sur les mains de différentes manières.  Lorsqu’un malade éternue ou tousse, les germes de la maladie sont expulsés dans l’air sous forme de minuscules gouttelettes. Si elles atterrissent sur vos mains et que vous touchez votre bouche, vos yeux ou votre nez sans d’abord éliminer les germes, vous devenez porteur de la maladie. Le fait de ne pas se laver les mains, avant et après la préparation des aliments, après avoir manipulé de la viande crue ou être allé aux toilettes peut également rendre malade. En plus d’aider à prévenir la maladie, le fait de se laver les mains réduit le risque d’infecter d’autres personnes. Si vous ne vous lavez pas les mains convenablement avant d’entrer en contact avec d’autres, vous risquez de leur transmettre les germes présents sur vos mains. Le virus peut aussi se propager par les germes que des mains non lavées déposent sur des objets communs comme une poignée de porte, un clavier, un appareil ménager ou professionnel. Le contact par les mains peut propager des troubles bénins comme le rhume, mais aussi des maladies plus graves, voire mortelles. Les très jeunes enfants, les personnes âgées, celles qui sont atteintes d’une maladie préexistante ou celles dont le système immunitaire est affaibli, notamment par le VIH ou le sida, sont particulièrement vulnérables aux maladies infectieuses.

Même si se laver les mains peut paraître simple, il est recommandé de suivre les étapes suivantes pour éliminer complètement les germes. Il suffit de vous laver souvent les mains à l’eau savonneuse pendant au moins 20 secondes. À défaut d’eau et de savon, vous pouvez recourir aux désinfectants à base d’alcool pour les mains. Dans la plupart des cas, il n’est pas nécessaire d’utiliser du savon antibactérien pour avoir les mains propres. Retirez vos bagues et bijoux et mouillez-vous les mains à l’eau chaude. Avec du savon régulier, faites mousser partout sur les mains et frottez pendant au moins 15 secondes. Lavez la paume et le dessus des mains ainsi que les sections entre les doigts et sous les ongles. Rincez-vous ensuite les mains à fond à l’eau courante chaude en les frottant l’une contre l’autre. Après cette étape, essuyez-vous doucement les mains avec un essuie-tout ou une serviette propre. Un séchage vigoureux peut endommager la peau. Vous devez vous servir de l’essuie-tout pour fermer le robinet afin d’éviter toute recontamination. Dans les toilettes publiques, conservez l’essuie-tout pour ouvrir la porte en sortant. Si la peau s’assèche, utilisez une lotion hydratante. Cependant, si vous avez la peau sensible ou que votre emploi exige que vous laviez souvent les mains (comme un agent de santé), vous pourriez envisager l’utilisation d’un désinfectant à base d’alcool.

Réduire les risques de contamination par les mains

Voici quelques mesures qui vous permettront de protéger votre famille. Il faut souvent se laver les mains, surtout après avoir toussé, éternué ou utilisé un papier-mouchoir, avant et après les repas, avant de préparer des aliments, après avoir manipulé de la viande crue, après avoir touché à un animal et après être allé aux toilettes. Lorsque vous toussez ou éternuez, utilisez un papier-mouchoir ou faites-le dans le creux de votre bras. Il faut surtout éviter d’éternuer dans la main et n’oubliez pas de jeter les mouchoirs souillés à la poubelle. À la maison et au bureau, il est nécessaire de nettoyer les surfaces pour éliminer les germes, notamment les poignées de porte, les interrupteurs de lumière, les téléphones et les claviers. Si vous avez des enfants, enseignez-leur les mesures d’hygiène élémentaires et comment se laver les mains adéquatement. Évitez d’utiliser le même linge humide pour nettoyer les mains de plusieurs enfants, de se rincer les mains dans une cuvette ou un bassin d’eau, de partager le même essuie-main. N’utilisez pas d’éponges ou de torchons réutilisables, à moins de les changer tous les jours et de les laver avec du détergent car les germes prolifèrent sur les surfaces mouillées.

En l’absence d’eau et de savon, il est possible d’utiliser un désinfectant à base d’alcool. Si vos mains sont visiblement souillées, il est préférable d’utiliser de l’eau et du savon. Si ce n’est pas possible, enlevez la saleté à l’aide de lingettes avant d’utiliser un désinfectant à base d’alcool. Les mains doivent être sèches lorsque vous appliquez le produit, car l’eau dilue le produit. Il faut utiliser assez de désinfectant pour couvrir toute la surface des mains et des doigts et bien les frottez jusqu’à ce que le produit se soit évaporé. Si la peau s’assèche, utilisez une lotion hydratante.

Makeba Tchibozo

October 17, 2014

CELEBRATION DE LA JOURNEE MONDIALE DU LAVAGE DES MAINS: Une occasion pour rappeler les bonnes pratiques d’hygiène pour se protéger contre l’Ebola

Par Jacques Ngor Sarr

Dakar- La Journée mondiale du lavage des mains célébrée le 15 octobre 2014 dans un contexte très particulier à cause de l’Ebola était l’occasion pour l’organisation internationale de développement WaterAid et Amref Health Africa de rappeler les bonnes pratiques d’hygiène.

Dans un communiqué conjoint, les deux structures ont déclaré que «l’escalade de la crise d’Ebola en Afrique de l’Ouest nous rappelle plus que jamais de la nécessité des bonnes pratiques d’hygiène et de lavage des mains pour protéger la santé humaine».  Directrice Régionale de WaterAid Afrique de l’Ouest Mariame Dem a déclaré que « les tragédies qui ravagent les pays de l’Afrique de l’Ouest affectés par Ebola indiquent clairement les conséquences d’un manque d’accès aux toilettes de base et de d’eau potable mais aussi lorsque les populations ignorent les bonnes pratiques d’hygiène comme le lavage des mains». Elle souligne qu’en Afrique où la moitié des hôpitaux n’ont pas d’eau potable, 35% vivent sans cette denrée essentielle et 70% sans assainissement de base, la prévention et la prise en charge des épidémies deviennent un enjeu majeur». Quant au  directeur régional d’Amref Health Africa, Mor Ngom, il déclare : «Si fort heureusement l’épidémie d’Ebola n’a pas éclaté au Sénégal, environ 16000 personnes perdront la vie cette année dans l’ensemble de notre pays du fait de diarrhées et de pneumonies qui sont deux maladies que l’on peut éviter par le lavage des mains au savon ». M. Ngom indique qu’ «il est clair que la Journée mondiale du lavage des mains nous offre une excellente occasion pour diffuser le message de protection que procure le lavage régulier des mains pour nos familles et nous-mêmes. Cependant, ces messages doivent être répétés et respectés permanemment par chacun si nous voulons nous attaquer à ces maladies et d’autres urgences de santé publique». De toute façon WaterAid souligne qu’ « au Sénégal, 25.9‘% de personnes sont sans accès à l’eau potable et 48.1 % de personnes sont sans accès à un assainissement amélioré ». Une situation selon elle qui complique les pratiques d’hygiène et de lavage des mains.

 

 

October 15, 2014

Global Hand washing day

Global Hand washing day

WASH Media Network joins the world over to mark this day

By Mustapha Sesay

Mustaphasesay25@yahoo.com

Today is Global Hand Washing Day, a day set aside by the United Nations General Assembly on Wednesday October 15, 2008 as the International Year of Sanitation, and Global Hand-washing Day, which stresses the need to reinforce call for improved hygiene practices.
In the light of the above, Water and Sanitation Media Network Sierra Leone, a member of the West Africa Water and Sanitation Journalists Network (a sub regional organization) , is joining the Water Integrity Network, Water Supply and Sanitation Collaborating Council, IRC and West Africa Water Aid to observe this day.
As schools are yet to re-open for the start of the 20142015 Academic year, WASH Media Network members will be out to some of the communities in Freetown and in the provincial areas to continue reaffirming the significance of holding fast to the correct methods of washing hands and the its vital place to the health of the children.
It must be noted that most of the diseases that affect children are related to the poor environment and bad sanitation practices in our homes or communities countrywide. One among the outstanding odd health practices is that doing with children not washing hands before partaking of any food. This has continued to offer place to cholera and dysentery among the common diseases in record. Added to this issue is the fact that most children including adults find it difficult to use water and soap after visiting the toilet.
The ramification of this bad health practice could not be unconnected to the 2012 Cholera outbreak in the country, which started in the Northern part of Sierra Leone and spread across its regions within two months. That period heightened the need to wash hands with soap as that was among the primary preventive methods since Cholera itself is water borne.
Shanty towns and slum communities were among the places that suffered the brunt of the 2012 Cholera outbreak.
Unfortunately, few months after the outbreak, people neglected the significance of washing hands with soap after taking part in any activity. This negligence went on until it was officially announced in May that Ebola had broken out in the country and that it expedient that people reverse to the traditional hand-washing method since the Ebola virus is a contagious disease.
While the number of those who believe in the reality of Ebola has increased considerably, however, there is still sparks of remote cases of those who deny its existence and refrain from following the laid down health rules.
Meanwhile, hand washing is paramount to a healthy society and it is on this note that October 15th has been set aside to reflect on responsiveness of hand washing with soap as an effective and affordable way to prevent diseases.
With the outbreak of the Ebola virus in the Sub-region, school authorities in the region would use this opportunity to teach millions of children about this day. School authorities and parents must also ensure that water and soap are always at strategic positions for members to wash their hands.
Let’s keep Cincinnati healthy by becoming Champion Handwashers! As an expert rightly said, “Clean hands save lives”, a driving theme for Global Handwashing Day. Children should continue to act as agents of change, taking the good practices of hygiene learned at school back into their homes and communities.

October 2, 2014

Mise à l’échelle de l’ATPC au Niger :  Le REJEA s’engage à jouer un rôle capital pour sa réussite

Lawali Aboubacar (Niger)

Le présidium de l'ouverture de l'atelier

Le présidium de l’ouverture de l’atelier

Le Réseau nigérien des journalistes pour l’Eau, l’Hygiène,  et l’Assainissement (REJEA) avec le soutien du Ministère de l’hydraulique et de l’Assainissement et de l’UNICEF a organisé du 25 au 27 septembre 2014 à Zinder (1.000km de Niamey) un atelier de formation à l’intention de ses membres des régions de Diffa, Maradi et Zinder. Durant trois jours les journalistes ont été sensibilisés sur l’Approche de l’assainissement total piloté par la communauté (ATPC). A l’issu de cet Atelier d’échange, les journalistes membres du REJEA se sont engagés à jouer leur rôle capital dans le cadre de la mise en œuvre de la SOPHAB en général et l’ATPC en particulier pour un changement de comportement des populations en faveur des bonnes pratiques de l’hygiène et de l’assainissement.
Cet atelier vise à renforcer les capacités des journalistes traitant des questions de l’hygiène, l’eau et l’assainissement  afin qu’ils s’approprient l’ATPC  et contribuer à la communication par la mise à échelle de l’ATPC au Niger. Ainsi, les hommes des medias se sont approprié la démarche, les outils de mise en œuvre de l’ATPC et surtout des expériences acquises par plusieurs communautés nigériennes dans la mise à échelle de l’ATPC sur  l’ensemble du territoire national. Cette technique initiée depuis 2009 par le gouvernement du Niger dans la région de Zinder vise à corriger certains manquements liés à l’hygiène et l’assainissement et aussi la prolifération de certaines maladies diarrhéiques responsables de milliers de décès d’enfants au Niger.   Intégrée dans la nouvelle Stratégie opérationnelle de promotion de l’hygiène et de l’assainissement de base (SOPHAB)  adopté le 31 juillet 2014, l’ATPC est une approche à travers laquelle la communauté est à la fois acteur et bénéficiaire, car elle permet à cette dernière de poser  elle-même sur le tapis la question sa situation en matière d’assainissement et surtout sa pratique  visant à déféquer à l’air libre.  Vu l’importance de l’ATPC pour le bien être de la population, l’UNICEF a encouragé les journalistes à bien s’approprier ce concept afin que le Niger atteigne l’OMD  en matière de l’assainissement. Il faut rappeler  que selon le président du REJEA, Ousmane Dambadji , plus de 12 millions de nigériens   déféquent à l’air libre  favorisant du coup la prolifération des maladies imputables au manque d’hygiène et d’assainissement. Retenons que dans le cadre de la sensibilisation des medias en général notamment des membres du  REJEA dans la réussite de la mise à échelle de l’ATPC au Niger, le REJEA en collaboration avec le soutien du Ministère de l’hydraulique et de l’Assainissement  et de l’UNICEF organise dans les prochains jours  un autre atelier à l’intention des ses membres  des régions de Niamey, Dosso, Tillabéry, Tahoua et Agadez.

 

 

 

 

Tags: , ,