Archive for June, 2014

June 26, 2014

CRISE AU EAA: Le personnel de EAA demande le départ imminent du secrétaire exécutif!!!

 

 

Image

Le personnel de l’EAA en Sit-in (© Burkina24)

 

Le personnel de l’Agence intergouvernementale panafricaine Eau et Assainissement pour l’Afrique (EAA) observe un sit-in de douze heures, ce mardi 24 juin 2014, au siège de l’Agence à Ouagadougou. Plusieurs points inscrits dans une plateforme revendicative ont été soulevés par ces agents. Ils demandent entre autres « le départ sans aucun compromis » du premier responsable de l’institution, Idrissa DOUCOURE.

Une matinée chaude à l’Agence intergouvernementale panafricaine Eau et Assainissement pour l’Afrique (EAA). Le personnel de l’agence observe un mouvement de grève ce mardi.

« Trop c’est trop » estiment les agents de l’EAA qui critiquent la gestion financière le climat et les conditions de travail. Selon le porte-parole des agents Mamadou OUATTARA, l’image de l’institution est « ternie » par le manque de confiance entre le président secrétaire exécutif de l’EAA, Idrissa DOUCOURE et le personnel d’une part et entre les partenaires techniques et financiers d’autre part.

Les grévistes  réclament ainsi « le paiement immédiat des arriérés de salaires des agents, la mise en place des délégués du personnel et le départ sans aucun compromis de Idrissa DOUCOURE » a expliqué leur porte-parole. Ils disent avoir essayé à maintes reprises d’attirer l’attention de l’administration, en public tout comme en privé, sur les immenses risques que court l’institution à savoir « sa faillite ».

Le président secrétaire exécutif de l’EAA, Idrissa DOUCOURE, arrivé au lieu ce matin ne pouvait que se replier face à l’ampleur du sit-in, observé par son personnel.

Nommé par le conseil de ministres des Etats membres de l’EAA, il est de nationalité sénégalaise et est arrivé à la tête de l’institution en 2011 à la suite du malien Cheick Tidiane TANDIA. L’EAA est plus connue sous le nom : Centre régional pour l’Eau potable et l’assainissement à faible cout (CREPA).

 

Noufou KINDO et Aboubakar KAMAGATE (Stagiaire)
Burkina 24

 

June 24, 2014

Intégrité dans le secteur de l’Eau: La Côte d’Ivoire élabore son plan d’action

ImageTable de séance: Mme Françoise N’Doumé, Coordonnatrice Afrique de l’Ouest de WIN, M.Adjoumané, représentant du ministre des Eaux et Forêts CI, et M.N’Dri Koffi, pdt du PNECI

 

Du 23 au 27 juin, se tient à l’hôtel les résidences M’Maya de la Riviera 2, un atelier national de  restitution et d’élaboration d’un plan d’action dans le secteur de l’eau et qui se rapporte sur l’intégrité.

Ce séminaire vient après l’atelier régional sur l’intégrité de l’eau qui s’est tenu du 16 au 20 septembre 2013 à l’hôtel Manhattan Suites et qui avait mobilisé 35 participants  issus respectivement du Bénin, de la Côte d’Ivoire et du Togo.

Cette rencontre de renforcement des capacités qui avait pour objet la recherche, le développement des compétences institutionnelles et la préparation au changement, il avait été recommandé que chaque pays en fasse une restitution auprès d’une grande population et d’élaborer son plan d’action national. La Côte d’Ivoire a ainsi décidé de faire le sien en associant tous les secteurs du secteur de l’eau.

Monsieur Ndri Koffi, président du partenariat national de Côte d’Ivoire (PNCI) a au cours de la cérémonie d’ouverture, salué  ’’la présence massive des participants tout en remerciant  les initiateurs de cet ambitieux projet, ainsi que les autorités gouvernementales qui n’ont pas hésité à injecter de l’argent public sur un sujet aussi délicat que la corruption ‘’. Il a également indiqué les objectifs de cet atelier qui ‘’vise à faire la restitution de l’atelier du 16 au 20 septembre auprès d’une population plus élargie d’acteurs de l’eau au nombre de 45 et finaliser l’élaboration du plan national d’action sur l’intégrité dans le secteur de l’eau en Côte d’Ivoire’’.

Quant à Francoise N’Doumé, la coordonnatrice Afrique de l’ouest de Water Integrity Network (WIN), organisme qui finance cet atelier, elle a affirmé que ‘’les droit à l’accès à l’eau potable sont reconnus comme des droits humains mais sont difficiles d’accès en Afrique’’. Avant de révéler que ‘’1,8 milliards de personnes sont menacées par le manque  de l’eau et 2,5 n’ont pas accès un  assainissement amélioré.’’

Représentant le ministre des eaux et forêts, dont il est le conseiller technique chargé de l’eau, Monsieur Kadio Adjoumane, a soutenu que ‘’que le thème de l’atelier porte sur un sujet qui est un impératif qui interpelle les pouvoirs publics’’.  Il n’a pas manqué de témoigné sa gratitude et son estime aux participants qui constituent le fondement de la lutte contre la corruption dans le secteur de l’eau’’.  Le conseiller technique terminer ses propos en souhaitant ‘’plein succès dans les travaux avant de déclarer ‘’ouvert l’atelier ‘’

 

Frédéric Goré Bi (Côte d’Ivoire)

June 14, 2014

Water and Energy: Inseparable Elements for Human Development

 

By Diana Coker- washjn SL

Water is a natural resource given free by God to man, since the inception of the human race, there has been no generation that has live without water. Wars have been fought over water, in the same vein as water sources have been used to create peace between warring factions. Water is life, Energy on the other hand is both a natural resource and can be man-made.
History shows that the first form of energy created by man was fire, using implements like stones and dry leaves. It was observed sometime later that these two elements water and energy could be synchronised in such a manner as to make life easier for mankind.
Water and Energy are intricately connected, as all sources of energy require water in their production processes, and therefore water is a significant factor for the production of energy. In the same vein, energy is itself is required to make water resources available for human use and consumption (including irrigation) through pumping, transportation, treatment and desalination.
In Sierra Leone, water is used to create energy in several forms. The volume of water Sierra Leone is blessed with brings into focus the uncontrolled manner in which water is used and stored for future use. It is evidently clear that water authorities responsible for the collection and distribution of water are either incapable or ill-equipped to carry out this function. Water wastage is a common phenomenon in Sierra Leone and this in turn leads to inadequate provision of energy because the water being wasted could be harnessed in such a manner as to ensure sustainable water supply in the event rain water is in short supply in future, for example water banks could be initiated through policies by the government with assistance from international partners.
Water could also be used for economic purposes if well managed. However it would seem like politicians and other decision makers have not fully realised the great potential of our water resources.
Comming to the issue of energy Sierra Leone’s Bumbuna Hydro-Project is mainly responsible to supply electricity to the National Power Authority, (NPA) and the Bo/Kenema Power Station for distribution. It is the main base load of electricity supply to the country’s capital Freetown and other Provincial towns, and depends on water from the Selli River to move the turbines inorder to generate energy.
During our visit to the Bumbuna Dam in October 2012, the Dam was fully operational, generating (50) megawatts of electricity. The former Director of the Bumbuna Hydro-Project, Dr. Abdulrahman Jalloh said that the river was full to its brim and that there was excess water supply, which the two turbines installed in the first floor of the five story building could not contain and therefore the excess water, which probably should be stored to operate the dam during the dry season spills back into the river. However due to lack of political will much of the energy being generated through the use of water at the Bumbuna Dam is either wasted or poorly distributed because proper mechanism for the management of water is not in place. If it could be possible the connection between water and energy could be made simpler through recycling the water used in the dam. But because the importance between water as a necessary and vital proponent of energy is not known, is the reason we suffer from lack of both.
On June 3rd 2014, as a result of Inadequate supply of water to the Bumbuna Dam, coupled with technical problems contributed to the low production of energy due to the decreased level of water in the dam which could have been avoided had the authorities put in place measures to store water rather that let it go to waste. The Ministry of Energy and Management of the National Power Authority was therefore left with no option but to shut down the dam, due to decrease water level and promise to open the Dam when the water increases to an appreciable level. The result was to resort to use of thermal plants to produce energy.
One very important fact to indicate that water and energy are intricately linked was when the Ministry of Energy and Water Resources was one entity. Since their separation following the 2012 General election the collaboration between the two providers of Water and Energy significantly deterioted as several areas were weeks without water while some other were weeks without energy, this is a clear indication that the two are inseparable.
Therefore it is my opinion that water and energy resources in Sierra Leone should be harness in such a manner to ensure that one does not go without the other. I would therefore recommend that the Ministry of Energy be rejoined to that of the Ministry of Water Resources. The government established Water Banks in anticipation of water shortage in the future, and or for economic purposes.
That education on the importance of water and energy is emphasised in all educational institutions with a view to creating national consciousness on its relevance to life.

June 13, 2014

Africa Water Forum 2014 de Ouagadougou: L’Afrique se prépare à parler d’une seule voix en Corée

Alain TOSSOUNON (Ouagadougou)

Afin de parler d’une seule voix au prochain Forum Mondial de l’Eau qui se tiendra à Daegu en Corée du sud, les acteurs du secteur de l’eau et de l’assainissement de l’Afrique se retrouvent depuis hier dans la capitale burkinabé pour une Conférence internationale Africa Water Forum. Organisé par l’Institut International d’ingénierie de l’Eau (2iE) et le gouvernement du Burkina-Faso en partenariat avec le Conseil des Ministres Africains de l’Eau (AMCOW) et le Conseil Mondial de l’Eau (CME), l’évènement rassemble plus de 450 participants venus de plusieurs coins du monde.

Une vue partielle des participants (Photo 2iE)

Une vue partielle des participants (Photo 2iE)

Préparer une position commune de l’Afrique en prélude du 7e Forum Mondial de l’Eau. C’est tout l’enjeu de cette rencontre internationale appelée de tous les vœux pour un accès de tous les Africains à l’eau et à l’assainissement. Avec la présence des invités de marque dont le Président d’honneur du Conseil Mondial de l’Eau, Loïc Fauchon, Africa Water Forum offre une occasion aux acteurs de promouvoir un dialogue ouvert sur les politiques et programmes d’exploitation et de gestion concertée des ressources en eau, d’aborder les mécanismes de financement innovants et de fédérer l’engagement de tous pour l’atteinte des futurs objectifs de développement durable.
Au cours de la cérémonie d’ouverture marquée par plusieurs interventions d’appel à la mobilisation et à l’action, le Directeur de 2iE, Amadou Hama Maiga, a indiqué que l’initiative de ce forum vise à créer, dès Ouagadougou, une dynamique des acteurs africains dans leur diversité dans un contexte où la quasi-totalité des pays africains seront absents au rendez-vous du 7e objectif des OMD. Mais aussi, à un moment où la communauté internationale se mobilise pour la définition des Objectifs post-2015. De même, avec ce pré-forum, c’est le processus régional en vue du 7e Forum Mondial de l’Eau qui est lancé. Un processus qui vient enrichir les conclusions de la Semaine Africaine de l’eau de AMCOW qui s’est tenu du 26 au 30 mai à Dakar au Sénégal. « De nombreuses solutions et innovations existent pour répondre aux défis du secteur », a-t-il soutenu au niveau de l’institut qu’il dirige mais il reste à les rendre accessibles et applicables pour les usagers.
Pour le Secrétaire exécutif de AMCOW, Bai Mai Tall, l’heure a sonné pour que l’Afrique prenne en main son propre destin dans le secteur de l’eau, l’hygiène et l’assainissement. Pour cela, il soutient absolument que l’Afrique doit influencer l’agenda de développement de l’eau post-2015. En clair, l’Afrique doit participer activement à la définition de ces objectifs. Aujourd’hui, rassure-t-il, les ministres africains de l’eau au sein de AMCOW sont désormais engagés pour faire du secteur de l’eau et de l’assainissement, une priorité dans leurs agendas de développement. Car, des opportunités existent en matière de valorisation de l’eau pour faire face aux problèmes de développement des différents Etats. Pour exemple, sur 7% de ressources en eau que compte l’Afrique, seulement 3% sont utilisées alors que les besoins sont énormes Une bonne raison pour que l’Afrique se mobilise pour tracer son propre chemin de développement.
Un message panafricaniste entendu par le Ministre en charge de l’eau, des aménagements hydrauliques et de l’assainissement du Burkina-Faso, Professeur Mamounata Belem, qui dans son adresse, a invité tous à s’intéresser aux questions de l’eau et de l’assainissement à l’image de la coupe du monde qui mobilise le monde entier avec beaucoup de passion. Parce que tout simplement, « accéder à une eau saine de boisson, avoir de bonnes conditions d’hygiène, vivre dans un environnement domestique et public assainis, sont non seulement des aspirations des populations mais constituent aussi des défis en termes de dignité humaine », a-t-elle signifié. Elle insistera sur la maitrise de l’eau devenu un défi majeur car la survie de régions entières de notre planète dépend de cette ressource « précieuse ». De plus, faisant le constat amer de la dégradation que connaissent les ressources en eau, elle a appelé aux actions immédiates pour éviter le stress hydrique aux populations dans un contexte de forte croissance démographique. Enfin, face à la concurrence de plus en plus vive entre les usages domestiques, industriels, agricoles mais aussi de l’élevage et de l’environnement, que connaissent les ressources en eau, assurer un équilibre devient un défi majeur.
En ouvrant les travaux de ce pré-forum, le Ministre garde des sceaux en lieu et place du Premier ministre Luc Adolphe Tiao, a soutenu que la question de l’accès à l’eau et à l’assainissement touche de plein fouet les populations tant rurales qu’urbaines et constitue l’un des défis de développement de nos Etats.

L'Afrique en route pour le 7e FME de Corée (Photo 2iE)

L’Afrique en route pour le 7e FME de Corée (Photo 2iE)

Tout en rappelant les efforts du gouvernement burkinabé pour améliorer le taux d’accès à l’eau et à l’assainissement, a indiqué que le prochain forum mondial de l’eau sera un rendez-vous très important pour tous les pays qui n’atteindront pas les OMD. En effet, il importera pour ces pays de lutter pour le maintien de ces objectifs après 2015. Ainsi, il a lancé un vibrant appel à une mobilisation de tous les Etats africains pour une participation active de l’Afrique.
Au cours des travaux, 4 thématiques (Processus politique, parlementaire, Sciences et innovations, segment collectivités locales et société civile) et 36 sessions sont prévues pour débattre des enjeux et défis du secteur en Afrique.
Par ailleurs, à l’image du 6e Forum mondial de Marseille, une présence remarquable des jeunes est notée à ce forum africain. Porteurs d’avenir, les jeunes mobilisés partageront les fruits de leurs échanges et réflexions avec les parlementaires africains au 7e Forum Mondial de l’Eau de Corée. Plus que jamais, en Afrique, l’avenir du secteur de l’eau se dessinera désormais avec les jeunes.

June 2, 2014

Clôture de la Semaine africaine de l’eau: Le nouveau président de Amcow dévoile sa feuille de route

Idrissa SANE (Dakar)

Le ministre de l’Hydraulique et de l’Assainissement du Sénégal, Pape Diouf a été élu nouveau président du Conseil des ministres africains  en charge de l’eau (Amcow). C’était le samedi dernier. Il  s’est engagé à travailler pour la maîtrise de l’eau, l’exploitation du potentiel hydroélectrique et le renforcement de la coopération.

Remise de temoin au nouveau Pdt Pape Diouf

Remise de témoin au nouveau Pdt Pape Diouf

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le ministre de l’Hydraulique et de l’Assainissement du Sénégal, Pape Diouf est le nouveau président du Conseil des ministres africains  en charge de l’eau (Amcow). Il a été choisi par ses pairs  de 28  pays africains. Le ministre Pape Diouf qui  a transmis les encouragements du président de la République, Macky Sall,  aux autres ministres africains a promis de marcher sur les pas de son prédécesseur, la ministre nigériane, Sarah Reng Ochekpe. Sous ma présidence, affirme-t-il, notre Conseil va garder le cap en renforçant sa politique de gestion intégrée des ressources en eau, affiner ses stratégies et réaliser les actions nécessaires pour relever les défis auxquels l’Afrique fait face. Durant son mandat, Pape Diouf s’est engagé à faire évoluer des indicateurs aussi bien  pour les composantes accès à l’eau potable que pour l’assainissement. De plus, le bien de la nature sera exploité de manière rationnelle aux fins de soutenir le développement économique du continent.« L’accent sera mis sur la maîtrise de l’eau pour le développement de l’agriculture irriguée pour l’après 2015. A cet effet, nous travaillerons à un rapprochement avec le Conseil des Ministres africains en charge de l’Agriculture pour un plaidoyer et des actions communes pour l’atteinte de cet objectif », s’est-il exprimé.

Le ministre compte aussi donner une nouvelle impulsion à l’exploitation  hydroélectrique de l’Afrique qui n’a exploité que 7 % de son potentiel. L’exploitation de ce potentiel aurait aux yeux du ministre des effets positifs en termes de lutte contre la pauvreté, contre les maladies et contribuerait à la préservation de l’environnement. « Le deuxième facteur qui me semble essentiel est l’accès à l’énergie hydroélectrique. Il ne fait aucun doute qu’aujourd’hui, les ressources énergétiques ont un effet multiplicateur sur l’atteinte des objectifs relatifs à la réduction de la pauvreté, à l’éducation, à la santé et à l’environnement », fait-il remarquer.

La Gire

Le ministre de l’Hydraulique et de l’Assainissement du Sénégal a lancé un appel pour la consolidation de la coopération autour de la gestion intégrée de la ressource eau. La gestion intégrée est la voie pour assurer la durabilité de ce bien de la nature. L’Amcow est un instrument idéal pour promouvoir sa préservation. « Amcow n’est pas une panacée ni un remède miracle. Elle reflète la volonté politique collective des Etats membres ainsi que le souci de prendre en compte leur intérêt dans le renforcement de la coopération multilatérale de nos pays. Nous devons être ensemble, et gérer en commun ce qui nous est tous indispensable : l’eau », argumente-t-il.  Le ministre a félicité le secrétaire exécutif, Mbaï Mass Taal et son équipe ainsi que le comité d’organisation de la 5e édition de la Semaine africaine de l’eau. La prochaine édition aura lieu en Tanzanie.

Idrissa SANE

Tags: , , ,
June 1, 2014

Remise d’équipements d’hygiène et d’assainissement aux EPP à Kérou: Contribuer à l’amélioration de la santé des enfants en milieu scolaire

Alain TOSSOUNON (Bénin)

A l’occasion d’une cérémonie qui s’est tenue le jeudi 29 mai, quatre (4) écoles primaires publiques de la commune de Kérou ont reçu des ouvrages et équipements d’hygiène et d’assainissement de base. C’est le fruit d’un partenariat entre le Programme WASH, EAA-Bénin et la commune de Kérou.

Mme Gbèdo Adissoda de EAA-Bénin remettant les equipements aux Directeurs de deux écoles

Mme Gbèdo Adissoda de EAA-Bénin remettant les équipements aux Directeurs de deux écoles

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

D’un coût global de 3.300.000 de francs CFA, les équipements d’hygiène et d’assainissement de base sont constitués de 50 Postes d’Eau Potables, de latrines ECOSAN et de matériels de jardinage pour les Ecoles primaires publiques de Kpéwonka A et de Kabongourou A. En dotant ces écoles primaires publiques de ces équipements, le Programme WASH mis en œuvre par EAA-Bénin dans cette commune avec l’appui de l’Alliance WASH néerlandaise et l’Alliance WASH-Bénin, vise essentiellement à accompagner ces écoles pilotes dans l’appropriation de bonnes pratiques d’hygiène et de l’approche ECOSAN. Mais aussi, avec les différents matériels de jardinage, le programme vient soutenir la promotion de jardins scolaires.

En recevant ces équipements devant ses nombreux écolières et écoliers, le Directeur de l’Ecole primaire publique de Kpéwonka A, Bani Zachari, n’a pas caché sa joie. « C’est un jour merveilleux », a-t-il dit avant de saluer EAA-Bénin et l’Alliance WASH qui finance le programme. Pour lui, il n’y a pas de doute, ces dispositifs de lave-mains et les latrines ECOSAN vont avoir un impact sur la santé et l’éducation des écoliers. « Ces équipements et les latrines vont améliorer la santé des enfants. Nous aurons moins d’absence pour cause de maladies comme la diarrhée au niveau des apprenants », a soutenu le Directeur Bani Zacharie. Pour l’entretien des équipements, il a rassuré les partenaires en annonçant qu’un comité sera mis en place pour veiller à leur bon usage. Déjà, il a souligné que dans la plupart des écoles de la commune, il existe des clubs de santé scolaire avec le soutien d’un enseignant qui veillent au suivi des bonnes pratiques d’hygiène dans les établissements scolaires.
Dans son intervention, le chef service eau de la Mairie de Kérou, Garba Idrissou, s’est également réjoui de la remise de ces équipements pour les écoliers et écolières. Il a signalé que c’est un geste qui touche à la santé des enfants et qui répond à la vision du Plan de développement communal qui fait de la santé de la couche juvénile, une des grandes priorités. Pour terminer, il a exhorté les enfants à bien utiliser les équipements.
En s’adressant au corps enseignant et aux écoliers, Yadjidé Gbèdo Adissoda a, au nom de la Représentante résidente de EAA-Bénin, invité les enseignants et les apprenants, à bien entretenir les équipements et à les utiliser judicieusement. « Il faut un dispositif de gestion et d’entretien des Postes d’Eau Potables », a-t-elle indiqué. Pour terminer, elle a signifié que c’est l’existence d’un jardin scolaire dans les écoles bénéficiaires qui a motivé l’accompagnement en matériels.

June 1, 2014

5ièm SEMAINE AFRICAINE DE L’EAU : WaterAid félicite AMCOW pour la priorisation de l’assainissement dans la « Déclaration de Dakar »

Par Jacques Ngor SARR- Dakar/Sénégal – De tout ce qu’on aura retenu de plus dans la 5ième semaine africaine de l’eau, dont les rideaux sont tombés hier à Dakar, c’est la déclaration duconseil des ministres africains de l’eau, communément appelée « la déclaration de Dakar ». L’ors de la cérémonie de clôture de la rencontre, les Ministres Africains ont décidé de proposer un objectif de développement durable portant sur l’eau et l’assainissement. Une décision accueillie avec satisfaction par l’ONG internationale WaterAid qui félicite les responsables de cette structure pour leur leadership à trouver des solutions à la crise de l’assainissement. Dans un communiqué rendu publique, WaterAid estime que cette Déclaration marque l’aboutissement de 5eme Semaine africaine de l’eau conjointement organisée par AMCOW et la Commission de l’union africaine et qui a connu la participation de 1000 délégués venus de tout le continent.

« En demandant un objectif de développement durable portant sur l’eau et l’assainissement , la Déclaration s’inscrit en droite ligne avec le axes prioritaires du groupe de réflexion international des Nations Unies sur les objectifs de développement durable ». WaterAid précise que « cet organisme des Etats membres des Nations Unies publiera son rapport en aout pour proposer les nouveaux objectifs de développement qui suivront les OMD dont l’échéance est en 2015 ».

Dans le même ordre d’idée le responsable Pan-Africain de WaterAid Nelson Gomonda déclare: «la Déclaration de Dakar fait ressortir clairement le message des ministres africains que la crise de l’assainissement ne saurait être éradiquée sans un objectif global dédié à l’eau et l’assainissement. Avec 7 africains sur 10 sans accès à un assainissement adéquat, coupler l’assainissement avec l’eau et dans les objectifs de développement durable s’avère essentiel pour réaliser une vision d’un continent plus sain, économiquement productif et qui vit le bonheur».

L’ONG précise qu’à coté de ce processus, certains pays africains vont finaliser leur position sur le groupe international de réflexion des Nations Unies sur le Développement durable lors de l’avant dernière rencontre du 16 au 20 juin. « L’eau et l’assainissement figurent en bonne place dans l’actuel rapport provisoire et il est heureux de constater que la Déclaration de Dakar s’aligne avec un consensus global qui est que le cadre de développement durable doit intégrer un objectif sur l’eau et l’assainissement ».

Ainsi la Déclaration de Dakar publiée samedi 31 mai 2014 devance celle sur la ‘position de l’Afrique’ sur le cadre post-2015 qui sera connue le jeudi 3 juin lors de la réunion de l’Union africaine à Addis Abéba en Ethiopie.