Assainissement à Yaoundé. Biyem-assi et le carrefour caca

Par Yannick Sabze (yannicksabze@yahoo.fr)

C’est l’histoire d’un moment passé avec Ousmanou un jeune ferrailleur qui travaille à Biyem-Assi l’un des quartiers les plus populaires de la ville de Yaoundé (Capitale du Cameroun-Afrique en miniature). Tout le monde connais dans ce quartier, le carrefour caca. Ainsi tristement nommé à cause des excréments qui proviennent en grande quantité des puisards et se déversent dans la rue.

Les coupures d’eau si regulieres sont les elements par excellence qui mettent au grand jour, les serieux problemes d’assainissements de la ville aux sept collines. Au grand dam des habitants qui doivent supporter les effluves nauséabonds et la vue apocalyptique d’une mare de merde.Son atelier situé au carrefour caca est une tente faite de bout de tissus rafistolés.   Attendez… vous avez relu la phrase pour vous rassurer s’il s’agit bien du carrefour caca ? En effet ! Encore que ceux qui entendent prononcer pour la première fois « carrefour caca » peuvent s’imaginer que ce carrefour porte le nom du célèbre joueur brésilien kaka’, en reconnaissance d’une quelconque œuvre de bienfaisance. Il n’en est rien.

Ousmanou a eu la bonne idée de m’aborder alors que je prenais des photos pour les besoins de l’article. Après lui avoir expliqué les raisons de mon intrusion dans sa zone de travail, il s’est proposé de répondre à mes questions contre un peu d’argent pour s’acheter une bière et des cigarettes. J’ai failli le prendre dans mes bras. Il faut dire que j’étais un peu embarrassé car à cause de la saison sèche la mare de merde avait disparu. Pas de photo éloquente donc. Ce qui n’est peut être pas plus mal parce que les lecteurs délicats d’outre atlantique en auraient perdu l’appétit pendant un bon moment. Trêve de digression ! Revenons à Ousmanou qui m’a expliqué qu’il a souvent fait partie de ceux qui ont été sollicité par la voirie pour vider les puisards et déboucher les égouts. Il était dans la merde, avec pour tout équipement de protection, un léger masque et des gants.

Le Cameroun a connu une épidémie de choléra entre 2010 et 2011 qui selon les chiffres officiels a fait plus de 8000 cas de maladie déclarée et 300 décès. Les pénuries d’eau couplées à l’insalubrité y ont contribué. Le cas du carrefour caca en est une parfaite illustration. En effet, lors des saisons pluvieuses, le contenu des puisards qui a débordé est charrié vers les cours d’eau à partir desquels les populations vont s’approvisionner pour leur lessive mais aussi pour leur consommation. Une eau pourtant impropre à la consommation que les populations font bouillir pour boire. Pour parer à la demande en eau des populations de la zone, l’administration a aménagé une source d’eau sous le pont du carrefour. Le problème avec une telle source est qu’aucune mesure n’a été prise pour la protéger.

Il faut donc craindre que la nappe phréatique ne soit souillée. Des inquiétudes qu’Ousmanou balaie d’un revers de la main en buvant l’eau de la source, les pieds dans le courant d’eau nauséabonde. « Cette eau ne m’a jamais rendu malade » m’a-t-il confié. On peut bien lui accorder le bénéfice du doute. Toutefois, l’eau a été et est encore un problème de santé publique au Cameroun surtout lorsque des entreprises ont commercialisé l’eau provenant de telles sources dans des sachets. Coliques, dysenteries, amibes et choléra ont été le lot de ceux qui ont consommé ces eaux longtemps avant que le ministère de la santé n’en interdise la vente.

Au chapitre des doléances, des voix s’élèvent pour réclamer l’accélération de la rénovation du circuit des égouts dans les villes principales de Yaoundé et de Douala. Parmi les plus illustres voix se trouve celle du président de la république. Fait anecdotique, son cortège a été stoppé par une inondation alors qu’il revenait d’un voyage officiel. Les égouts bouchés avaient débordé suite à une pluie diluvienne, rendant impraticable ce qui est pourtant l’axe principal de la ville de Yaoundé.

8 Comments to “Assainissement à Yaoundé. Biyem-assi et le carrefour caca”

  1. Excellent article, pour avoir côtoyé ledit quartier je me suis souvent posé la question de savoir comment font les habitants à l’arrivée des pluies et des déversements des égouts qui jonchent la chaussée causant ces écoulements qui ont donnés le fameux nom de carrefour “caca” ? Enfin à quoi nous servent nos élus?
    Bravo

  2. Excellent article. C’est tellement vrai. J’ai moi-même habité au Camp SIC Messa-Yaoundé: les vapeurs des cacas et les tourbillons de poussières chargées de merde pendant la saison sèche; pendant les pluies, les ruissellements des cacas, à moins d’un mètre de nos cuisines et maisons. Puisqu’on était obligés de marcher sur cette eau ni verdâtre ni noirâtre, ou de vivre dans cette poussière, j’ai toujours su que ma famille et moi vivions dans le caca, par les poussières qui se déposaient dans les maisons, sur les assiettes, sur les draps et dans nos poumons. Et il n’y avait pas que les puisards des pâtés d’immeubles, le puisard municipal, à ciel ouvert ! était dans le même Messa.
    Bravo pour le réalisme et le ton de l’article.

  3. je viens de lire avec attention et intérêt l’article de ce jeune journaliste dont le talent et le courage onnoncent un avenir prometteur.Il s’agit, si j’ai bien lu, d’une enquête au sujet d’un phénomène(l’insalubrité et l’incivisme urbains) rebelle, ventre mou des pouvoirs publics en mal de vision et de politique prospective en ce qui concerne la gestion de leur environnement.
    un article facile à lire, digeste et qui a réussi à évoquer à la fois les causes, les manifestations et les conséquences du mal qui, il faut le dire, n’est pas l’apanage du quartier biyem assi à yaoundé.Le style est bon et traduit à la fois le sérieux et le niveau de l’auteur.
    Seulement, pour permettre à une certaine catégorie de bien cerner le problème soulevé, il serait souhaitable à l’avenir, de clarifier et d’élargir le champ de responsabilité qui ne saurait se limiter aux qeuls pouvoirs publics(l’Etat, les collectivités décentralisées…). Les populations, premiers bénéficiaires, en sont aussi responsables; par une utilisation inconsciente des installations mises à leur disposition; le vandalisme des populations est aussi à mettre dans ce panier de responsabilité.Du point de vue environnemental, l’auteur n’y est aps allé trop loin pour dégager l’impact environnemental; il s’est contenté d’évoquer le cas du choléra qui, il faut le recoonaître, n’est pas le seul qui peut découler de cette insalubrité. D’autres cas de maladies auraient pu étoffer cet article et le densifier davantage.
    Ce que je dis n’enlève en rien la qualité de l’article et la pertinence du problème traité. Félicitations et beaucoup de courage. Surtout quand on s’attaque à des intérêts aussi grands que ceux là!!!!!!

  4. Cela fait effectivement des années que ça dure, bien que je ne sois jamais passé par là! Espéront que l’appel d’offres pour la réhabilitation des stations d’épuration lancé par le Délégué du Gouvernement viendra mettre à ce calvaire qui n’a que trop duré.

  5. C’est un article d’une grande sincérité qui interpelle la conscience des élus et de toute personne ayant une capacité pour agir à l’élimination de cette tache noire d’une ville comme yaounda. J’ai eu à séjourner dans votre pays dans un cadre professionnel, j’ai beaucoup aimé. Mais là, je crois qu’il y a vraiment urgence. Alors Camérounais, aidez yannick et portez son cri de coeur.

  6. Excellent article, realiste et descriptif. Pour ceux qui ont ete a Yaounde recemment, ils s’identifieraient aisement a l’auteur, feraient de ses mots les leurs et s’uniraient a lui pour porter haut ce message; le message de tous les camerounais. En effet, les camerounais ont soif de changement et faim d’une meilleure condition de vie. Nous ne pouvons esperer que ce message portent de bons fruits. Felicitations et beaucoup de courage M Sabze. Allez de l’avant.

  7. Un excellent article!!!…j’approuve!!

  8. WOW just what I was looking for. Came here by searching for webwinkel

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: