Changement à la tête du PNE-Bénin : André Toupé élu président

A. P. Virgil HOUESSOU (Bénin)

Comment renforcer les actions du réseau PNE-Bénin et lui donner les moyens de faire davantage la promotion de la GIRE ? Ce sont ces préoccupations qui sont au cœur des assemblées générales extraordinaire et ordinaire des membres du PNE-Bénin qui se sont déroulé les 21 et 22 novembre 2013 au Chant d’oiseau de Cotonou. Les actes marquants de ces assises ont été l’étude organisationnelle du réseau et l’élection des nouveaux membres des organes de l’association. La reconnaissance du PNE-Bénin comme un modèle de promotion de la GIRE a été unanime de la part des partenaires de tous ordres. 

B.E. Entrant« Quand tu veux construire un bateau, ne commence pas par rassembler du bois, couper des planches et distribuer du travail, mais réveille au sein des hommes le désir de la mer grande et large ! ». C’est par ces écrits d’Antoine de Saint Exupéry dans La Citadelle que le représentant de l’Ambassade du Royaume des Pays Bas près le Bénin a rappelé, à l’occasion de l’Assemblée générale ordinaire, le parcours du PNE-Bénin depuis sa naissance le 14 septembre 2001. Née pour fédérer les acteurs et les actions autour de la question de l’eau dans tous ses paramètres, le réseau PNE-Bénin, émanation du Global Water Partnership (GWP) – Partenariat mondial de l’Eau – et du Global Water Partnership  Afrique de l’Ouest (GWP/AO), n’a pas déçu.

Le nouveau bureau du PNE-Bénin

Conforme à sa devise « Faire de l’eau l’affaire de tous », le PNE-Bénin a travaillé, selon son président sortant, Abel Afouda, en se ressourçant dans deux phrases qui résument toute l’histoire de l’Humanité : « L’eau, c’est la vie. Sans eau, il n’y a pas de vie ». Des petits pas posés depuis lors, il y a eu des impacts qui justifient aujourd’hui douze ans de réussite saluée par tous. « Il y a eu des résultats et beaucoup de résultats. C’est toujours d’ici que partent les propositions. La créativité est bien dense au niveau du PNE-Bénin », applaudit le représentant de l’Ambassade du Royaume des Pays-Bas. Les compliments sont identiques au niveau du GWP/AO représenté par son secrétaire exécutif, Dam Moganté. Ce dernier témoigne : « L’exemple du PNE-Bénin est un modèle que nous voudrions imprimer à tous les autres réseaux nationaux de la sous-régions. Nous encourageons les partenaires à lui faire davantage confiance et le gouvernement à le considérer non pas comme un acteur, mais comme un partenaire indispensable pour l’accomplissement du rôle régalien de l’Etat ».

Malgré ces éloges, le président Abel Afouda fait preuve de modestie. « Nous avons [donc] eu des succès francs, mais nous devons aussi nous interroger sur les points qui restent à améliorer. Si la promotion de la GIRE connaît un succès remarquable, il n’en demeure pas moins que la vie associative du réseau n’a pas bénéficié de l’animation souhaitée. Il importe que nous accordions une attention plus grande à cet aspect dans le développement organisationnel de notre réseau afin que le membership devienne une réalité au sein du PNE-Bénin », recommande-t-il. C’est ce qui justifie le toilettage des statuts et du règlement intérieur intervenu la veille. Tous les ministères sectoriels intervenant dans le secteur de l’eau à savoir ceux en charge de l’eau, de l’énergie, de l’agriculture, de la pêche, de l’élevage, de l’environnement, des ressources naturelles et des changements climatiques, ont salué les succès du PNE-Bénin et reconnaissent son rôle désormais très indispensable. Ce qui amène le Directeur de cabinet du ministère en charge de l’eau, de l’énergie et des mines à demander à l’assemblée générale de prendre des « décisions qui permettent au réseau PNE-Bénin de se renforcer davantage afin [de] continuer d’être un modèle […] pour la promotion de la GIRE. Les défis du PNE Bénin dans les années à venir sont désormais plus grands comme le témoigne d’ailleurs le plan de travail 2014 adopté au cours des assises de la session ordinaire de l’Assemblée générale. C’est pourquoi, Abel Afouda, en partant satisfait d’avoir la mission d’imposer le réseau comme le centre névralgique du secteur de l’eau, invite le Bénin à toujours servir de modèle. Dans son rapport moral, adopté par acclamation, il place les membres face à leurs responsabilités.

Le PNE-Bénin vise davantage de dynamisme

« Il vaut mieux prévenir que guérir. » C’est la démarche du PNE Bénin qui travaille chaque jour à améliorer ses performances en adoptant une stratégie d’anticipation sur les faits. La réorganisation du PNE-Bénin en vue de meilleurs exploits avait déjà préoccupé les membres lors de l’Assemblée générale d’avril 2010. La plupart des recommandations qui avaient été faites visaient déjà quelques réformes, non pas pour rectifier des insuffisances, mais pour atteindre l’excellence. Le point fait des mises en œuvre de ces recommandations, à l’occasion de l’assemblée générale extraordinaire, montre le dynamisme des différents organes. Avec les réformes intervenues désormais grâce à la relecture des statuts et du règlement intérieur du PNE-Bénin, beaucoup de modifications sont intervenues. En effet, des observations des experts chargés de plancher sur la réorganisation du PNE-Bénin, il importe de procéder à des changements de dénomination de certains organes pour éviter les éventuelles confusions et les dysfonctionnements qui pourraient intervenir plus tard dans la vie de l’association ; les membres du PNE-Bénin s’inscrivant dans une stratégie d’anticipation.

L’autonomie financière du réseau a été aussi évoquée. C’est pour rester dans la logique de la réorganisation que les délégués à l’assemblée générale extraordinaire ont intégré dans les nouveaux textes des solutions.     En raison de l’importance et de la qualité des actions sur le terrain, les délégués ont souhaité que le PNE-Bénin acquière auprès de l’Etat le statut d’association d’utilité publique. L’idée de la signature d’un accord-cadre avec l’Etat dans le secteur de l’eau est aussi évoquée en vue de traduire leur volonté de pérenniser les acquis et renforcer la capacité du réseau de fédérer les énergies et les acteurs dans le secteur de l’eau et de l’assainissement. Pour les participants l’atteinte de ces résultats va donner plus de visibilité, d’ouverture et d’opportunités au PNE-Bénin et à la GIRE. La cooptation, en qualité de membres, de toutes les structures et entreprises privées ou mixtes intervenant dans les secteurs d’activités à caractère commercial ou non liés à l’eau, est également souhaitée. Selon les quelques participants, cette harmonisation des actions est importante et indispensable pour la promotion de la GIRE. Des idées émises lors de cette assemblée générale extraordinaire pourraient jaillir dans les jours à venir des signatures de conventions avec certaines structures sous tutelle de l’Etat comme la Direction générale de l’Eau (DG/Eau) et la Société nationale des Eaux du Bénin (Soneb) pour renforcer l’autonomie du PNE et ses capacités d’expertise et d’actions.

Abel Afouda cède son fauteuil à André Toupé

Les délégués à l’Assemblée générale ont fait le choix de l’expérience et de la continuité dans l’élection des membres du bureau directeur du Conseil d’administration du PNE-Bénin. « Nous nous demandions comment allaient s’opérer les mutations au niveau du PNE-Bénin après les départs de Abel Afouda et de Armand Houanyè, nous constatons qu’il y a eu plus de peur que de mal. Nous avons fait preuve de sagesse », déclarait le nouveau président. En effet, Abel Afouda est élu président du GWP/AO et Armand Houanyé est recruté par le partenariat mondial de l’eau pour diriger un projet panafricain avec pour résidence à Pretoria en Afrique du Sud. Si le choix du nouveau secrétaire exécutif appelé désormais coordonnateur national (nouvelle dénomination après l’adoption des nouveaux textes : NDLR) a pris des mois pour aboutir à la nomination de  André Zogo, c’est sans surprise que le Vice-président de l’ancien bureau directeur a pris les rênes du PNE-Bénin. Considéré comme un sage qui a toujours cherché à concilier les positions, il a accepté de continuer l’œuvre entamée avec le président sortant depuis douze ans. Ancien directeur général de l’Eau du Bénin, c’est plusieurs décennies d’expériences acquises dans le secteur de l’eau au plan national et à l’international qu’il va mettre au service du réseau. Il pourra compte à la trésorerie sur Amélie ASSOGBA, ancienne secrétaire générale du bureau sortant et mémoire du CA/PNE-Bénin.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: