“SEPT PERSONNES MEURENT CHAQUE MINUTE DE L’EAU INSALUBRE”

Par

Oriane Alix

Equinoxe TV Douala

kado2005_2006@yahoo.fr

Cette déclaration est ci est évoquée pour faire comprendre qu’il n’ya plus une seule minute à perdre. Et pourtant, les débats sembleront se focaliser pendant le 6e Forum Mondial de l’Eau à Marseille sur des chiffres donnés par l’UNICEF et l’OMS et qui semblent bien loin de la réalité. Dans un communiqué commun diffusé le 6 mars, les deux agences onusiennes se félicitent d’avoir atteint, et même dépassé, la « cible des Objectifs du Millénaires pour le Développement (OMD) relative à l’eau ». Selon elles, 89 % de la planète a aujourd’hui accès à l’eau potable.

Au Cameroun, à Douala par exemple, des puits sont construits dans certains quartiers pour résoudre le problème. Et des puits on en trouve en grand nombre. Il est donc clair que ces populations ont accès à l’eau. Cependant, des techniciens d’urbanisme et de génie sanitaire attestent que le sol de la ville est sablonneux. Ce qui suppose que les eaux circulent en dessous sans problème. A New Bell comme à Bepanda et autres, ces puits sont construits à environs 4m des toilettes faites en matériaux provisoires. Mais seulement une eau contaminée par les infiltrations d’eaux usées dans le sol. Annoncer avoir atteint ces OMDs tout en reconnaissant dans le même temps « le retard persistant dans le domaine de l’assainissement », amène à se poser des questions sur la réalité des chiffres. Cet exemple indique le lien étroit existant entre l’eau et l’assainissement et au même moment invite a revoir les indicateurs de l’enquête. Si un environnement n’est pas sain, l’eau qui y est consommée peut-elle être potable ?

Il est relevé qu’aujourd’hui, 2,5 milliards de personnes ne disposent pas d’installations sanitaires et 1,1 milliards défèquent encore à l’air libre. (…)

Gérard Payen conseiller pour l’eau & l’assainissement du secrétaire général des Nations Unies a mené une étude relève également que les maladies liées à l’eau non potable et à un environnement insalubre sont la première cause de mortalité au monde, avec 3,6 millions de victimes par an, soit 7 personnes qui meurent chaque minute. D’après  cette étude, « le nombre de personnes qui ont besoin d’une eau véritablement potable, non malsaine, non insalubre, une eau qui n’est pas trop loin de leur domicile, qui leur permet de se rendre à l’école et d’aller travailler, une eau qui n’est pas trop chère… ne se compte pas en millions de personnes, mais en milliards. » L’auteur estime qu’environ 1,9 milliards de personnes n’ont d’autre choix que de boire une eau dangereuse pour leur santé. Il est toutefois reconnu les multiples actions positives réalisées par l’UNICEF et l’OMS, en partenariat avec les acteurs humanitaires, dans le domaine de l’accès à l’eau potable et à l’assainissement dans le monde, auxquelles il faille ajouter le besoin d’une augmentation des ressources affectées à l’accès à l’eau potable et à l’assainissement. Marseille devrait pouvoir aboutir a un résultat semblable car l’action sans moyen n’est pas différente d’un puits sans eau.

One Trackback to ““SEPT PERSONNES MEURENT CHAQUE MINUTE DE L’EAU INSALUBRE””

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: