1er sommet africain sur l’intégrité dans le secteur de l’eau:  Contribuer à stimuler l’accès universel à l’eau

Alain TOSSOUNON (Envoyé spécial)

(Lusaka, 28 avril) Il s’est ouvert ce matin à Lusaka en Zambie, le premier sommet africain sur l’intégrité dans le secteur de l’eau à l’hôtel Intercontinental. Alors qu’il se déroule  au terme  du « programme régional de développement des capacités pour la promotion et le développement de l´intégrité dans le secteur de l´eau dans l´Afrique sub-saharienne », le sommet vise à encourager et stimuler le dialogue autour des grandes leçons  dans la lutte contre la corruption dans le secteur de l´eau au niveau régional et national.

 

Les participants au cours de la cernier d'ouverture      (Photo: Sanna/SIWI)

Les participants au cours de la cernier d’ouverture
(Photo: Sanna/SIWI)

« Stimuler les progrès dans l’accès universel à l‘eau » est l’objectif de ce premier sommet de l’espoir pour une intégrité dans le secteur de l’eau en Afrique organisé par le PNUD à travers la Facilité pour la Gouvernance de l´Eau, le Réseau de l´Intégrité de l´Eau (WIN), WaterNet, Cap-Net et l’Institut International de l’Eau de Stockholm (SIWI).

En ouvrant les travaux de cet important sommet, l’honorable et Vice-ministre zambien des mines, de l’énergie et de l’eau, Charles Zulu, qui s’est félicité du choix de son pays pour abriter ce sommet, a indiqué que « lutter contre la corruption constitue un pas pour relever le défi de l’accès de tous à l’eau en Afrique ». Il a précisé que le sommet ambitionne de créer une plateforme pour trouver les moyens de combattre la corruption nuisible aux efforts de développement du secteur et de nos Etats. Déjà, il s’est aussi félicité de la formation de 435 personnes formées comme ambassadeurs de l’intégrité de l’eau en Afrique, Pour terminer, il a salué la facilitation du sommet par  la Communauté de développement de l’Afrique Australe (SADC), AMCOW et les partenaires. Pour la Secrétaire permanente du Ministère zambien en charge de l’eau, Mme Charity C. Mwansa, le combat pour l’intégrité de l’eau est un raccourci pour aller vers un monde plus sécurisé de l’eau, améliorer les vies des foyers et lutter contre la pauvreté. Pour elle, le problème de l’intégrité de l’eau doit être reconnu comme un problème mondial. Car, les effets néfastes de la corruption dans le secteur de l’eau sont grands, a soutenu le Directeur de Cap-Net PNUD, Dr Themba Gumbo. « Nous devons travailler dans la transparence dans tout ce que nous faisons au-delà du secteur de l’eau », a signalé Phera Ramoeli, gestionnaire de programme de la Division  Eau de la Communauté de développement d’Afrique Australe (SADC). Une communauté d’Etats qui reconnait l’impact de la corruption sur le développement comme un fléau à travers son protocole.

Au terme de ce sommet, les résultats qui seront compilés sous forme de déclaration seront présentés aux ministres africains, a précisé la Directrice de la Facilité pour la Gouvernance de l’eau, Dr Marianne Kjellén. Le forum se poursuit demain 30 avril avec plusieurs sessions thématiques et surtout des échanges sur des bonnes pratiques de lutte contre la corruption et de promotion de l’intégrité.

 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: