Restructuration des marchés de boues de vidange: Le tarif de la vidange chute à Pikine et à Guédiawaye

Idrissa SANE (Dakar)

Dans les quartiers de Pikine et de Guédiawaye situés dans la banlieue dakaroise ; les ménages dépensent moins pour vider leurs fosses septiques. Le centre d’appel mis en place  dans le cadre du Projet de restructuration des marchés des boues de vidange a ouvert la voie à la concurrence qui tire profit aux ménages. Le tarif de la vidange est ainsi passé de 30.000 francs Cfa à 23.500 francs Cfa.

Le Projet de la restructuration des marchés des boues de vidange a des répercussions positives et directes sur le panier de la ménagère des ménages des quartiers de Pikine et de Guédiawaye dans la banlieue dakaroise. La création d’un centre d’appel a ouvert la voie à une concurrence entre les vidangeurs.

Le centre reçoit les demandes des ménages qu’il transmet aux vidangeurs. Ces derniers proposent des prix. Après cette épate, une sorte de seconde chance est concédée aux vidangeurs qui reçoivent une grille tarifaire de propositions. « L’opératrice cible une dizaine de vidangeurs. Chacun fait une proposition de prix. Après la réception, l’opératrice revient vers les vidangeurs pour les  informer sur les prix et leur dire que c’est de temps de faire d’autres offres. Ainsi le ménage a la possibilité de choisir  le tarif le plus concurrentiel », explique le coordonnateur du Projet de la Restructuration du marché des boues de vidange, Dr. Mbaye Mbuéguré. Plus de 650.000 ménages sont informés de l’existence de ce centre d’appel et du numéro vert. Cette mise à concurrence a eu comme conséquence une réduction des dépenses des ménages destinées à la gestion de leurs ouvrages individuels d’assainissement. « Aujourd’hui ; le coût moyen de la vidange est passé de 30.000 francs Cfa à 23.500 francs Cfa. Sans finir la certification, il y a eu des prix de 16.000 francs Cfa » , rapporte le coordonnateur du projet. Faudrait-il aussi le rappeler que la délégation de la gestion des stations aux opérateurs privés ouvre de belles perspectives. L’Onas comme les acteurs privés trouvent leur compte. Les charges d’exploitation de l’Onas ont connu une baisse. Elles sont 50.210.270 francs Cfa  contre 63.711.600 francs Cfa. « Nous voulons tendre vers la gratuité de la vidange. Notre souhait, c’est qu’à l’avenir que nous partions acheter ces boues auprès des ménage », s’est exprimé Léna Fall qui présentait une communication sur « le secteur privé et la gestion des boues de vidange au Sénégal ».

Au-delà de l’amélioration du cadre de vie, le projet a permis aux ménages de réduire leurs dépenses pour la vidange.

La certification

L’organisation du secteur est aussi sur la bonne voie. Des critères pour exercer ce métier sont définis de façon consensuelle avec les acteurs clés de la vidange. « Pour exercer le métier de vidange, il faut avoir une licence délivrée par l’Onas. Ce projet a permis aux vidangeurs de se mettre aux normes, de renforcer les textes juridiques », ajoute Dr Mbaye Mbuéguéré.

Ce projet pilote a été soutenu par la Fondation Bill et Melinda Gates. Dans sa communication  Bryan de la Fondation Bill et Melinda Gates, est largement revenu sur les défis de la gestion de ces boues. Il a rappelé qu’une partie de ces boues dans certains pays n’arrivent pas dans les stations.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: