Passage à l’échelle de l’Assainissement total piloté par la communauté (Atpc) : Le Tchad face aux défis de la mobilisation des partenaires

Idrissa SANE (Dakar)

Le Tchad cherche des solutions de mise à l’échelle de l’Assainissement total  piloté  par la communauté ( Atpc). C’est ce que révèle un exposé présenté lors de la Réunion AfricaSan ouverte à Dakar le 9 septembre 2013.  Le pays qui a porté son budget à 20 milliards de francs Cfa  pour la prise en compte de ces questions bénéficie d’une présomption de confiance pour engranger de nouveaux progrès.

Photo PAFRICA 3

Le passage à l’échelle de l’Assainissement totale piloté  par la communauté est un défi dans le domaine de l’assainissement au Tchad. C’est ce qui ressort d’un exposé présenté par le chef de division assainissement au ministère de l’Hydraulique rural et urbain, Haroune Abdou Mahamat, lors de la réunion AfricaSan, qui est ouverte, à Dakar, le 9 septembre 2013. « Il y a des contraintes pour la mise à l’échelle, de l’APTC parce que les autres organisations de la société civile pensent que l’APTC est une affaire de l’Unicef. Nous voulons mobiliser les autres partenaires. Nous voulons que les autres partenaires intègrent  l’APTC dans leur programme », a fait savoir, le chef de la Division assainissement au ministère de l’Hydraulique rural et urbain.

Mais au-delà, de cette fédération et de la mobilisation d’autres partenaires, il faut au préalable, définir, le paquet de services de passage à l’échelle de cette approche qui est expérimentée, dans plus de 300 villages, à travers le Tchad. « L’un des défis, c’est de faire en sorte que les villages déclarés Fin de la défécation à l’air libre ne rechutent pas. Nous devons aussi définir les services de l’ATPC et le statut  », renseigne un autre technicien tchadien.

En plus de cette approche, le pays s’achemine vers la construction des bassins de rétention, à travers certains quartiers de N’Ndjamena. Mais pour se faire, il faut lever la contrainte des sites notamment le dédommagement des propriétaires de terrain, ou des propriétaires de maisons. « Dans notre lettre de  politique, nous envisageons de construite des bassins dans la capitale pour gérer les eaux de pluie. Nous sommes sur la phase d’identifications des sites. Si nous dédommageons les propriétaires des terrains et des maisons, le projet peut aboutir », estime Haroune Mahamat. Le taux d’assainissement du pays tourne autour de 16 %. Si les documents de politiques et de stratégies nationales en matière d’assainissement et d’hygiène ainsi que le code sont adoptés, il reste à résoudre la question de leur faible vulgarisation. Toutefois, il faut relever cette volonté politique d’amélioration  des indicateurs à travers l’augmentation sensible du budget alloué à l’eau et à l’assainissement. Le budget est entre temps passé de 9 milliards de francs Cfa à 20 milliards de francs Cfa. « Cette augmentation du budget découle de la volonté politique. Parce que le président Tchadien a placé son mandat sous le sceau du monde rural. Il faut un accès à l’eau et pour les populations et pour le bétail. Il y a aussi des plaidoyers, à tous les niveaux », explique le chef de Wash Unicef du Tchad.

 

Gabin Lulendu, expert juridique du comité national d’actions d’eau et d’assainissement : « Il ne suffit pas d’inscrire le montant dans le budget national, il faut décaisser »

Le secteur de l’assainissement est un parent pauvre en matière d’allocation budgétaire. C’est connu. Pour l’expert juridique du Comité national d’eau et d’assainissement du Comité national d’actions d’eau et d’assainissement de la République démocratique du Congo, il faut dépasser ce constat. Dans leur pays, les projets d’accès à l’eau potable doivent  prendre en compte les questions d’hygiène et d’assainissement. Mieux, le gouvernement doit faire mieux qu’énoncer des montants pour ce secteur dans le  budget national. « Il ne suffit pas d’inscrire le montant dans le budget. Mais il faut surtout décaisser les fonds », a argumenté  Gabin Lulendu, au cours de la réunion AfricaSan, ouverte à Dakar, le 9 septembre 2013.

Propos recueillis par Idrissa SANE

                                                                                                                                                                                            

 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: