EAU, ASSAINISSEMENT ET HYGYENE : Pour un programme plus global après 2015

Par B.B.SANE- Dakar Sénégal- La centralité de l’eau pour le développement est revenue à plusieurs reprises dans les allocutions prononcées respectivement par Baï Mass Taal, Secrétaire exécutif du conseil des ministres africains en charge de l’eau, et Sarah Reng Ochekpe, ministre des ressources en eau du Nigéria, qui assure l’intérim de la présidence du conseil. 

 Mme Sarah Reng Ochekpe, présidente intérimaire du conseil des ministres africains de l’eau a, d’emblée, souligné que le thème, «mettre l’eau au cœur de l’agenda du développement post 2015», a été choisi à un moment propice, alors que le monde s’approche de 2015, et au moment où nous faisons le bilan des résultats engrangés et les activités à entreprendre après 2015 pour engendrer un développement durable. Pour cette dernière, la centralité de l’eau a été prouvée à travers l’histoire. Et pourtant, note-t-elle, la valeur sociale, économique et environnementale de l’eau est souvent sous-estimée. Se basant sur la conférence de Rio+20 en juin 2012 et celles des principaux forums de développement qui l’ont suivie, elle précise que l’eau est cœur du développement durable en raison de son lien primordial à la résolution d’un certain nombre de défis mondiaux  tels que la réduction de la pauvreté, l’assainissement et une vie humaine saine, ainsi que son lien au bien-être et à la productivité de la population. Elle a néanmoins signalé que plusieurs processus aux niveaux régional et mondial, liés aux Objectifs de l’eau pour le développement durable (Odd), commencent à converger vers un programme plus global pour l’après 2015. C’est pourquoi elle invite les gouvernants à accorder la priorité à l’eau comme un objectif de développement dans l’agenda post 2015. Le Secrétaire exécutif du conseil des ministres africains de l’eau, Baï Mass Taal, a abondé dans le même sens, en invitant ainsi les participants à se fédérer à travers le réseautage et l’établissement de partenariats pour l’accès à l’eau et à l’assainissement. Pour ce dernier, la rencontre de Dakar qui réunit près de 1000 participants venant de gouvernements, du secteur privé, de la société civile, y compris les jeunes et les femmes, de la communauté des bailleurs de fonds et de développement, va être une excellente plateforme pour être présente au rendez-vous de 2025.

 

 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: