Archive for July, 2013

July 19, 2013

GWJN member arrested by security personnel at Accra international conference

By Justice Adoboe, Ghana Watsan Journalists Network

Malik Minneax Ereira, a Ghanaian journalist and member of the Ghana Journalists Network (GWJN) who visited the Accra International Conference Centre, venue for the 6th Forum for Agriculture Research in Africa (FARA) Tuesday, July 16, 2013, was arrested and detained overnight at the Ministries Police Station.

Malik Ereira of TGIB Productions, a multimedia organization, was arrested on suspicion of stealing mobile phones and laptop computers from delegates at the conference, and so was handed over to the security officials by personnel from FARA.

The journalist who had reported at the conference centre around mid-day had to wait at the registration desk for the media liaison for the programme, whose name was only given as Ivy, to be sought by this reporter, who incidentally also knew him, to alert her that Mr Ereira wanted to register to cover the conference.

When this reporter went back to the conference centre on Wednesday morning he was informed by the said media liaison (Ivy) that Malik Ereira had been arrested the previous day on suspicion of having stolen the items.

The head of the National security operatives (name withheld) who made the arrest then confirmed that Mr Ereira had been handed over to the Ministries Police for investigation.

“There was a case of theft between 10 am and 11 am, and when Ereira was searched a pair of pliers and a cutter were found in his bag so he was suspected of being the thief who had stolen the items” the Security chief informed this reporter.

It should be noted that when this reporter arrived at the conference centre around 10. 00 am, he was informed by a Metro TV video cameraman about the theft, with the picture of a gentleman who was the main suspect.

This reporter was even asked to alert the authorities if he saw the said gentleman in the picture shown to him, and so it is baffling how someone who arrives at the conference centre, hours later could be arrested for the crime committed when he was nowhere near the place.

The said FARA Media liaison, (Ivy) alleged that the guy was arrested because of his looks, and this was corroborated by the police at the Ministries Police Station. “He looked different.”

Meanwhile the operator of the scanner at the entrance of the conference centre had argued that he scanned the journalist before he entered the conference hall.

If this was so, then it raises the argument as to why the scanner did not detect the two working tools which the security operatives want to refer to as weapons.

This is not the first time delegates to conferences at the Accra International Conference Centre were suffering from such alleged cases of theft.

During a recent Mining forum, a lady working at an exhibition stand got her tablet stolen by two tricksters who visited her stand.

“I suspect there is someone who knows a lot about the Close Circuit Tele Vision (CCTV) involved, because anytime such a thing happens and the CCTV is checked the camera is only able to show the back of the fellow walking away from the crime scene,” a source at the conference centre told this reporter.

At the time of filing this report, Peter Serinye, National Coordinator of the Ghana Watsan Journalists Network (GWJN) was assisting relatives of the victim to secure bail for him.

“This is a gentleman I have known for several years now, and he is a well-known figure in the (WASH) Water, Sanitation and Hygiene sector. He is not a thief,” Mr. Serinye emphasized, adding that the basis upon which the guy was arrested was so absurd, wondering whether anybody needs a pair of pliers and a cuter to steal mobile phones and laptop computers.

July 17, 2013

WSA, Ivorian Government partner for High-Level Forum on Water and Sanitation

By Edmund Smith-Asante

Image

A borehole fitted with pump

The government of Cote d’Ivoire is collaborating with Water and Sanitation for Africa (WSA), to organise this year’s High-Level Forum on Water and Sanitation for All

Scheduled for November 21 to November 23, 2013, the third of such forums to be held in the past three years will be on the theme: “To promote vibrant and effective South-South cooperation to accelerate access to hygiene, sanitation, and drinking water for all in Africa”.

Originally set up by the Pan-African Intergovernmental Agency for Water and Sanitation for Africa (WSA), the objective of the forum is to provide a platform for various decision-makers and stakeholders involved in this sector in Africa to exchange information and exert their influence, thus encouraging decisions and concrete action in support of WASH in Africa.

According to the organisers, about 800 participants are expected in the Ivorian capital, Abidjan for this year’s forum which has three main objectives.

These are to find the best way to take advantage of South-South partnerships for the development of business opportunities in terms of financial cooperation for the implementation of priority projects beyond the reach of national budgets in the Water, Sanitation and Hygiene sector (WASH); develop strategic alliances and partnerships to strengthen the technical and institutional capacities of southern countries in the WASH sector and stimulate the sharing of experiences and know-how between southern countries in the WASH sector.

Touching on the significance of the forum to Africa, WSA says it is of interest to all stakeholders and senior officials in the Water, Sanitation, and Hygiene sector in Africa including African heads of state, ministers responsible for water and sanitation issues in Africa, African finance ministers, as well as technical and financial partners from the North and South, mainly consisting of export-import banks, researchers, investors, NGOs, and integration and development organisations.

Formally known as CREPA, Water and Sanitation for Africa has 32 member countries and has been working in Africa for 25 years to develop solutions to address the problems of water and sanitation on the continent.

Its mission is based on the establishment of integrated systems combining the optimisation of technical and scientific approaches with innovative funding mechanisms.

The first two forums were held in Ouagadougou in Burkina Faso and Dakar in Senegal.

July 16, 2013

Sylvain Usher, Secrétaire général de l’Association Africaine de l’Eau : « Il est important que les sociétés d’eau partagent leurs expériences et les gestionnaires de ces sociétés leurs succès et leurs défis »

???????????????????????????????Les membres de l’Association africaine de l’eau (AAE) basée à Abidjan en Côte d’Ivoire regroupant les Sociétés de distribution d’eau africaines, des professionnels du secteur de l’eau sur le continent, tiendront leur 17e Congrès du 17 au 20 février 2014 dans la capitale ivoirienne. Au cours du 7e Atelier régional de renforcement de capacités des femmes et hommes de médias de l’Afrique de l’Ouest d’Abidjan organisé conjointement par le Partenariat régional de l’eau de l’Afrique de l’Ouest (GWP-AO) et le bureau régional Afrique Centrale et Occidentale de l’Union Mondiale pour la Conservation de la Nature (UICN-PACO), le Secrétaire Géneral, Sylvain Usher, est revenu sur les enjeux et les principaux objectifs de cette grande messe des sociétés d’eau. Pour lui, cette retrouvaille sera une opportunité pour les gestionnaires des sociétés d’eau, d’aborder entres autres questions importantes, celle de la gouvernance indispensable à l’amélioration de la fourniture et de la distribution d’eau dans les capitales africaines et les pays du continent africain.

Quels sont les enjeux de ce 17e Congrès attendu par vos membres?

Avant de parler du 17e Congrès, j’aimerais situer les congrès qui s’organisent tous les deux ans dans les capitales africaines. Le dernier s’est tenu à Marrakech en 2012. Les congrès sont une occasion pour réunir l’ensemble des parties prenantes du secteur de l’eau en Afrique et débattre de divers sujets mis en exergue par le conseil scientifique mais aussi par la situation du secteur de l’eau en Afrique. Le 17e congrès dont le thème est « mobilisation des ressources et gouvernance dans le secteur de l’eau et de l’assainissement », a deux objectifs :
Le premier, c’est le fait de l’organiser en Côte d’Ivoire après une crise longue et difficile. Le secteur de l’eau n’était pas en reste. Néanmoins, la Société des Eaux de Côte d’Ivoire (SODECI) a pu continuer à distribuer de l’eau dans des conditions difficiles surtout dans la partie nord du pays. La Côte d’Ivoire étant sortie de cette crise, a voulu l’organiser pour montrer qu’elle était de retour dans la scène internationale en ce qui concerne le secteur de l’eau. C’est avec beaucoup d’enthousiasme qu’elle a présenté sa candidature pour le Congrès 2014. Le comité de direction qui est l’instance qui étudie les candidatures n’a pas hésité un seul instant, a donné son avis positif pour l’organisation du congrès. Il s’agit alors de remettre la Côte d’ivoire toute entière sur la sellette.
Le 2e objectif est la problématique de la mobilisation des ressources et de la gouvernance. Il s’agit bien des ressources en eau et des ressources financières. C’est la raison pour laquelle la thématique reste quelque peu ambiguë pour donner la possibilité à tous ceux qui le désirent d’aborder la problématique des ressources en eau. Et la gouvernance parce que nous pensons qu’elle est importante pour la conduite des sociétés d’eau mais aussi pour le secteur de l’eau en général.
Vous avez choisi le thème de la gouvernance. Est-ce à dire que nos sociétés d’eau souffrent des problèmes de gouvernance?
Malheureusement, ce n’est pas que les sociétés d’eau. Le problème de la gouvernance est un problème général en Afrique quel que soit le secteur d’activité. Certaines effectivement souffrent des problèmes de gouvernance mais la tendance est à l’amélioration. Beaucoup de sociétés ont mis en place des processus de gestion qui les amènent à être très performantes au niveau de leur production, leur distribution, leurs ressources humaines, leur management. Il s’agit quelques fois de processus simples mais qui ont un impact dans la gestion.
Les managers qui sont aujourd’hui en place sont pour certains, très brillants et qui se sont détachés des aspects politiques. Il faut le dire, c’est souvent l’aspect politique qui nuit à la bonne gouvernance des sociétés d’eau. Car, les objectifs ne sont pas souvent les mêmes. En matière politique, les objectifs sont de se maintenir au pouvoir et diriger l’ensemble du peuple. Pour le manager, c’est faire en sorte que son système soit fonctionnel, que les opérations soient performantes, le recrutement bien fait et qu’il puisse respecter des engagements vis-à-vis de l’Etat qui assure souvent la tutelle. Mais lorsqu’il y a ingérence politique au niveau managérial, cela nuit quelque peu à l’atteinte des objectifs.
Que va apporter concrètement le 17e Congres aux sociétés d’eau africaines et surtout ouest-africaines ?
Ce sera l’occasion pour les sociétés d’eau qui vont faire des communications, de présenter leurs succès dans la gestion. L’objectif du congrès est d’être une plateforme de partage, d’échanges, de donner et de recevoir. Il est important que les sociétés partagent leurs expériences et que les dirigeants de ces sociétés qui aujourd’hui avec des résultats performants, puissent les présenter pour que ceux qui sont intéressés par les nouvelles méthodes de gestion et principes très évolutives, puissent également recevoir ces informations.

Mais pour les populations surtout des villes, il y a toujours des craintes que ces sociétés soient privatisées et le prix de l’eau soit revu à la hausse. Est-ce qu’il y a un message de l’association à ne pas augmenter le prix de l’eau ?

La problématique du prix de l’eau est une problématique que nous rencontrons constamment. On pense que le prix de l’eau est souvent élevé. Or en réalité, pour une grande partie de pays africains, le prix de l’eau ne couvre pas ou couvre à peine le coût de production. Malheureusement, l’Africain n’est pas habitué à payer l’eau. Parce que dans nos villages, on utilise l’eau de puits ou de la rivière pour la consommation gratuitement. Même là, c’est une fausse compréhension car, le puits, il l’a fallu le creuser et il a un coût d’entretien. Un puits à partir duquel on veut fournir de l’eau de façon permanente, il faut l’entretenir et protéger son environnement. Cela a un coût qu’on ne considère pas. Maintenant, en ce qui concerne l’eau que nous tirons des nappes ou des lacs, des eaux de surface en général, il faut transformer cette eau jusqu’au robinet et tout cela a un coût parce qu’il faut entretenir le réseau. La privatisation ne veut pas dire forcément augmentation du prix de l’eau. Nous avons eu cela dans les années 1980 et 1990 avec la Banque mondiale qui en avait fait son leitmotiv. On a pensé qu’il était nécessaire pour améliorer le service, qu’il fallait privatiser les sociétés d’eau. La privatisation qui a lieu en son temps n’a pas amené que des succès en Amérique du sud et latine. Il y a eu beaucoup de difficultés parce que les systèmes qui avaient été mis en place n’ont pas tenu compte d’un certain nombre de facteurs inhérents aux pays africains et d’Amérique du sud. Les systèmes qui se sont installés géraient le service comme dans les pays européens. Il y a eu quelques déboires. On a eu aussi en Afrique des sociétés d’Etat dans lesquelles, la gestion a été mise en exergue. Il y a eu des signatures de contrats d’Objectifs de ces sociétés avec l’Etat avec un certain nombre de paramètres. Et ces sociétés ont fonctionné correctement et même ont dépassé les résultats attendus. C’est le cas de la société ougandaise qui a un moment donné a vacillé entre la privatisation et la régie et qui a fini simplement résisté parce que le manager qui a été choisi, a révolutionné la gestion avec des résultats brillants. Parce que tout le monde a joué le jeu à savoir : l’Etat, la société, les institutions de régulation. Et lorsque nous établissons un contrat de performance, il faut que les conditions soient réunies. Il faut que l’Etat paie ses factures à temps, que la structure de régulation fasse son travail en termes de suivi et d’évaluation, et que la société d’eau la distribue dans les meilleures conditions techniques. Donc, la privatisation n’est pas une panacée. Mais, elle peut aussi comme dans le cas du Sénégal avec la Sénégalaise des eaux qui est une structure privée qui entreprend une coopération sud-sud avec la régie des eaux de la République Démocratique du Congo avec les résultats performants. Et quand on dit qu’une société a des résultats performants, ce n’est pas dans tous les secteurs mais dans des secteurs clés comme la production, la distribution, la maintenance…

En quoi le prochain congrès va aider les sociétés d’eau à améliorer leur couverture et donner l’eau à toutes les populations de nos capitales africaines?
Il faut voir comme c’est le cas en Côte d’Ivoire et comme cela peut être le cas ailleurs, le développement des infrastructures dépend de l’Etat. L’Etat est propriétaire des usines et des canalisations et de tous les éléments opératoires. Le problème de l’accès à L’eau est lié au problème du tarif. Si à partir du tarif, les sociétés d’eau ou l’Etat n’arrivent pas à générer des ressources pour le développement du secteur, il y va de soi qu’on se repose sur les bailleurs de fonds qui n’ont pas toujours, l’opportunité de mettre les ressources qu’il faut.

Entretien réalisé par Alain TOSSOUNON

July 16, 2013

Ghana develops emergency preparedness and response plan for water, sanitation

Image

Some of the stakeholders in a group discussion

From Edmund Smith-Asante, Sogakope, Volta Region, Ghana

Disasters, both natural and man-made, are a common phenomenon the world over, some of which escalate into emergencies as a result of their magnitude.

However, despite their unpredictability sometimes, the absence of a plan to deal with incidents and natural occurrences such as floods, earthquakes, civil strife and wars as well as fire outbreaks as has been experienced in Ghana lately, always has the propensity to aggravate an already bad situation.

But even where strategies and plans have been thought out, the danger that the destruction and disruption of basic water, sanitation and hygiene facilities and services pose to an already precarious situation have most times been ignored, thus giving rise to epidemics of immeasurable proportions.

It is as a result of this that Ghana has, under its WASH in Emergencies (WinE) initiative, set out to develop a National Strategy on Water, Sanitation and Hygiene (WASH) Emergency Preparedness and Response Plan (EPRP).

Ghana’s WinE Technical Working Group has since Monday, July 15, 2013 been holed up in Sogakope in the Volta Region in a three-day workshop to formulate the plan.

Led by the ministries of Water Resources Works and Housing (MWRWH) and Local Government and Rural Development (MLGRD) in collaboration with the United Nations Children Fund (UNICEF), membership of the Technical Group comprises the Ghana Health Service (GHS), Ghana Education Service (GES) National Disaster Management Organisation (NADMO), Ghana Watsan Journalists Network (GWJN), the Coalition of NGOs in Water and Sanitation (CONIWAS), WaterAid Ghana (WAG), Water Resources Commission (WRC), the Environmental Health and Sanitation Directorate (EHSD), Water Directorate (WD) and Community Water and Sanitation Agency (CWSA) among others.

For the three days, the sub-committee will seek to look at standard operation procedures during small scale and large scale operations, strategies to be employed during emergencies, the specific objectives of the EPRP, the WASH Technical Working Group’s coordination strategy, WASH supplies and emergency scenarios in Ghana.

To enable a good delivery on the work at hand, the group will also discuss the disaster history of Ghana; geographical areas of disasters; WASH advocacy; Assessment, Monitoring and Surveillance; Data and Information Management; Resources Mobilisation, training and capacity building of national and regional staff as well as NGOs; Safe Excreta Disposal and Schools WASH among a host of others.

In an interview, Mr Enoch Ofosu, Water Resources Engineer (Specialist) and Coordinator of the WinE initiative said during emergencies it is always realised that most of the deaths that happen are due to WASH-related issues and is very sensitive during emergencies.

Explaining that the plan is being developed solely for water, sanitation and hygiene during emergencies, he disclosed that although NADMO has an overarching plan for all emergencies, “it is required that each sector does a specific emergency plan to feed into the overarching plan”

“After this plan we hope to achieve a coordinated effort when it comes to WASH in emergencies. What civil society is doing, what the UN agencies and other bodies are doing, what the development partners are doing, we are hoping that they will all be properly coordinated, then we will achieve synergy. Leadership will indeed be by government and then Government will indeed set the agenda and everybody will follow so we can have a clear focus,” he stated.

Disagreeing that it had taken Ghana so long to come up with a plan as was being developed, Enoch Ofosu said all that government sought to achieve was to coordinate the efforts put in by various organisations during disasters and emergencies.

“And it is a right time to do such things to put what is existing already in a much unified umbrella,” he stressed, assuring that the plan will come into force in 2013.

For his part, Mr Basilius Cahyanto, Consultant and a Water, Sanitation and Hygiene Specialist at UNICEF facilitating the workshop expressed his satisfaction at the commitment and involvement of the participants in the process.

Touching on how the plan will be beneficial to Ghana once it is completed, he said “This is a guideline and hopefully when it is completed both the government and NGOs will have better preparedness for emergency and by this plan they will know how best to react in emergencies.”

Alhaji Abubakari Sufyan, Principal Health Promoter, Health Promotion Department, Ghana Health Service (GHS), opined thus: “For us to expect the unexpected, it is very important because the unexpected will always come. Realities on the ground tell us that whether we plan for it or not it will always come. If we plan for it as we are trying to do now, then the effects or the consequences can be reduced.”

Saying the GHS uses communication for preventive healthcare and promotion of health in its work, he envisaged if such document is well produced it will add weight to their area of operation. He therefore applauded the two ministries for bringing various stakeholders together to ensure key elements are incorporated into the document.

Also commenting about the workshop, development of an emergency preparedness and response plan and its significance to NADMO, Mr. Isaac T. Akpey, Assistant Chief Disaster Control Officer, said it was very enlightening, as hitherto emergencies were attended to without recourse to the possibility of people getting contaminated by the water they use or by the fact that their sanitary systems have been destroyed.

“All what was done was to go and rescue the people, restore them back to where they were and that is it, but the relationship between the emergency and the WASH systems was not looked at and this is introducing it into emergencies. But to NADMO it will be of great benefit that we will have a very broad approach to disaster management, where every bit of it is tackled by different people,” he indicated.  

July 16, 2013

Only 40% of Ghanaians aware of Water Policy – WaterAid

By Yvette Appiah, GWJN (Ghana Watsan Journalists Network)

ImageThe Government of Ghana has been asked as a key measure of improving access to water, to disseminate the water policy to the majority of Ghanaians, to enhance implementation of the policy.

Head of Policy and Partnership at WaterAid Ghana, Mr Ibrahim Musah, said policy distribution or dissemination by translating it into local languages for the citizenry to understand has not been done.

Speaking to the Ghana Watsan Journalists Network (GWJN) on WASH (Water, Sanitation and Hygiene) Radio over the weekend on Radio XYZ in Accra, he said though some institutions and civil society organisations have captured areas of the Ghana Water Policy in the English language, a deliberate attempt has not been made to bring it to the people, hence only about 40 per cent of the Ghanaian populace are aware of the policy.

Ibrahim Musah, who spoke on the topic: “Implementation of Ghana’s Water Policy – Successes, Challenges and the Way Forward” thus enjoined the district assemblies in particular, to as the law demands, disseminate the policy. Though he noted that the ignorance of the law is no excuse, he added that dissemination of the policy will create awareness of the policy for people to abstain from illegalities such as pollution of water bodies.

 “There is heavy pollution of our water bodies and you will even want to cry when you see the devastation. The Weija Dam and Densu River are heavily polluted. This has been affecting water provision, as the Ghana Water Company has to spend a lot of money to treat the water. It is only the Kpong water that is not polluted. Pollution of water bodies is an illegality and people must refrain from it,” he stated.  

The WaterAid Ghana Policy and Partnership Head added that the low awareness created on the policy has also enhanced the pollution of water bodies by community members with impunity. “The area of enforcement on how people should tap into water bodies – for example people have drilled boreholes in their homes without permit,” he said.

Mr. Ibrahim Musah however lauded the promulgation of the policy, as it has so far chalked some success. He said the policy over the years since 2007, has been useful in helping to promote the availability and usage of water.

“There have been major achievements in terms of coordination. Also, NGOs and other civil society organisations have been able to collaborate with government without duplicating roles and contradicting them,” he added.

Noting that due to increase in population there have been major challenges with urban water and small town water provision, Musah urged government to seriously tackle the water sector.

He added that with the coming in of the Community Water and Sanitation Agency (CWSA), there has been an improvement, with the Community Water and Sanitation Agency’s (CWSA) report in 2011 putting rural water coverage at 64%; while the GWCL report put urban water coverage at 63% in 2011.

Asking community members and opinion leaders to help protect water bodies, Ibrahim Musah also commended government for instituting the task force which is tackling the illegal miners polluting Ghana’s water bodies but urged that the initiative should not be a nine-day wonder.

July 16, 2013

Only 40% of Ghanaians aware of Water Policy – WaterAid

Only 40% of Ghanaians aware of Water Policy – WaterAid

July 9, 2013

Ivorian gov’t owes water bill of FCFA 24 bn

FROM EDMUND SMITH-ASANTE, ABIDJAN, COTE DÍVOIRE
The Ivorian government as at 2010 owed the country’s water company, SODECI (La Societe de Distribution d’eau de Cote d’Ivoire), FCFA 40 billion (US$79,207,804.60) in unpaid water bills alone.
 
This amount comprised unpaid bills from schools, hospitals and government establishments over many years.
 
But although the Ivorian government has since that year began paying up the debt it owes the privately owned utility company, there still remains a huge chunk of the money to be paid.
 
Revealing this at a training workshop on “Water financing and preservation of the resource in West Africa” for about 30 West African journalists in Abidjan from July 1, 2013 to July 5, 2013, Mr. Seydou Dembele, Head, Government Expenses, Water Resources Department, Cote d’Ivoire, said “Government has now paid a big part of the money and it remains now FCFA 24 billion [US$ 47,512,183.55].”
 
 

Explaining how government accumulated a debt of FCFA 40 billion, he said in 2009 a total debt of FCFA 11billion was incurred, which reduced to FCFA 10 billion in 2010, then further to FCFA 9 billion in 2011 and then FCFA 10 billion in 2012, all adding up to FCFA 40 billion.

 
The Ivorian government official however added that some of the huge debts have been incurred as a result of wastage and illegal connections.
 
Speaking on the topic “Funding mechanisms of water: the different scenarios”, Mr. Dembele disclosed that as a result of illegal connections, about FCFA 3 billion is lost to the state annually, while 100 km of pipes are destroyed.
 
He lamented that when people are arrested for doing illegal connections they are not prosecuted but just left to go because there are no laws to punish them. For the illegal connections that people make there are no metres, hence the inability of the service providers to determine the volume of water used and bill them, he said.
 
In an interview after the workshop organised by Global Water Partnership, West Africa (GWP-WA and the International Union of Conservation (IUCN) on July 2, 2013, he divulged that in order to stop the stockpiling of the debt again, government has begun paying FCFA 600 million as its water bill every month to the utility company.
 
Touching on the population without access to water, he said the country is currently experiencing a 30% deficit.
 
Mr. Dembele said to deal with the deficit; government has received funding from the Islamic Development Bank, Arabic Development Bank and World Bank, but all that is not enough to meet the needs of Abidjan residents, adding that FCFA 48 billion is needed to supply everyone in just the capital with water.
 
Speaking on the investments made by government in the water sector, he said all pumps are bought by the state, while the various communities making up the population pay 10% of the cost of producing potable water.
 
In spite of the debt owed by government to the water company, Mr. Francois Olivier Gosso, Director of Production, SODECI, indicated during a tour of the company’s Djibi water plant that they have never experienced any stoppage in production.
 
Adding to this, the agreement with government is that the state takes charge of investment in the company, while the company takes care of water supply to the nation.
 
Whereas in 2008 water coverage in Cote d’Ivoire was 61%, it is currently at 66% and the MDG target it hopes to achieve by 2015 for its estimated population of 20 million, is 82.5%.
 
SODECI has provided over 30 years of service in water supply to Cote d’Ivoire’s urban community, starting with a lease contract which lasted for approximately 25 years. This was converted into a concession in 1987. The World Bank and other international financial establishments have also been working in partnership with the water agency through financing of investments in water supply.
 
Cote d’Ivoire’s rural population is served by ONEP (the National Office of Drinking Water) a state owned institution which is also in charge of investments in the water sector, although SODECI was in charge of water pumps before 1987.
July 6, 2013

Guinée-Décharge de Dar-Es-Salam : Des populations exposées aux maladies épidémiques

Décharge Dar-es-Salam Dans le quartier Dar-Es-Salam, en haute banlieue de Conakry, se trouve la décharge d’ordures de la capitale guinéenne, où 30% des 1200 tonnes d’ordures produites chaque jour y sont déversées. Exposant ainsi les populations riveraines à des maladies épidémiques.

C’est une montagne d’ordures qui surplombe depuis des décennies les habitants de Dar-Es-Salam, dans la commune de Ratoma. Où les citoyens inhalent régulièrement une odeur nauséabonde, pestilentielle qui se dégage des tas d’ordures déversées tous les jours par des camions-bennes.

Pis, nombreux sont les citoyens laminés par la pauvreté qui tirent leur source de revenu de cet endroit infect. Ils s’y rendent chaque jour à la recherche d’articles de recyclage.

Parmi eux, les plus touchées sont les femmes qui, comme une meute d’abeilles, envahissent chaque matin l’endroit à la recherche de plastiques.

Ces plastiques sont nettoyés dans des eaux usées, qu’on trouve ici et là, sur le site, entassés ensuite dans des sacs de 50 kilogrammes. Avant de les envoyer peser au marché, où il y a des preneurs. Ces plastiques sont ensuite vendus à une usine de recyclage de la place.

Chaque kilogramme de plastique pesé serait négocié à 1500 francs guinéens. Un sac pouvant peser jusqu’à 40-50 kilogrammes. Une activité devenue très alléchante pour certaines femmes du coin.

Hawa Sakho, ménagère de son état, est l’une d’elles, elle a fait de ça sa principale activité depuis plus de 2 ans.

Sous une fine pluie qui arrosait, en ce matin du 25 juin, la ville de Conakry, le pagne remonté jusqu’au niveau des genoux, elle s’affaire à nettoyer ses plastiques dans une eau qui dégage une puanteur insupportable. Comme tout travail ordinaire. Sur un ton plutôt rassurant, elle nous dit que l’activité est lucrative. « Je gagne entre 40 et 50 kilogrammes par sac que je vends au marché à raison de 1500 GNF le kilo », confie-t-elle.

Sur les risques de maladie qu’elle encourt dans cet endroit, elle indique n’avoir aucune crainte. « Quand je finis, je me lave avec l’eau de javel avant toute autre activité », balbutie-t-elle tout en frottant entre ses deux mains nues un plastique qu’elle venait de plonger dans cette eau sombre et âcre. De temps en temps, elle marque une pause pour racler à l’aide d’un petit bâton les vers de terre suspendus à ses pieds.

C’est le même refrain chez d’autres femmes rencontrées sur le site qui disent subvenir à leur besoin grâce à cette activité.

Même les enfants dont l’âge varie entre 15 et 16 ans sont tentés par l’activité. Surtout en cette période de grandes vacances. C’est notamment le cas de Rokia Sylla et Mariama Camara respectivement élèves de la huitième et neuvième année. Elles disent s’être lancées dans cette activité pour préparer la rentrée scolaire prochaine.

Elles semblent avoir déjà retenu la leçon de l’eau de javel. « Après ici, nous nous lavons avec l’eau de javel pour ne pas attraper de maladie », confient-elles.

Leur seule crainte aujourd’hui, est la décision prise par une société de la place d’aménager le coin en transformant les déchets en énergie électrique. Car ceci, couperait du coup leur source de revenu, estiment-elles.

A noter que ces femmes pratiquent cette activité sans aucune protection. Et ne sont par conséquent pas à l’abri de certaines maladies épidémiques. Notamment le cholera qui fait déjà beaucoup de ravage à travers le pays. Nous y reviendrons.

Samory Keita

 

 

July 4, 2013

Maxime Somda, Expert de l’IUCN sur le Paiement des services environnementaux (Pse) : «Il faut des instruments juridiques qui obligent les Etats à se conformer aux principes de préleveur-payeur et de pollueur-payeur»

Mécanisme de compensation de la dégradation des écosystèmes dont l’eau, le paiement des services environnementaux a encore du mal à faire fortune dans la sous-région ouest-africaine. Si la plupart des pays ont adopté la Gestion intégrée de la ressource en eau comme approche de gestion, les principes de pollueur-payeur, et de préleveur-payeur qui devraient permettre de répondre à l’amenuisement de la ressource sur les plans qualitatif que quantitatif, souffrent d’application. Dans cet entretien, l’expert Maxime Somda de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (IUCN) revient sur les enjeux du Paiement des services environnements (PSE) dans le domaine de l’eau et son importance pour la protection des ressources en eau.

??????????
Du fait que l’eau est un bien de la nature et a été toujours gratuite, a-t-on réellement les chances que les principes de préleveur-payeur et de pollueur-payeur soient appliqués en Afrique de l’ouest?
Il sera difficile de demander à un ménage de payer une compensation pour sa propre utilisation. Les usages domestiques ne sont pas concernés par ces principes de paiement. En revanche, ce sont les grands usages pour l’industrie, l’agriculture entre autres qui seront soumis aux paiements. Ces utilisateurs en font de gros profits alors que c’est un bien commun. Ce n’est pas juste qu’ils prennent cette eau, en faire des profits sans payer. Pour des principes d’équité, il faut qu’ils paient quelque chose. Ce paiement est fondé sur deux raisons, d’abord c’est un bien commun, ensuite, c’est une ressource à préserver. En plus, il faut garantir sa disponibilité pour les générations à venir.
Beaucoup de pays d’Afrique peinent à mettre en place les services de paiement des services environnementaux. Quelles sont les explications ?
La raison fondamentale, c’est le pouvoir d’achat. Plus de 90 % de la population ne sont pas solvables. Ces populations n’ont pas de revenus pour survenir d’abord à leurs besoins à plus forte raison de se soumettre à d’autres paiements. Toutefois, il faut reconnaitre que ce sont des populations qui sont responsables. Si nous prenons l’exploitation forestière, les riverains, ils détruisent. Ils ne s’occupent que de l’exploitation. Un écosystème, c’est un ensemble cohérent. Tout le monde doit vivre. Il faut veiller à son équilibre.
Au-delà du pouvoir d’achat est-ce qu’il y a une volonté politique ?
Tout cela est une question de réglementation. Pour faire payer quelqu’un, il faut qu’il se sente obliger de payer. Il faut une loi, un décret, en tout, des instruments juridiques qui les obligent à se conformer à ces principes. Pour arriver, à cela, il faut de grandes études pour connaitre combien ils paient, jusqu’à quel montant qu’ils sont prêts à payer. Il ne faut pas leur imposer un papier, ni une fourchette.
Pourtant le principe préleveur-payeur est appliqué au Burkina-Faso…
Il y a un seul décret sur le paiement et ce décret n’est pas encore entièrement appliqué. Ce décret ne s’applique qu’aux gros consommateurs d’eau, les industriels, les miniers et les sociétés d’eau. La Société d’eau du Burkina Faso paie environ 700 millions de francs Cfa par an. Cela n’a aucune répercussion sur la facture d’eau des consommateurs. Parce qu’il y a une étude économique qui a été faite pour voir par rapport à la tarification actuelle de la société pour voir combien on pourrait prendre à la société d’eau sans qu’il y ait une répercussion sur le consommateur. Tout ce travail a été fait avec eux.
Quelles sont les mesures mises en œuvre pour protéger la ressource ?
L’agence de l’eau a été mise en place. Son travail, c’est de veiller à la gestion durable de la ressource. Il y a des dispositions et des règlementations qui sont mis en place. Elles élaborent chaque année, des programmes pluriannuels. Elles conçoivent des schémas d’aménagement et de gestion. Ces schémas indiquent ce qu’il est possible de faire et ce qui ne l’est pas sur un site. Toute personne qui veut aménager ou modifier le régime de l’eau informe l’agent de l’eau. Ce dernier vérifie s’il est possible de répondre positivement à la demande.
Est-ce que l’urgence d’accroître l’accès aux populations, ne retardera l’affectation des financements pour la préservation de la ressource ?
Ce qui est sûr, lorsqu’il y a une sécheresse, la priorité sera accordée à la construction des forages. Mais il faut prendre les dispositions pour que la ressource ne soit pas exploitée à outrance. Il faut dire compte de demain. Il y a des mesures environnementales qui sont prises. Il ne faut pas implanter des forages n’importe où. Il faut d’abord bien connaitre la zone, c’est-à-dire, avoir une idée du débit.

Propos recueillis par Alain TOSSOUNON et Idrissa SANE

July 2, 2013

Politique de l’eau en Afrique de l’ouest : les financements conséquents, la source de la gestion intégrée

Idrissa SANE (Sénégal)

La gestion intégrée de la ressource eau est tributaire des financements conséquents et de la formation des ressources humaines. C’est ce qui ressort d’un atelier ouvert, hier, à Abidjan qui a réuni des experts et des journalistes venus de plusieurs pays d’Afrique.

Le financement de l’eau et la protection de la ressource en Afrique de l’Ouest restent des sujets de préoccupation. L’atelier organisé par l’Union internationale pour la conservation de la nature ( UICN) et le Partenariat régional de l’eau pour l’Afrique de l’Ouest (Gwp/Ao) a remis sur la table, les enjeux de la préservation de cette ressource. « Il est important que des ressources financières soient mobilisées et investies dans la gestion de l’eau. On sait qu’en matière de financement du secteur de l’eau, c’est moins la mobilisation des ressources financières que les capacités humaines, institutionnelles et organisationnelles pour la mise en œuvre qui posent problème »,  fait remarquer Ndri Koffi du GWP/AO par ailleurs président du Partenariat national de l’eau de la Côte d’Ivoire ( PNECI).

Le GWP qui milite depuis 1999, pour une gestion intégrée des ressources naturelles comme l’eau accorde une place de choix, à la formation des ressources humaines d’une part et d’autre part à la disponibilité des financements. Ces deux paramètres sont aux yeux des experts la source de la gestion intégrée. «  La bonne gestion de l’eau implique des financements conséquents bien utilisés mais aussi des ressources humaines capables de mettre en œuvre les différents programmes de développement », affirme Ndri Koffi du GWP/AO, qui a salué le partenariat entre le GWP Afrique de l’Ouest et l’UICN/PACO.

Il ressort que la préservation des écosystèmes aquatiques et les autres sources d’eau revêt des enjeux vitaux. A vrai dire, l’eau structure et conditionne des activités économiques.

                            De réelles menaces sur la qualité et la quantité

Mais c’est une source de vie menacée, au regard de l’occurrence de la pollution, de l’explosion démographique et du réchauffement de la planète qui accentue l’évaporation, le tarissement des mares, des pointes d’eau entre autres. « La pression démographique liée aux actions anthropiques et la concurrence entre les différents usages, le changement climatique constituent une menace pour cette ressource et tout ce qui en dépend en termes de quantité et de qualité. Face à cette situation il y a lieu de changer les modes de gestion de la ressource pour la préserver et protéger les écosystèmes aquatiques », se préoccupe le directeur régional de l’UINC/PACO, Maxim Somda.

La quantité et la qualité laissent planer des réels risques aux plans économique, sanitaire, et environnemental.  Ce sont pour toutes ces raisons, que les gros utilisateurs les industries, les sociétés minières, et les usagers individuels, les Etats gagneraient à apporter leur contribution à la protection de ce bien de la nature. « Il est donc nécessaire de sensibiliser tous les usagers de l’eau pour qu’ils contribuent au financement de l’eau dans un cadre de gestion équitable et durable pour la réduction de la pauvreté, le développement socio-économique, l’intégration régionale et la protection de l’environnement », plaide Maxime Somda.  Au cours de son intervention, il a énuméré les contraintes de l’application du principe pollueur-payeur. Il s’agit de cette de l’idée bien ancrée chez beaucoup d’africains qui considèrent l’eau comme un don de Dieu. A cela s’ajoute l’exercice du droit inaliénable de l’accès à cette ressource. Du reste, il plaide pour un financement inhérent  à son utilisation. « Il faut que l’eau finance l’eau. Dans certains pays on commence à appliquer le principe de préleveur-pollueur », préconise Maxime Somda. Surtout qu’il y a une concurrence de l’utilisation de cette ressource pour l’hydro-électricité, l’agriculture, l’exploitation minière entre autres. L’expert de l’UICN a également relevé l’absence d’une base fiable de données. Celle-ci est dispensable pour l’élaboration des stratégies pertinentes de sa protection. « Les budgets nationaux ne mettent pas beaucoup de moyens pour la connaissance de la ressource. On ne peut pas gérer quelque chose qu’on ne connaît pas », analyse Maxime Somda.

Gestion durable :  Peu de moyens accordés à la préservation de la ressource

Une portion congrue est accordée à la préservation de la ressource. Tel est l’avis  du Professeur Goula  Albert de l’Université Nangui-Abrogoua qui est aussi membre du comité scientifique de GWP/AO. Il a rappelé  que chaque secteur a ses mécanismes de financement. « Dans la plupart des pays de l’Afrique, il y a plus de financement pour la mobilisation de la ressource et que   pour sa protection », rapporte le Doyen de l’Unité de formation et de recherche en sciences de gestion de l’environnement de l’Université Nangui-Abroa, Goula Bi Albert.  « Il faut renforcer le partenariat et mettre des financements pour la protection de la ressources », conseille l’universitaire. En plus de cet aspect, il reste aussi du chemin à parcourir pour arriver à une gouvernance optimale dans ce secteur. « Il y a des actions qui sont menées pour que l’on aboutisse à une gouvernance plus acceptée. Mais il y a des problèmes de gouvernance », soutient Sidy Coulibaly le chargé de la communication de GWP, Afrique de l’Ouest. 

July 2, 2013

Session de formation des journalistes de l’Afrique de l’ouest : Le financement de l’eau et la protection de la ressource en question

Alain TOSSOUNON (Bénin)

Depuis le 1er juillet se tient à Abidjan en Côte d’Ivoire, une session de formation des hommes et femmes de médias sur la question du « financement de l’eau et la protection de la ressource en Afrique de l’ouest » . Un atelier qui vise à sensibiliser les journalistes sur la nécessité pour chaque pays et la sous-région, de consacrer des financements pour protéger la ressource, garantir sa qualité aujourd’hui et demain pour les générations futures.  

???????????????????????????????

Les journalistes au cours des échanges

Les financements mobilisés pour assurer l’Approvisionnement en Eau potable des populations et divers usages servent-ils également à protéger  les ressources en eau ? Tel est l’enjeu de cette session de formation organisée conjointement par le Partenariat Ouest-africain de l’eau (GWP/AO)  et l’Union Internationale pour  la  Conservation de la  Nature (IUCN). Pour le Président du Partenariat National de l’Eau  de Côte d’Ivoire, réagissant au nom du Global Water Partnership Afrique de l’Ouest (GWP-AO),  Ndri Koffi, l’action de son institution  vise à « accompagner les pays de l’Afrique de l’ouest dans leur développement à travers un processus participatif axé sur la bonne information de tous les acteurs ». « Si l’eau, c’est la vie, comme on le dit, protéger cette ressource relève d’une obligation collective et individuelle qui doit être un devoir pour tous les pays et leurs habitants pris individuellement », a-t-il signalé.

Il sera soutenu par le Représentant du Directeur régional de l’UICN/PACO, Maxime Somda,  qui estime que  la pression démographique liée  aux actions anthropiques et la concurrence entre les différents usages, le changement climatique constituent une menace pour cette ressource. Une raison pour lui  de veiller à sa protection  en « changeant les modes de gestion de la ressource pour la préserver et protéger les écosystèmes aquatiques ».

Pratiquement laissée-pour-compte dans les politiques de gestion, la question de la protection de la ressource eau est aujourd’hui au centre des préoccupations grâce au plaidoyer réussi du GWP/AO auprès de la Communauté des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO). Mais, si l’approche de la Gestion intégrée des ressources en eau (GIRE)  promue et adoptée par les différents pays  permet  de prendre en compte la protection de la ressource et son financement, le défi est encore loin d’être relevé par les Etats.  C’est pourquoi les journalistes sont appelés à s’investir  dans le cadre de cette formation, à travers des productions pour  amener les Etats à consacrer une partie des financements à cette problématique.

Ainsi, au terme de cette session de formation,  les journalistes  une fois sensibilisés devront apporter leur appui pour la mobilisation des acteurs autour des besoins financiers pour faire face à la problématique du financement de la protection  de la ressource. L’atelier se poursuit jusqu’au 5 juillet avec des ateliers de production après une visite de terrain dans la commune de Koumassi au niveau de la ville d’Abidjan.