THIAROYE : De fournisseur d’eau potable à pollueur d’environnement

Paul Kadja Traoré (Dakar Sénégal)

Situé dans la ville de Pikine, en pleine banlieue, la commune de Djiddah Thiaroye Kao est caractérisée par son manque de système d’assainissement adéquat.
Bâtie sur la nappe phréatique de Thiaroye dans la zone dite «Des Niayes de Dakar», selon l’universitaire, Saïdou Ndao, spécialiste des projets de Développement durable, c’est à partir de 1970, que cette nappe fut fortement pompée pour l’alimentation en eau potable de Dakar. Peu à peu, ces terrains en périphérie de la capitale se sont asséchés et ont accueilli une très forte croissance urbaine induite par les déguerpissements des habitants du centre-ville et par l’exode rural dû à la sécheresse. «Cette urbanisation s’est faite sans planification, ni réseau d’assainissement. De ce fait, les rejets d’eaux usées et de déchets, provenant d’une population périurbaine croissante ont pollué ces nappes phréatiques qui sont devenues impropres à la consommation. Les pompages ont été diminués, rehaussant ainsi leur niveau et provoquant d’importantes inondations à chaque période hivernale», confie le professeur.

Saïdou Ndao a tenu à insister sur le fait que pendant longtemps, l’alimentation en eau potable de la région de Dakar a été assurée par les forages de Thiaroye. Mais, explique-t-il, «l’avancée du biseau salé a amené les autorités étatiques à instruire l’arrêt de ces forages. Cette déconnexion a non seulement entrainé une baisse de la production en eau potable dans la zone, mais elle y a aussi favorisé la récurrence des inondations du fait de la remontée de la nappe. Ces inondations récurrentes ont donné naissance à une autre forme de pollution : la nitrification des eaux de la nappe de Thiaroye».

Poursuivant, il dira : «Ce phénomène de nitrification a des causes multiples et variées liées essentiellement à un manque d’étanchéité des fosses septiques, à la présence d’un foirail et d’un cimetière dans la zone. Leur communication directe avec la nappe affleurant n’est pas sans conséquences sur l’environnement immédiat». En effet, ajoute le professeur «la teneur de la nappe en nitrate a atteint des proportions inquiétantes, dépassant largement la norme de potabilité de 50 mg/l fixée par l’Oms. Par conséquent, cette eau est devenue inutilisable à la consommation humaine, mais utilisable dans l’irrigation.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: