Ebola en Guinée-Bissau: Les autorités adoptent des mesures de prévention  pour faire face à toute flambée épidémique

Le gouvernement de la Guinée-Bissau a activé ces derniers jours, son système d’alerte et de prévention de la santé contre une éventuelle  apparition de l’épidémie d’Ebola. Les frontières avec les voisins de la Guinée, un des pays de l’Afrique de l’Ouest où la maladie sévit  sont fermées pour éviter toute  propagation.

Les médecins soignants sont en train de répéter des moyens d’intervenir si quelqu’un est infecté par le virus de la fièvre hémorragique fatale. Simultanément, des campagnes d’information à l’échelle nationale presque dans les médias et par le biais de brigades créées à cet effet sont organisées  pour éviter la contamination.

Cependant, malgré les campagnes en cours, la population démontre encore une connaissance insuffisante concernant Ebola. Une enquête sur la télévision nationale a révélé que  la majorité des téléspectateurs   ne  connaissent pas parfaitement ce que signifie la maladie et les moyens de la prévenir.

D’autre part, l’assainissement de base, par exemple dans la ville de Bissau, est encore faible . Les déchets continuent  à s’accumuler dans les artères principales des marchés  et en raison de l’incapacité de la municipalité de Bissau à faire la  collecte  a temps.

Face à  la menace de propagation de la maladie du pays voisin (la Guinée, où l’épidémie a éclaté), le Portugal, l’ancienne puissance coloniale, a livré 15 tonnes de médicaments destinés à lutter contre la maladie dans le cas de son apparition en Guinée-Bissau , donc après une demande faite à cet égard par le Premier ministre, Domingos Simões Pereira.

Cependant, les structures de santé et Quinara Tombali, les deux régions de la Guinée-Bissau en bordure de la Guinée Conakry, sont dépourvues de moyens de faire face aux malades d’Ebola. Alias​​, la région de Tombali est confrontée à une épidémie de choléra, qui a infecté depuis Avril 13 personnes et fait deux morts.

Dans une interview à la radio nationale, le directeur de l’hôpital de Quebo localité dans la région de Quinara a dénoncé le manque d’eau et  de latrines et a lancé un appel  aux autorités nationales et les organisations non gouvernementales à soutenir la  construction de latrines.

«Les patients et leurs familles sont forcés de se déplacer sur de grandes distances pour chercher de l’eau dans les puits traditionnels, ce qui provoque la contamination des maladies diarrhéiques”, a déploré Albino Cabi qui ajoute que les patients, en particulier les enfants et les femmes enceintes, sont contraints de rester dans de  longues files d’attente afin de se soulager dans le trou improvisé par l’hôpital.

José Augusto Mendonça
Réseau des journalistes responsables de l’eau et de l’assainissement (REJOHAS)

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: