Posts tagged ‘Eaa-benin’

June 1, 2014

Remise d’équipements d’hygiène et d’assainissement aux EPP à Kérou: Contribuer à l’amélioration de la santé des enfants en milieu scolaire

Alain TOSSOUNON (Bénin)

A l’occasion d’une cérémonie qui s’est tenue le jeudi 29 mai, quatre (4) écoles primaires publiques de la commune de Kérou ont reçu des ouvrages et équipements d’hygiène et d’assainissement de base. C’est le fruit d’un partenariat entre le Programme WASH, EAA-Bénin et la commune de Kérou.

Mme Gbèdo Adissoda de EAA-Bénin remettant les equipements aux Directeurs de deux écoles

Mme Gbèdo Adissoda de EAA-Bénin remettant les équipements aux Directeurs de deux écoles

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

D’un coût global de 3.300.000 de francs CFA, les équipements d’hygiène et d’assainissement de base sont constitués de 50 Postes d’Eau Potables, de latrines ECOSAN et de matériels de jardinage pour les Ecoles primaires publiques de Kpéwonka A et de Kabongourou A. En dotant ces écoles primaires publiques de ces équipements, le Programme WASH mis en œuvre par EAA-Bénin dans cette commune avec l’appui de l’Alliance WASH néerlandaise et l’Alliance WASH-Bénin, vise essentiellement à accompagner ces écoles pilotes dans l’appropriation de bonnes pratiques d’hygiène et de l’approche ECOSAN. Mais aussi, avec les différents matériels de jardinage, le programme vient soutenir la promotion de jardins scolaires.

En recevant ces équipements devant ses nombreux écolières et écoliers, le Directeur de l’Ecole primaire publique de Kpéwonka A, Bani Zachari, n’a pas caché sa joie. « C’est un jour merveilleux », a-t-il dit avant de saluer EAA-Bénin et l’Alliance WASH qui finance le programme. Pour lui, il n’y a pas de doute, ces dispositifs de lave-mains et les latrines ECOSAN vont avoir un impact sur la santé et l’éducation des écoliers. « Ces équipements et les latrines vont améliorer la santé des enfants. Nous aurons moins d’absence pour cause de maladies comme la diarrhée au niveau des apprenants », a soutenu le Directeur Bani Zacharie. Pour l’entretien des équipements, il a rassuré les partenaires en annonçant qu’un comité sera mis en place pour veiller à leur bon usage. Déjà, il a souligné que dans la plupart des écoles de la commune, il existe des clubs de santé scolaire avec le soutien d’un enseignant qui veillent au suivi des bonnes pratiques d’hygiène dans les établissements scolaires.
Dans son intervention, le chef service eau de la Mairie de Kérou, Garba Idrissou, s’est également réjoui de la remise de ces équipements pour les écoliers et écolières. Il a signalé que c’est un geste qui touche à la santé des enfants et qui répond à la vision du Plan de développement communal qui fait de la santé de la couche juvénile, une des grandes priorités. Pour terminer, il a exhorté les enfants à bien utiliser les équipements.
En s’adressant au corps enseignant et aux écoliers, Yadjidé Gbèdo Adissoda a, au nom de la Représentante résidente de EAA-Bénin, invité les enseignants et les apprenants, à bien entretenir les équipements et à les utiliser judicieusement. « Il faut un dispositif de gestion et d’entretien des Postes d’Eau Potables », a-t-elle indiqué. Pour terminer, elle a signifié que c’est l’existence d’un jardin scolaire dans les écoles bénéficiaires qui a motivé l’accompagnement en matériels.

Advertisements
April 17, 2014

Validation de rapports d’études par EAA-Bénin : Répondre à la problématique de gestion des latrines en milieu scolaire et dans les lieux publics

Alain TOSSOUNON (Bénin) 

 

Afin de proposer des modèles de gestion durable des latrines en milieu scolaire et dans les lieux publics ou encore de faire face aux difficultés de réalisation des ouvrages dans les zones lacustres, l’Agence panafricaine Eau et Assainissement pour l’Afrique au Bénin (EAA-Bénin) a commandité  4 études thématiques. La validation des rapports d’études a eu lieu au cours d’un atelier qui s’est tenu à l’Hôtel Palais Oriental 2 de Porto Novo, du 14 au 15 avril 2014.

N'Dèye Coura N'Doye, Représentante Résidente de EAA-Bénin

N’Dèye Coura N’Doye, Représentante Résidente de EAA-Bénin

 


Comment répondre à la problématique de la gestion durable des latrines publiques et scolaires, à la réalisation des ouvrages d’assainissement en zone lacustre et de terre noire et à la question des latrines sexo et pour les handicapés. C’est tout l’enjeu des études qui ont été réalisées par EAA-Bénin dans une logique de recherche-action. Car, sur le terrain, les constats sont amers. Et en ouvrant les travaux de la validation des rapports de ces études, la Représentante Résidente de EAA au Bénin, Mme Ndèye Coura N’Doye, a souligné l’état préoccupant de la gestion des latrines publiques et scolaires après leur réalisation. « Les latrines dans les lieux publics et dans les écoles existent mais ne sont pas toujours utilisées car mal entretenues. De plus, il n’existe pas une méthode pour déterminer le nombre de cabines suivant le genre (sexe, handi-spécifiques) ». De plus, indique-t-elle, la nature du sol dans les zones lacustre et de terre noire, rend difficile la réalisation des ouvrages dans les localités concernées. Ce sont les raisons qui justifient la réalisation de ces études destinées à proposer des modèles de gestion pour améliorer leur utilisation ou leur réalisation selon le cas.

Prenant le cas des latrines en milieu scolaire, Hector KPANGON, Chargé de programme et responsable des questions de Recherche-Action à EAA-Bénin, a expliqué qu’aujourd’hui, on dépense des milliards pour doter les écoles des toilettes et d’ouvrages d’assainissement. Mais, soutient-il, « malheureusement, ces latrines ne survivent que le temps de 2 ou 3 mois. Elles sont mal entretenues et abandonnées». « Il se pose donc un problème de gestion », a-t-il ajouté. Ainsi, les études réalisées permettent de proposer des modèles de gestion adaptés aux réalités  pour rendre durable la gestion de ces latrines scolaires mais aussi des latrines publiques.

Vue partielle des participants

Vue partielle des participants

Egalement, pour  le cas   des latrines sexo et handi spécifiques, il signale qu’il y a 4 grilles qui ont été conçues pour aider les techniciens et les professionnels du secteur à mieux prévoir en termes d’effectif, les cabines de latrines qu’il faut de façon spécifique pour le genre.

Mettant au cœur du dispositif les communes qui exercent cette compétence en matière d’hygiène et d’assainissement selon les lois sur la décentralisation, les études constituent des réponses aux différentes problématiques de gestion des ouvrages d’assainissement.

Par ailleurs, les différentes propositions seront testées au cours de cette année afin de tirer les grandes leçons pour qu’en 2015, on retienne les modèles qui marchent.

 

 

March 3, 2014

Fin de la 11ième édition du stage intensif de recyclage d’EAA-Bénin: Une véritable contribution au développement du secteur HAEP

Alain TOSSOUNON (Bénin)

Les officiels au cours de la cérémonie de clôture

Les officiels au cours de la cérémonie de clôture

Ouverte le 17 février 2014 à l’hôtel le Miracle de Dassa-Zoumè,  la 11ième édition du stage intensif de recyclage des professionnels du secteur Hygiène, assainissement et eau potable (HAEP) a pris fin le 1er mars par une cérémonie de remise d’attestation aux participants. Une session de formation organisée tous les ans depuis 2003, par EAA-Bénin en collaboration avec le Centre d’expertise en traitement  et gestion de l’eau (CEBEDEAU), la Direction nationale de la santé publique (DNSP), le département communautaire et d’assainissement du milieu (DCAM-Bethesda) et la Wallonie Bruxelle internationale. Une véritable  contribution au développement du secteur dans notre pays.

En clôturant  la 11ième édition du stage intensif de recyclage des professionnels du secteur de l’hygiène, de l’assainissement et de l’eau potable, le Directeur national de la santé publique (Dnsp), Orou Bagou Yorou Chabi, a soutenu que « les compétences techniques, sociales et communicationnelles, les connaissances et le savoir-faire acquis permettront aux stagiaires d’exercer plus aisément avec professionnalisme leurs fonctions et d’atteindre les objectifs du secteur ». Surtout, il a ajouté que dans le contexte de la décentralisation où les communes sont désormais appelées à gérer le secteur, les stagiaires devront jouer auprès des acteurs locaux, leur rôle de conseillers techniques et d’agents de développement. Car, aujourd’hui encore, les défis sont encore nombreux. Et selon lui, l’accès insuffisant à une eau salubre, à l’assainissement et à l’hygiène est par ordre d’importance, le troisième facteur à risque pour les problèmes de santé. Plus encore, il a  cité la directrice générale de l’OMS, Dr Margaret Chan, qui déclarait que « si nous voulons réduire de façon drastique les maladies, il faut un accès à une source d’eau améliorée », avant de lancer un appel aux stagiaires à plus d’ardeur et d’abnégation au travail.

Intervenant à cette cérémonie qui marque la fin de deux semaines d’enseignements et de sorties pédagogiques, la Représentante résidente de l’Agence intergouvernementale Eau et Assainissement pour l’Afrique au Bénin, (EAA-Bénin), Mme Ndèye Coura Ndoye, a félicité l’ensemble des participants pour leur intérêt pour cette formation et,  les facilitateurs pour avoir été « très pointus et pertinents ». Faisant remarquer que la thématique de l’assainissement demeure encore un chantier à développer au niveau le plus haut, elle s’est félicitée également du contenu de la formation. «Pour réussir la mission de EAA qui est d’assurer un accès de tous à l’eau potable et à l’assainissement, il faut la performance qu’on ne peut avoir sans le renforcement des capacités des acteurs », a-t-elle signifié avant d’indiquer qu’elle est convaincue que les stagiaires sont dorénavant outillés pour faire face aux problématiques du secteur notamment en zone de socle.

Le DNSP (à droite) remettant à l'un des stagiaires son attestation

Le DNSP (à droite) remettant à l’un des stagiaires son attestation

Un avis que partage la porte-parole des stagiaires qui trouvant l’initiative du stage « louable » a ajouté qu’il a été « un moment d’intense partage d’expériences », Pour  Nouratou Salifou du service eau et assainissement de la mairie de Savè, en dehors de la réappropriation de plusieurs notions techniques en matière d’Approvisionnement en eau potable, le stage a permis de mieux appréhender la problématique de l’approvisionnement en eau potable dans les zones de socle.

Ainsi, au terme de cette session de formation, les participants comptent leurs acquis : «On a  compris que les zones de socle sont difficiles et l’approvisionnement en eau est complexe à cause de la nature du sol… », souligne Sandrine Laleye, Animatrice à la fondation Joseph the Worker. De même, au cours de ce stage riche d’enseignements, les participants se sont familiarisés avec les techniques  de traitement des eaux souterraines et des eaux de surface. Et déjà, pour les acteurs qui accompagnent les communautés, la formation offre des opportunités d’apprentissage. « Dans la pratique au niveau local, le stage nous permettra de renforcer notre accompagnement au profit des communautés afin de les amener à « valoriser les eaux usées à travers des techniques saines et appropriées », soutient  Armel Ahossi, Assistant technique au Partenariat National de l’Eau du Bénin (PNE-Bénin). Fiers d’avoir beaucoup appris de ce stage qui aura eu le mérite d’associer les enseignements théoriques aux sorties pédagogiques, les participants repartent outillés et comprennent désormais mieux la problématique de l’approvisionnement en eau potable en zone de socle pour le bien du secteur et des populations.