Préparation du 6e Forum mondial de l’eau : Le Bénin parlera d’une seule voix à Marseille

Afin d’adopter une position commune au prochain forum mondial de l’eau de Marseille en mars, le ministère en charge de l’eau a convié tous les acteurs des secteurs de l’eau et de l’assainissement à  une concertation nationale. Un véritable moment d’échanges qui, tout en permettant au Bénin de construire un message fort et unique pour tous les acteurs, a donné l’occasion aux acteurs, de faire le bilan des avancées, défis et perspectives pour un nouveau départ. C’était du 8 au 10 février 2012 à Dassa-Zoumè.

Amener le Bénin et tous les acteurs à parler d’une seule voix à Marseille au Forum mondial de l’eau. Une démarche innovante et originale impulsée par l’initiative régionale ” A l’Eau l’Afrique, A l’Eau le Monde ” soutenue par l’organisation internationale française ” Eau vive ” à travers la tenue de fora nationaux afin d’offrir des espaces de mobilisation et d’expression citoyenne, populaire autour des enjeux de l’eau dont les résultats seront portés au forum mondial.

Si le Bénin a failli manquer à l’appel avec l’annulation du forum national, il aura tout de même relevé le défi avec la tenue de cette concertation nationale multi-acteurs. Une raison pour le Directeur général de l’eau,  de se réjouir de l’organisation de cette concertation nationale et surtout, de la forte mobilisation qu’elle a connue.

En effet, en dehors des cadres et services déconcentrés du ministère de l’eau, les maires actuels gestionnaires de l’eau au niveau local, la société civile, le secteur privé, les consommateurs, les jeunes, les femmes usagères et les têtes couronnées représentées par le roi Tossoh Gbaguidi Xlll de Savalou étaient tous au rendez-vous.

Intervenant, le Directeur général adjoint, Jean Bosco Bazié a félicité tous les organisateurs (Dgeau, PNE-Bénin, PDM…) qui ont travaillé d’arrache-pied pour proposer ” un contenu “, objet de cette concertation nationale. Elle répond à la démarche inclusive voulue par la France qui accueille le 6e forum mondial, a-t-il précisé. ”

Si on va à la chasse et qu’on veut ramener du gibier, il faut se préparer “, a souligné Jean Bosco Bazié pour signifier l’importance et tout le sens de cette concertation nationale préparatoire au forum mondial dont les conclusions seront valorisées au cours des sessions, table ronde et autres espaces grâce à l’appui de l’organisation ” Eau vive “. Le Bénin ne pouvait se soustraire de cette dynamique, a indiqué le Secrétaire général du ministère en charge de l’eau représentant le ministre.

Puisque, a-t-il soutenu, la concertation nationale vise à promouvoir le dialogue multi-acteurs, à partager les responsabilités et actions à entreprendre. C’est aussi une réflexion sur les causes fondamentales des contre-performances et de la recherche d’un consensus autour des réformes à entreprendre. Sur la préparation du Bénin au forum mondial, le Secrétaire général a salué l’opportunité qu’il offre aux pays, d’engager une dynamique de mobilisation afin d’identifier des solutions innovantes face aux défis et enjeux de l’eau. Car, l’eau est un ” sujet majeur “, a-t-il ajouté.

Exposés et sessions thématiques édifiants

Pour un enjeu aussi important, les organisateurs au-delà des thématiques pertinentes, ont fait recours aux personnes ressources et experts avertis, pour apporter leur éclairage sur les dysfonctionnements et défis des secteurs de l’eau et de l’assainissement. Ainsi, avant les deux sessions thématiques portant sur

«Accès et gouvernance» et «Développement économique et environnement», deux exposés introductifs ont été présentés par le Directeur général adjoint de l’eau et l’ancien ministre et expert en décentralisation, Issa Démolé Moko.

Le premier exposé aura permis de partager avec les participants, l’état des lieux des deux secteurs marqué par un certain nombre de réformes introduites pour asseoir des stratégies et politiques indispensables. Mais, s’il faut se féliciter de l’adoption de la nouvelle stratégie nationale de l’approvisionnement en eau potable en milieu rural au Bénin (2005-2015) pour le secteur de l’eau, il faut signaler que des défis restent à relever dans le secteur de l’assainissement encore à la traîne notamment avec une politique nationale d’assainissement inadaptée.

Très attendu, le deuxième exposé animé par l’ancien ministre Issa Démolé Moko, a porté sur ” la décentralisation dans le secteur de l’eau : avancée et perspectives “. Sans détour, avec le franc parler qu’on lui connaît, l’expert en décentralisation a indiqué tout simplement que la décentralisation dans le secteur de l’eau n’est pas encore effective. Au nombre des contraintes, il a soulevé l’absence d’une répartition claire et précise des taches étatiques et communales, la latence de l’administration centrale, la confusion des rôles dans la mise en œuvre des réformes et l’insuffisance de la coordination des PTFs.

Par rapport aux difficultés, il note la résistance au changement notamment des cadres, l’insuffisance des ressources humaines des administrations d’Etat, la faiblesse de la capacité technique des mairies, l’insuffisance des ressources financières et la faiblesse du lobbying des élus locaux.

Face aux  contraintes et difficultés soulignées, il a proposé une batterie de mesures relatives à l’appropriation par le ministère de l’eau de la Politique nationale de décentralisation déconcentration (PONADEC), l’élaboration  et la mise  en œuvre à court terme d’un plan de décentralisation et de déconcentration, la prise d’un décret relatif à la typologie des ouvrages et à leur répartition entre l’Etat et la commune….Comme on pouvait s’y attendre, ces exposés ont suscité de vifs échanges qui auront permis de lancer les sessions thématiques où chaque aspect a été mieux approfondi.

Ainsi, au niveau de la première session thématique, les participants ont échangé sur le droit à l’eau, la gestion des PEA privés et les OMD, la gestion des eaux usées domestiques et le gain économique de l’assainissement. Alors qu’au niveau de la deuxième session thématique, ce sont les liens entre eau, réduction de la pauvreté et développement durable, eau et secteur privé, valorisation économique de l’eau et sécurité alimentaire qui ont été abordés.

Au total, la pertinence des thématiques et la richesse des débats et des échanges, ont permis de retenir de fortes recommandations, de proposer des solutions et modalités de mise en œuvre.

Pour la participation du Bénin au 6e forum mondial, se fondant sur le bilan et les leçons des précédentes participations, les participants ont fait des propositions et ont fortement contribué à la structuration d’un message à porter à Marseille.

Après des hésitations, le Bénin a relevé le défi par rapport à cette initiative régionale de Eau vive, salué par tous. Désormais, le cap est mis sur Marseille et tous les participants espèrent beaucoup de ce forum. Mais en attendant, ils en savent beaucoup plus sur l’état des lieux des secteurs de l’eau et de l’assainissement et les mesures à apporter.

Alain TOSSOUNON

2 Trackbacks to “Préparation du 6e Forum mondial de l’eau : Le Bénin parlera d’une seule voix à Marseille”

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: