Amadou Lamine Dieng, Dg Onas, sur les boues de vidange : « Faire en sorte que les ménages bénéficient du biogaz et de l’éclairage »

Entretien réalisé par Idrissa Sané

Le directeur général de l’Office national de l’assainissement du Sénégal (Onas), Amadou Lamine Dieng a apporté des éclairages sur le démarrage prochain de la production de biogaz dans 3 nouvelles stations. Les Sénégalais, dit-il, seront les premiers bénéficiaires de cette source d’énergie.

L’atelier sur la production de biogaz vient de prendre fin. Que retenir d’essentiel ?
Nous sortons réconfortés de cette rencontre, parce que les communications sont de qualité. De plus, les échanges ont été enrichissants. Il ressort que les entreprises chinoises ont une bonne maîtrise du biogaz. Nous avons constaté que 75 % des habitants des quartiers utilisent les fosses septiques dans les départements de Pikine et de Guédiawaye. Dans cette zone, nous avons un projet financé par la Fondation Bill et Melinda Gates. C’est un programme de restructuration de la vidange dans la banlieue. Les fosses septiques se remplissent et posent souvent des problèmes de traitement et de transport des boues. Dans le cadre de ce projet, nous sommes en train d’organiser la collecte, le transport et la valorisation de ces déchets. Nous voulons mettre les boues de vidange au service de la production du biogaz. Aujourd’hui, avec des échanges, nous avons des perspectives très intéressantes. Cela est en phase avec les orientations du président de la République, Macky Sall. Le gouvernement du Sénégal ambitionne, en effet, de porter à 20 % la part de l’énergie renouvelable dans notre consommation énergétique. Lorsqu’on parle d’énergie renouvelable, on ne peut pas oublier le biogaz. Donc, c’est une initiative qui est en phase avec les politiques publiques. Nous pensons qu’avec le soutien des Fondations, comme Bill et Melinda Gates, nous ferons beaucoup de choses dans ce domaine.
A quand le démarrage effectif du projet ?
Nous avons d’abord obtenu le financement. L’accord de don a été signé le 6 novembre dernier par le ministre de l’Economie et des Finances pour un montant de 3,6 millions de dollars américains. Cela est un atout à ne pas négliger. Nous voulons, à travers ce financement, affiner la recherche dans la technologie et construire une usine de production de biogaz. Nous avons déjà identifié le site à Tivaoune Peul. Nous ferons en sorte que le biogaz soit utilisé pour la consommation des ménages et l’éclairage. Il y a des recherches qui sont en train d’être faites.
L’Onas est-il techniquement prêt à s’orienter vers la production du biogaz ?
Nous sommes dans un cadre qui nous permet d’évoluer vers la production du biogaz. Nous ne partons pas du néant. Faudrait-il rappeler que le Sénégal a un programme national de biogaz ? Ce programme a été présenté. Ce sont des communications très pertinentes sur la problématique. Cette production doit se faire avec les boues de vache. Aujourd’hui, il y a 371 biodigesseurs installés dans les milieux ruraux. Ils sont utilisés pour la consommation des ménages en termes d’éclairage et de source d’énergie pour la combustion. L’Onas s’inscrit dans le Programme national de biogaz.
La gestion de trois stations sera affectée à des privés. Qu’est-ce qui justifie cette décision ?
La vocation de l’Office national de l’assainissement du Sénégal (Onas) n’est pas de faire des activités commerciales. On s’est rendu compte que, dans le cadre des stations de boues de vidange qui ont été réalisées, nous avions des relations quasi commerciales avec des vidangeurs. Pour mettre en place une organisation très forte, il faut que le secteur privé soit fortement impliqué. C’est ce qui explique notre démarche d’affectation des stations au secteur privé. Nous avons préparé des cahiers de charges pour intéresser les organisations à la gestion de ces stations. Ce sont les vidangeurs qui transportent les boues. Il ne faudrait pas qu’ils soient écartés de leur gestion. Nous avons lancé un appel d’offres pour que les trois stations qui seront construites, soient totalement privatisées. Les évaluations sont en cours et, très prochainement, la gestion sera transférée au privé.

One Comment to “Amadou Lamine Dieng, Dg Onas, sur les boues de vidange : « Faire en sorte que les ménages bénéficient du biogaz et de l’éclairage »”

  1. I believe what you said was very reasonable. However,
    what about this? suppose you composed a catchier title? I mean, I
    don’t want to tell you how to run your blog, but suppose you added a title to maybe grab folk’s attention?
    I mean Amadou Lamine Dieng, Dg Onas, sur les boues de vidange : « Faire
    en sorte que les ménages bénéficient du biogaz et de l’éclairage
    » | West Africa WASH Journalists Network is kinda vanilla.

    You could glance at Yahoo’s home page and note how they create article headlines to get people interested. You might add a related video or a related picture or two to get readers excited about what you’ve
    written. Just my opinion, it might bring your posts a
    little bit more interesting.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: