Accès aux toilettes améliorées au Sénégal : le taux de couverture progresse dans la région de Matam

Bachir SANE (Sénégal)

Plusieurs milliers de personnes ont accès aux toilettes dans la région de Matam. Des organisations projettent de construire entre 1.500 et 2000 toilettes améliorées entre 2015 et 2016. C’est ce qui ressort d’un document transmis à la presse.

La journée mondiale des toilettes a été célébrée pour la première fois au Sénégal, à Ndiaffane Bélithindy, dans la commune de Agnam Civol, dans la région de Matam. Ce choix est justifié par les progrès enregistrés dans cette zone au cours de ces dernières années. « 43 villages ont été déclarés fin de défécation à l’air libre, dans la commune Agnam Civol. Il s’est agi d’agir sur les consciences afin de changer des comportements. Les comités de salubrité travaillent dans le sens de pérennisation des acquis », a laissé entendre le représentant du Gsf. Selon un document transmis à la presse, 6700 latrines familiales et 25 blocs sanitaires scolaires ont été construits dans le cadre de la mise en œuvre du sous programme Pepam IDA financé par la Banque mondiale alors que 200 latrines familiales sont réceptionnées dans le cadre du Projet intégré hygiène et assainissement rural dans la région de Matam.
Le secrétaire général du Conseil départemental de Matam, Chérif Mamadou Kébé a pour sa part souligné que l’acte III de la décentralisation leur l’opportunité de rompre le cercle vicieux de la pauvreté. Le gouverneur de Matam n’a pas manqué de souligner les défis à relever. « Des efforts ont été faits pour accroître l’accès à l’assainissement mais beaucoup reste à faire. Il me plaît de souligner la synergie des acteurs pour aller de l’avant », a apprécié le gouverneur de la région de Matam.
La disponibilité des toilettes participe à la prévention des maladies. En réalité si l’on se réfère à un document de WaterAid, près 1.400 enfants meurent tous les jours de maladies diarrhéiques résultant du manque d’accès à l’eau potable, à l’hygiène et à l’assainissement. L’Afrique détient le taux d’incidence le plus négatif, 277.794 enfants perdent la vie pour les causes précitées. C’est pour cela que cette organisation a préconisé des solutions pour s’attaquer à cette problématique. « WaterAid demande l’adoption d’un objectifs de développement durable dédié à l’eau et à l’assainissement pour épargner des vies et améliorer la santé des enfants. Il est essentiel que chacun ait un accès de base à l’eau, à l’hygiène et à l’assainissement d’ici 2030 », lit-on dans un document transmis à la presse.
L’espoir est pourtant permis puisque selon Mamadou Ndom, la JICA va renforcer ses interventions dans les zones rurales. Le nombre de bénéficiaires d’ouvrages de base de l’assainissement pourrait augmenter. Il y a un projet de construction de 15.00 à 2.000 toilettes décentes entre 2015 et 2016. En tout état de cause, l’inaccessibilité à ces ouvrages a des incidences négatives sur la santé des populations et notamment sur celles des couches vulnérables. « Le manque de toilettes décentes expose des personnes à des maladies. Les femmes et les filles sont exposées à des violences physiques à des agressions. Mais WaterAid et l’Etat du Sénégal et ses partenaires vont travailler pour renverser cette tendance », a soutenu Apollo de l’Ong WaterAid.
Le représentant du ministère de l’Hydraulique et de l’Assainissement, Djibril Gaye a abordé dans son intervention les défis auxquels, il faudra s’attaquer. « “Egalité et dignité” est le thème de l’édition de la journée de cette année que nous célébrons présentement ici dans la commune de Agnam Civol avec comme objectif d’appeler à l’action et de souligner l’urgence de mettre fin à la défécation en plein air, notamment pour les femmes et les filles qui sont particulièrement vulnérables », s’exprime Djibril Gaye. Aujourd’hui, il est nécessaire de faire bouger les lignes dans des zones rurales. En effet selon un rapport conjoint Oms/Unicef, sur les progrès en matière d’assainissement et alimentation en eau près de 2, 5 milliards de personnes soit un tiers de la population mondiale seront sans ouvrage d’assainissement amélioré en 2015. Au Sénégal la situation n’est pas reluisante, si l’on se réfère aux dernières données disponibles. « Au Sénégal, 6,6 millions de Sénégalais n’ont pas accès à des toilettes décentes, ce qui a des conséquences désastreuses en particulier sur le bien-être, la santé, l’éducation et l’autonomie des femmes et des jeunes filles », rappelle Djibril Gaye.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: