Archive for March 18th, 2019

March 18, 2019

Célébration de la Journée internationale de la Femme : De jeunes collégiennes sensibilisées aux métiers de l’eau

Alain TOSSOUNON (Cotonou/Bénin)

Une vue partielle des collégiennes en présence des femmes professionnelles

Avec le soutien du PROSEHA-GIZ, le Réseau Béninois des Femmes Professionnelles de l’Eau et de l’Assainissement (RBFPEA) était face aux jeunes filles du Collège Notre Dame des Apôtres de Cotonou dans le cadre de la Journée Internationale de la Femme. En marge des manifestations folkloriques et discours d’appel à l’action en faveur de la gent féminine, les femmes professionnelles ont invité leurs jeunes sœurs et filles à s’intéresser aux métiers de l’eau et de l’assainissement. La séance s’est déroulée dans l’enceinte du collège, le vendredi 15 mars 2019.

 

Susciter des vocations et préparer la relève dans un secteur où la femme est toujours laissée-pour-compte dans sa gestion. C’est le combat des femmes du réseau qui ont quitté temporairement leurs bureaux ou le terrain pour consacrer leur temps aux jeunes filles du collège Notre dame des apôtres. Fortement mobilisées à cette séance inédite, les curieuses jeunes filles avaient bien hâtes de savoir ce qu’elles ont à gagner en embrassant ce secteur où les hommes ont toujours décidés pour les femmes.

L’attente aura été de courte durée. Car, le temps de la récréation terminée à peine que les jeunes filles, ont rejoint dans une discipline caractérisant cette école de confession religieuse catholique, leur coupole pour y recevoir «la bonne nouvelle ».

D’entrée de jeu, les différentes interventions auront permis de faire comprendre  aux collégiennes, que la femme a un rôle très important dans le secteur de l’eau. Et parce qu’elle est la première à subir les affres de la pénurie de l’eau, elle doit s’engager résolument à corriger cette situation. Très heureuse de se retrouver au milieu de ces professionnelles en devenir, Mme Sow, chargée de programme à la GIZ n’a pas caché sa joie. « Pas de vie sans eau », a-t-elle convaincue son auditoire avant de lancer un appel au réseau pour poursuivre le combat de la promotion du leadership féminin dans le secteur de l’eau et de l’assainissement.

L’appel a été entendu par la Présidente du réseau, Mouminatou Adjibi, qui dans son intervention, a indiqué que les femmes professionnelles sont engagées à aller plus loin pour « faire découvrir aux jeunes collégiennes, les métiers de l’eau et de l’assainissement généralement réservés au sexe masculin ». «Vous devez savoir que les métiers de l’eau et de l’assainissement sont aussi faits pour les femmes et nous souhaitons susciter chez vous, la volonté de les exercer », s’est-elle  adressée aux jeunes collégiennes.

Quid des opportunités

Dans un bref exposé, Mme Yadjidé Adissoda Gbédo, Ingénieur en eau et assainissement et Responsable de l’un des grands programmes portant sur l’hygiène et l’assainissement au Bénin, a indiqué que le secteur eau et assainissement offre toute une gamme d’opportunités. En dehors des postes souvent ouverts dans les structures Etatiques (Ministère de l’eau et ses différentes entités), la SONEB, et non Etatiques (GIZ, PROTOS, Helvetas, PNE…), plusieurs autres opportunités s’offrent aux diplômés dans le secteur. Il s’agit par exemple de la possibilité de travailler dans les bureaux d’étude pour les études de faisabilité, les différentes entreprises de construction ou de gestion des ouvrages d’eau et d’assainissement, les projets ou programmes d’eau et d’assainissement…Mais pour les saisir, il faut bien se former. Et aujourd’hui, au Bénin, plusieurs entités concourent à la formation. C’est le cas de l’Institut National de l’Eau, l’Université Catholique de l’Afrique de l’Ouest (UCAO), l’Université de Parakou… qui disposent des filières eau, climat et société; sciences et techniques de l’eau et autres.

La Pdte du Réseau (à gauche) et la Représentante de la SONEB (à droite)

Face aux opportunités dévoilées et aux structures de formation énumérées, les jeunes collégiennes qui ont suivi attentivement ont voulu savoir si avant tout, le métier nourrit son homme ou plutôt sa femme. En professionnelles averties, les femmes du réseau ont rassuré les collégiennes que le métier paie bien et qu’il suffit de s’y engager. Egalement, dans leurs préoccupations, elles ont évoqué la question des eaux de surface, la rareté de l’eau dans certaines régions du Bénin…

Sur la question de la qualité de l’eau, la représentante de la Soneb, a rassuré les jeunes collégiennes de la qualité de l’eau de la SONEB. Elle a dans son exposé partagé avec les jeunes filles, les différentes étapes du traitement que subit l’eau avant d’être destinée à la consommation.

La séance a pris fin par  la remise des cadeaux aux plus audacieuses qui ont posé des questions. Les élèves sont reparties dans leurs salles respectives pour reprendre leurs cours dans l’espoir de décrocher leur BAC en fin d’année scolaire, un parchemin indispensable avant d’entamer une formation ouvrant la porte aux métiers auxquels elles ont été sensibilisées.

Advertisements
Tags: , , ,