6ème Forum mondial de l’eau : Les grandes ” solutions ” de Marseille

Beaucoup de localités attendent encore de l'eau potable comme ici dans une localité au nord du Bénin

Attendu pour offrir au monde des solutions idoines et concrètes, le forum mondial de l’eau de Marseille, a fermé ses portes avec à la clé, d’importants acquis. Si certains sont restés sur leur soif parce que les engagements ne se chiffrent pas en milliards, d’autres en revanche, les plus nombreux, estiment que le forum de Marseille a tenu ses promesses. Surtout dans le contexte difficile de crise économique et financière.

Alain TOSSOUNON (tossounon@gmail.com)

Forger des solutions qui ont fait leurs preuves dans la réalité du terrain et qui sont duplicables par d’autres acteurs. Donc, scientifiquement crédibles, socialement acceptables, adaptées aux contextes locaux, ainsi que financièrement et politiquement réalisables. C’est l’objectif majeur de ce forum annoncé comme le temps des solutions. A l’arrivée, pour certains pessimistes, Marseille n’a pas tenu toutes ses promesses. Car, les promesses ne se chiffrent pas en milliards mais en millions. Mais pour beaucoup, Marseille a dessiné l’avenir de l’eau. Le temps des interventions a laissé place à celui des solutions. En marge de l’un des grands succès de ce forum qu’a été la participation et l’implication remarquable de nombreuses ONG et associations réunies au sein du collectif international, l’effet papillon, d’importants acquis ont été enregistrés.
Au nombre de ceux-ci, on peut retenir, l’engagement du groupe latino-américain à débourser 27 millions de dollars pour préserver 3 millions d’hectares de bassins versants au profit de 50 millions de personnes qui en dépendent. Après l’annonce par le premier ministre français, François Fillon à l’ouverture, de 10 millions d’euros pour la construction d’une usine de dessolement à Gaza, le ministre français de la coopération représenté par Henri de Rancourt, a également annoncé une contribution de 40 millions d’euros pour couvrir les besoins de financement du continent africain afin de l’aider à atteindre l’objectif ambitieux d’assurer un accès à l’eau universel à l’horizon 2030.
Plusieurs Etats africains ont aussi marqué leur engagement à accroitre le budget consacré à l’eau. Il s’agit du Congo prêt à donner 5 millions de dollars supplémentaires, le Tchad et le Niger 1 million de dollars.
Non moins importante solution, sur un plan personnel, le Président Loïc Fauchon s’est engagé à mettre en place une fondation des écoles de l’eau afin que toute nouvelle école, soit dotée d’un système d’adduction d’eau et d’assainissement. Sur le plan politique et de l’agenda international, le Conseil mondial de l’eau (CME) s’est engagé à faire inscrire la question de l’eau au menu des prochains sommets internationaux notamment celui de Rio +20 à Doha. De même, le CME, fort du succès du ” village des solutions ” expérimenté pour la première fois à Marseille, s’engage à rééditer l’expérience. Mais aussi à laisser siéger au sein de son Conseil d’administration, trois jeunes de moins de 35 ans.
Par ailleurs, la cité phocéenne, ville hôte du forum a voulu donner l’exemple aux autres villes du monde. Ceci en prenant environ 28 résolutions dont les plus importantes, sont la réduction de 40% de la consommation d’eau publique d’ici 2020, la fin des rejets en mer des eaux usées et la protection des personnes et des biens en cas d’inondation.

Des solutions d’avenir
A l’instar des jeunes parlementaires à qui une place de choix a été accordée dans les échanges sur l’avenir des ressources en eau, les enfants avaient également toute leur place. Aussi, au terme du forum, à l’image de leurs parents, les enfants ont aussi pris des engagements pour sauver l’eau. Devant les congressistes, deux jeunes lycéens marseillais ont décidé de convaincre leurs camarades, de ne plus rester une demi-heure sous la douche. Une manière de contribuer à l’exploitation durable de la ressource en eau. De même, l’initiative comme l’élaboration d’une charte de l’eau des enfants dans l’école marseillaise à laquelle ils appartiennent, constituent des solutions d’avenir qui préparent les enfants à une bonne gestion de l’eau.
Après l’adoption en juillet 2010 de la résolution 64/292 des Nations Unies relative à la reconnaissance du droit universel à l’eau et à l’assainissement, Marseille a ouvert la voix des solutions. En attendant le prochain sommet qui se tiendra en Corée, on peut déjà se féliciter de la grande mobilisation et des engagements issus de ce forum.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: