4e EDITION D’AFRICASAN : 1000 participants pour proposer des solutions de réduction des disparités

Par Idrissa Sane
Le Sénégal abritera les 24 et 25 mai 2015 la 4e édition d’Africasan qui va enregistrer la présence de 1000 participants. Ces derniers feront le point sur les engagements pris par les Etats et les organismes. Mais cette 4e d’Africasan sera une plateforme de capitalisation des bonnes pratiques.
La 4e édition d’Africasan qui était reportée à cause d’Ebola se teindra finalement du 25 au 27 mai 2015 à Dakar. Il est attendu 1000 participants issus du monde scientifique, des représentants des gouvernements, des organisateurs de la société civile et des journalistes.
AfricaSan
Les participants ne vont pas éluder les questions cruciales comme la réduction des disparités et le rétablissement de l’équité si l’on analyse sous l’aune de la thématique de cette édition : « Faire de l’assainissement pour tous, une réalité en Afrique ». Les participants feront le point sur le chemin parcouru pour l’atteinte des OMD. Il sera aussi question d’affiner des stratégies pour accroître le taux d’accès à l’assainissement. « Cette conférence est une occasion de faire le bilan dans le processus de réalisation des Objectifs du millénaire pour le développement ( Omd) et de dégager des solutions pour booster des indicateurs en matière d’accès à l’assainissement », souligne le ministre de l’Hydraulique et de l’Assainissement, Mansour Faye qui était entouré par le secrétaire exécutif du Conseil des ministres africains de l’eau (Amcow), Bai Mass Tall, du directeur de l’Assainissement. La 4e édition servira aussi de cadre de capitalisation des bonnes pratiques. Faudrait-il l’évoquer, ce sont avec des technologies peu coûteuses et accessibles que les pays asiatiques ont surmonté le déficit d’infrastructures. « La conférence de Dakar sera une plateforme de partage des meilleures pratiques et des expériences », assure le ministre de l’Hydraulique et de l’Assainissement, Mansour Faye.
Le secrétaire exécutif d’Amcow s’est félicité de l’accueil de cette grande rencontre par le Sénégal et son leadership dans ce domaine. La 4e édition est aussi une occasion de rappeler les engagements pris depuis e-Thikwini,. « C’est pour nous, un moment pour encourager les bonnes initiatives et rappeler le respect des engagements pris par les Etats », ajoute le secrétaire exécutif d’Amcow. Il a rappelé que la tenue de Africasan dans les pays comme le Rwanda a eu des impacts positifs. Ce pays est aussi cité en exemple en matière d’amélioration du cadre de vie.
Il est admis que l’assainissement, en dépit des plaidoyers, traîne encore un déficit de financement comparé à l’hydraulique. En conséquence, le taux d’accès aux ouvrages n’a pas encore connu des bonds espérés. L’un des objectifs d’Africasan 4 est de redonner une nouvelle image à l’assainissement et à l’hygiène qui sont aussi des déterminants de la santé et des facteurs indirects. A cela, il faudra ajouter que des disparités persistent au sein des pays. Dans les principes, l’Africasan 4 devrait être sanctionnée par une nouvelle déclaration ministérielle par rapport aux nouveaux engagements qui devront faire l’objet d’un suivi à l’échelle du continent. « Nous devons faire le suivi du respect des engagements pris par les gouvernements, notamment à e Thikwini en 2008, de consacrer 0, 5% de leur PIB à l’assainissement. Nous devons aussi voir ce qu’il en est de leur engagement à réduire de moitié le nombre de personnes qui n’ont pas accès à un assainissement décent », avait soutenu Bai Bass Tall dans une interview qu’il nous avait accordée en septembre 2013.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: