DIENE FAYE SECRETAIRE D’ETAT A L’HYDRAULIQUE RURAL : « Il ne serait pas étonnant qu’à l’horizon 2017-2018 qu’on soit à 400 forages »

Par Jacques Ngor SARR (Sénégal)
Le programme de réalisation de 300 forages dans le monde rural que s’est fixé le gouvernement d’ici à 2017 sera largement atteint voire dépassé. L’assurance est faite par le secrétaire d’Etat à l’hydraulique Diène Faye qui se base sur le financement mobilisé tant au niveau des bailleurs de fonds, des partenaires techniques et financiers et au niveau du budget de l’Etat.

_MG_0925
Le programme de réaliser 300 forages d’ici 2017 par le gouvernement du Sénégal est en très bonne voie et « il ne serait pas étonnant qu’à l’horizon 2017-2018 qu’on soit à 400 forages ». C’est du moins ce qu’a fait le secrétaire d’Etat à l’Hydraulique rurale, Diène Faye. Entre le premier janvier 2013 et le 31 décembre, 147 forages ont été réalisés tout programme confondu au taux de 108 châteaux d’eau au niveau du monde rural. On est à mi-parcours pratiquement mais ce qui est important, c’est que le financement que nous avons mobilisé aujourd’hui tant au niveau des bailleurs de fonds, des partenaires techniques et financiers au niveau du budget de l’Etat pour nous permettre d’atteindre voire dépasser cet objectif. C’est vous dire que le programme est une réalité et se déroule normalement ». Mais au-delà de ces 300 forages, M. Faye a abordé les post OMD. A ce propos il déclare : «Ce qui est sûr qu’en 2020 on va largement dépasser les objectifs. Mais l’objectif final c’est l’universel et toutes les dispositions sont prises pour que dans un court délai que tout le monde puisse avoir accès à l’eau ». Il rassure que d’après ses prévisions, on doit avoir accès à l’eau en 2020 au plus tard grâce aux financements mobilisés, à la volonté politique et à la tendance qui se dégagent actuellement avec les partenaires techniques et financiers.
Par ailleurs le secrétaire d’Etat à l’Hydraulique a abordé les stratégies du secteur, en milieu rural. A ce propos il rappelle qu’ «au départ il n’y avait pas beaucoup de forages avant les années 80. Pour la première génération de forages, on n’avait pas des compteurs à consommation, les tarifs étaient forfaitaires. Quant on a introduit les concepts de compteur, chacun paie ce qu’il consomme. Mais parallèlement, cela a engendré une très grande économie : le nombre de pompage a baissé et le nombre de forage en panne a baissé parce qu’il y a eu moins de pompage ». Mais il explique que « le concept des Associations d’usagers de forages (Asufor) a permis de régler un certain nombre de problèmes. Mais il souligne que la faiblesse au niveau de l’Asufor « c’est que l’Etat ne pouvait plus contrôler la transparence dans la gestion et assurer une formation continue parce qu’on était à 700 forages ». Aujourd’hui le Sénégal compte 1550 forages gérés par l’Etat par le biais de la Direction de l’exploitation et de la maintenance (Dem) remplacée actuellement par l’Office des forages ruraux (Ofor). Une situation qui fait que « nous pensons qu’aujourd’hui, il est tant que des opérateurs privés s’occupent de cette gestion des forages. L’opérateur privé va se charger de la maintenance et de la production et en amont dans un premier temps on va vendre l’eau à l’Asufor qui va gérer la distribution. Maintenant le rôle de l’Etat est de faire en sorte que la facture soit supportable, et que les tarifs soient définis de manière supportable par les usagers. Une fois que le tarif est supportable tout le reste sera à la charge des opérateurs comme en ville ».
Interpellé sur le remplacement de la direction de l’exploitation par l’Office des forages ruraux (Ofor) qui pourrait être lié à une mauvaise gestion, le secrétariat à l’hydraulique balaie d’un revers de la main et explique : «Au moment où la direction passait le service à OFOR et pendant une bonne d’année, le taux de disponibilité à toujours était au-dessus de 90% des forages réalisés ». Mais fait-il souligner, « il faut reconnaître aussi que une des difficultés qui a été à l’origine de la mise en œuvre de ce programme Ofor, c’est que dans le service en milieu rural, on n’a pas encore intégré un fond de renouvellement pour remplacer les ouvrages structurant. On s’est surtout focalisé à faire en sorte que la pompe et le moteur marchent. Mais l’ouvrage à une durée de vie, quant il arrive à terme, il faut le replacer, le tarif de l’eau n’intègre pas cet aspect. Maintenant ça sera le cas car on va faire une tarification qui va prendre en compte, qui va alimenter en parti un fond de roulement que l’opérateur va reverser à Ofor. C’est avec ce fond, à partir des forages existants, on pourra de manière régulière densifier le réseau. Et on fera en sorte que le prix de l’eau soit acceptable », indique-t-il.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: