Forum de haut niveau sur l’eau et l’assainissement pour tous en Afrique: Un vibrant appel pour des investissements plus accrus

Alain TOSSOUNON (Envoyé spécial à Dakar)

Forum EAA_Dakar

Les participants au cours des travaux

Attendu pour être un nouveau départ dans la recherche de financements et investissements innovants pour donner satisfaction aux 300 millions d’africains qui n’ont pas encore accès à l’eau potable et aux 640 millions ne disposant toujours pas d’un assainissement décent, le Forum de haut niveau a été ouvert officiellement le 12 décembre par le président de la République du Sénégal, Macky Sall. En présence des ministres en charge de l’Eau et de l’Assainissement des Etats membres de l’Agence intergouvernementale panafricaine Eau et Assainissement pour l’Afrique (EAA), d’experts, chercheurs, acteurs et partenaires, un appel a été lancé par tous les intervenants pour des investissements conséquents et un intérêt plus manifeste pour les secteurs de l’eau et de l’assainissement.   

A un moment où 50 ans après les indépendances, la moitié des africains n’ont pas accès aux services d’eau et d’assainissement, l’heure n’est plus aux atermoiements et aux tergiversations dans la recherche des solutions pour faire face à  ce défi majeur. Car, malgré l’appel des Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) lancé en 2000, l’Afrique et ses Etats peinent toujours à 3 ans de l’échéance de 2015, à mobiliser les ressources nécessaires pour répondre à ces deux services de base. Pour le président Macky Sall, ce retard est fortement lié à la non disponibilité des ressources financières. « Malgré les avancées notables, l’une des principales causes reste la faiblesse des financements et des investissements, comparativement aux besoins », a signalé le chef d’Etat sénégalais. Face au tableau sombre, il a souligné son engagement à  inverser cette tendance au Sénégal. Un engagement qu’il tient de son agenda de développement pour le Sénégal dans lequel, l’accès à l’eau et à l’assainissement reste une priorité. Pour aller plus loin, le président Macky Sall a souligné que son gouvernement s’est engagé à accélérer la mobilisation d’environ  250 milliards de FCFA pour atteindre les objectifs de ce programme d’ici 2015. Et d’appeler tous les autres dirigeants des Etats à lui emboiter le pas tout en saluant la présidente du Libéria, Ellen Johnson Sirleaf, ambassadrice pour la cause de l’eau et de l’assainissement en Afrique, invitée d’honneur de ce forum.

Dans ce combat pour l’accès de tous les Africains à l’eau et à l’assainissement, les communes ne doivent pas être du reste. Elles doivent absolument être à l’avant-garde des solutions durables qui aujourd’hui font défaut. C’est pourquoi le maire de la ville de Dakar, Khalifa Ababacar Sall, en défendant son engagement, a partagé son amertume de voir que l’accès à l’eau reste encore un luxe pour des milliers d’africains. Ainsi, il a martelé qu’il est aussi de la responsabilité des collectivités locales, de contribuer à trouver des solutions adéquates.
«Il faut que les déchets et eaux usées d’aujourd’hui deviennent les matières premières de demain, c’est plus qu’une nécessité, c’est une urgence », a indiqué le maire de Dakar. Un son de cloche entendu par la Fondation Bill et Melinda Gates dont le représentant, le docteur Abdoulaye Koné,  préconise la mobilisation des chercheurs et des universitaires pour donner une dimension plus rentable au sous-secteur de l’assainissement. Et ce, dans les domaines variés tels que la valorisation des eaux usées, des boues de vidange, la production du biogaz. Intervenant en lieu et place de la présidente du Libéria, le vice-président, Joseph Boaki, a fait un impressionnant plaidoyer pour promouvoir la recherche, conserver les acquis et mettre l’accent sur le suivi et l’évaluation pour mesurer les impacts. «Le temps est venu d’agir », a-t-il indiqué dans son appel à l’action.

Un objectif de 50 millions de personnes  à atteindre d’ici 2015
Décidée à passer au concret, l’Agence intergouvernementale panafricaine pour l’eau et l’assainissement pour l’Afrique (Eaa), ambitionne de  mobiliser des ressources afin d’offrir des services à plus de 50 millions d’africains d’ici à 2015.

Le Forum dédié à cette ambition  reste une opportunité pour imaginer et inventer les solutions en vue de répondre aux besoins des populations africaines. Ainsi, selon le président du Conseil des ministres, Issoufou Issaka, par ailleurs ministre de l’Hydraulique et de l’Environnement du Niger, Eaa s’engage à toucher 50 millions d’africains d’ici à 2015. Parce que tout simplement, « On dit que l’eau, c’est la vie, l’assainissement, c’est la santé, et l’hygiène, c’est la dignité».

C’est sur une note d’espoir que le forum a été lancé avec l’engagement pour les uns comme pour les autres, de redoubler d’efforts pour non seulement mettre l’assainissement comme une priorité dans les agendas des Etats, mais aussi faire recours aux financements innovants dans le contexte de raréfaction des ressources.

One Trackback to “Forum de haut niveau sur l’eau et l’assainissement pour tous en Afrique: Un vibrant appel pour des investissements plus accrus”

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: