Guinée-Décharge de Dar-Es-Salam : Des populations exposées aux maladies épidémiques

Décharge Dar-es-Salam Dans le quartier Dar-Es-Salam, en haute banlieue de Conakry, se trouve la décharge d’ordures de la capitale guinéenne, où 30% des 1200 tonnes d’ordures produites chaque jour y sont déversées. Exposant ainsi les populations riveraines à des maladies épidémiques.

C’est une montagne d’ordures qui surplombe depuis des décennies les habitants de Dar-Es-Salam, dans la commune de Ratoma. Où les citoyens inhalent régulièrement une odeur nauséabonde, pestilentielle qui se dégage des tas d’ordures déversées tous les jours par des camions-bennes.

Pis, nombreux sont les citoyens laminés par la pauvreté qui tirent leur source de revenu de cet endroit infect. Ils s’y rendent chaque jour à la recherche d’articles de recyclage.

Parmi eux, les plus touchées sont les femmes qui, comme une meute d’abeilles, envahissent chaque matin l’endroit à la recherche de plastiques.

Ces plastiques sont nettoyés dans des eaux usées, qu’on trouve ici et là, sur le site, entassés ensuite dans des sacs de 50 kilogrammes. Avant de les envoyer peser au marché, où il y a des preneurs. Ces plastiques sont ensuite vendus à une usine de recyclage de la place.

Chaque kilogramme de plastique pesé serait négocié à 1500 francs guinéens. Un sac pouvant peser jusqu’à 40-50 kilogrammes. Une activité devenue très alléchante pour certaines femmes du coin.

Hawa Sakho, ménagère de son état, est l’une d’elles, elle a fait de ça sa principale activité depuis plus de 2 ans.

Sous une fine pluie qui arrosait, en ce matin du 25 juin, la ville de Conakry, le pagne remonté jusqu’au niveau des genoux, elle s’affaire à nettoyer ses plastiques dans une eau qui dégage une puanteur insupportable. Comme tout travail ordinaire. Sur un ton plutôt rassurant, elle nous dit que l’activité est lucrative. « Je gagne entre 40 et 50 kilogrammes par sac que je vends au marché à raison de 1500 GNF le kilo », confie-t-elle.

Sur les risques de maladie qu’elle encourt dans cet endroit, elle indique n’avoir aucune crainte. « Quand je finis, je me lave avec l’eau de javel avant toute autre activité », balbutie-t-elle tout en frottant entre ses deux mains nues un plastique qu’elle venait de plonger dans cette eau sombre et âcre. De temps en temps, elle marque une pause pour racler à l’aide d’un petit bâton les vers de terre suspendus à ses pieds.

C’est le même refrain chez d’autres femmes rencontrées sur le site qui disent subvenir à leur besoin grâce à cette activité.

Même les enfants dont l’âge varie entre 15 et 16 ans sont tentés par l’activité. Surtout en cette période de grandes vacances. C’est notamment le cas de Rokia Sylla et Mariama Camara respectivement élèves de la huitième et neuvième année. Elles disent s’être lancées dans cette activité pour préparer la rentrée scolaire prochaine.

Elles semblent avoir déjà retenu la leçon de l’eau de javel. « Après ici, nous nous lavons avec l’eau de javel pour ne pas attraper de maladie », confient-elles.

Leur seule crainte aujourd’hui, est la décision prise par une société de la place d’aménager le coin en transformant les déchets en énergie électrique. Car ceci, couperait du coup leur source de revenu, estiment-elles.

A noter que ces femmes pratiquent cette activité sans aucune protection. Et ne sont par conséquent pas à l’abri de certaines maladies épidémiques. Notamment le cholera qui fait déjà beaucoup de ravage à travers le pays. Nous y reviendrons.

Samory Keita

 

 

One Comment to “Guinée-Décharge de Dar-Es-Salam : Des populations exposées aux maladies épidémiques”

  1. Reblogged this on La Voix de la communauté and commented:
    Une montagne d’ordures surplombe depuis des décennies les habitants de Dar-Es-Salam

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: