MARIANE DEM, DIRECTRICE REGIONALE WATERAID AFRIQUE DE L’OUEST : «La Sae-5 est une opportunité pour rappeler nos engagements, au premier rang ceux des gouvernements»

Par Jacques Ngor SARR- Dakar Sénégal- La 5e édition de la semaine nationale africaine  de l’eau a servi de prétexte à la Directrice régionale de Waiteraid pour l’Afrique de l’Ouest, Marianne Dem, de rappeler les engagements pris de part et d’autre pour l’atteinte des objectifs du millénaire pour le développement dans secteur de l’eau, l’hygiène et l’assainissement. Dans l’entretien qu’elle nous a accordé, M. Dem a invité tous les acteurs à travailler ensemble pour trouver les meilleures solutions. Non sans manquer de rappeler aux gouvernements à repenser leur façon de faire et à reconsidérer les priorités.

Image

La semaine africaine de l’eau s’ouvre aujourd’hui à Dakar, pouvez-vous revenir sur les objectifs de la rencontre ?

Je crois que le Conseil ministériel africain sur l’eau (Amcow) est mieux placé pour parler de cette semaine , mais pour ce qui nous concerne au niveau de Wateraid, nos objectifs sont en droite ligne avec le thème central de la semaine africaine de l’eau qui est de mettre au centre de l’après 2015 notamment des objectifs post 2015, de mettre l’accès à l’eau potable l’hygiène l’assainissement au centre.

Alors le thème, vous l’avez dit, c’est de mettre l’eau au cœur de l’agenda de développement post 2015. Qu’est-ce qui justifie un tel choix ?

Je crois que le monde, notamment les leaders du monde, réalise que l’accès à l’eau potable, j’ajouterai à l’assainissement et à l’hygiène, est au centre du développement humain. Si vous regardez le lien entre l’accès à l’eau potable et l’éducation, le lien entre l’accès à l’eau et la santé, le lien entre l’accès à l’eau potable ou le développement économique des femmes, vous vous rendrez compte que c’est intimement lié. On ne peut pas parler de développement durable si on ne réalise pas ce besoin de base pour l’ensemble des fils et des filles de nos pays. Je crois que c’est pour ça que le conseil ministériel de l’eau et l’assainissement organise cette rencontre tous les deux ans. On sait que maintenant le droit à l’eau et à l’assainissement est un droit reconnu par les Nations unies. On sait aussi que la plupart de nos pays africains ont reconnu maintenant l’importance de ce secteur et certains d’entre eux l’ont placé dans leurs priorités de développement.

Pourtant malgré toutes ces volontés, il est clair que certains pays ne vont pas atteindre les Omd d’ici à 2015, en tout cas pour ce qui concerne le secteur de l’eau et d’assainissement…

Cela est vrai. Je crois que d’une part, c’est lié à la façon dont les OMD ont été définis. Je crois qu’il n’y a pas suffisamment d’appropriation de ces objectifs par nos décideurs quand on les décidait en 2000. Même s’ils ont signé et accepté, ils n’ont pas à temps mis en place tous les mécanismes, y compris les politiques nationales qui permettaient de réaliser ces objectifs. Donc, c’est un peu sur le tas que ces politiques ou ces stratégies ont été mises en place. D’autre part, il faut savoir que quelles que soient les bonnes intentions que vous avez, si vous ne vous donnez pas les moyens de les réaliser, ça restera de bonnes intentions. Et je crois que la question du financement des programmes d’accès à l’eau potable, et particulièrement de l’assainissement, a été le parent pauvre par rapport à ces objectifs du millénaire. Je crois qu’il n’y a pas eu cette volonté politique de trouver l’argent, d’abord dans le budget national, et en plus que l’argent reçu ailleurs soit investi de manière efficace pour atteindre les objectifs.

Donc ne faudrait-il pas revisiter la gouvernance liée au secteur de l’eau, afin de corriger les disparités pour garantir le droit à l’eau ?

Tout a fait, je crois qu’il faut même asseoir une gouvernance transparente. Mais avant la gouvernance, il faut d’abord réaffirmer la volonté politique en disant que ça, c’est un secteur prioritaire, en regardant son impact sur les autres secteurs, sur le développement de nos pays. Une fois que cela est fait, je pense aussi qu’il faut se donner les moyens de cette volonté politique, en ayant un budget clair avec des dotations précises. Je rentre du Niger, quand on a rencontré le ministre de l’Hydraulique et de l’Assainissement, il nous a expliqué que son département retravaillait sur les stratégies de l’assainissement, parce qu’on leur a demandé de donner une valeur chiffrée de ce qu’il a prévu de faire. Souvent on fait des programmes, mais on n’estime pas le coût. Mais une fois qu’on a estimé ces coûts, il s’agira de dire d’où viendra l’argent et que l’on s’assure que cet argent va venir. Si l’argent arrive, c’est là où la gouvernance transparente a son importance, parce qu’à ce moment on s’assure que l’argent va là où on a prévu qu’il aille, tout en regardant les questions d’équités, de bonne gestion, etc. Donc, pour moi, il faut la volonté politique, la traduire en engagement concret, y compris cet engagement de donner l’allocation budgétaire nécessaire pour réaliser les investissements et les objectifs fixés pour l’accès à l’eau potable, à l’hygiène et à l’assainissement.

Alors avec la présence des ministres africains de l’Hydraulique, n’est-ce pas là une occasion pour les différents acteurs du secteur de l’eau de leur livrer un message afin d’accélérer la cadence ?

Absolument ! En fait, nous n’avons même pas attendu la semaine africaine de l’eau pour livrer ce message. La semaine passée, j’étais avec le directeur de notre programme international, j’étais aussi au Niger comme je vous l’ai dit et nous avons eu des discussions. Avant cela, nous avons rencontré le ministre de l’Hydraulique et de l’Assainissement du Sénégal, Pape Diouf, et nous avons parlé de nos actions. J‘étais très heureuse d’entendre le ministre sénégalais dire que, pour eux, leur date butoir de l’accès universel, c’est 2020. Il ne parle pas de 2030 qui est la date butoir au niveau mondial pour l’accès universel à l’eau et l’hygiène. Donc, c’est un message continue pour cette rencontre qui est un moment fort, où tous les acteurs, qui ont un rôle à jouer et qui sont engagés sur ce secteur, se retrouvent pendant cinq jours à Dakar. C’est une grande opportunité pour rappeler nos engagements que nous avons pris les uns les autres, au premier rang desquels les engagements des gouvernements. Mais aussi travailler ensemble pour trouver les bonnes solutions pour réaliser ces engagements en étant très objectifs et très critiques avec nous-mêmes, nous les Africains. On rappelle toujours que certains pays asiatiques étaient au même niveau de développement que nos pays à l’indépendance, pourquoi aujourd’hui ils nous ont dépassés ? Il faut qu’on s’organise et qu’on ait la volonté politique et que l’on accepte que tous les acteurs doivent être ensemble, y compris la société civile qui a un rôle à jouer, et qu’on lui donne la place qu’il faut. Que les gouvernements soient ouverts à repenser leur façon de faire et à reconsidérer les priorités.

Quelle lecture faites-vous des priorités post 2015 ?

Nous savons que le Conseil ministériel africain sur l’eau (Amcow) met l’accent sur un but de développement humain après 2015 sur l’eau. Pour nous, il faut parler de l’eau et de l’assainissement, c’est important. Vous ne pouvez pas détacher la question de l’assainissement à celle de l’eau. On espère, dans certains pays sud du Sahara, atteindre l’objectif du millénaire pour l’eau, même si on sait que cet objectif n’est que de réduire de moitié. Mais pour l‘assainissement, on est loin de réaliser cet objectif. Donc, on ne peut pas ne pas mettre l’assainissement au cœur de nos actions. Notre appel aux gouvernements, au Conseil ministériel africain sur l’eau (Amcow), aux ministres de l’Hydraulique, c’est de leur dire que l’assainissement doit être couplé avec l’eau. Nous devons chercher un but après 2015 pour l’eau et l’assainissement.

 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: