L’HYGIENE ET L’ASSAINISSEMENT, CAUSES DE LA MORTALITE MATERNELLE EN AFRIQUE.

Le 21 juin 2011, le Secrétaire général des Nations Unies déclarait : « il est temps de situer l’assainissement et l’accès aux toilettes salubres au centre de nos discussions en matière de développement ». Au niveau de la commission de l’Union africaine cette préoccupation rencontre une autre qui est celle de la réduction de la mortalité maternelle et néonatale. Parmi les 1/16 des femmes susceptibles de mourir en donnant la vie, se trouve une grande proportion liée au manque de conditions d’hygiènes et de salubrité.

Au moment ou l’humanité et plus encore le continent africain enregistre une croissance démographique plus importante, un milliard d’êtres humains continue à déféquer à l’air libre et un autre milliard utilise des trous non hygiéniques dans le sol. Des conditions d’assainissements qui sont loin d’être sans conséquences sur la sante des populations. La question de l’assainissement a pendant longtemps été perçue comme une question secondaire malgré son impact direct sur le développement des pays. Aujourd’hui, parmi les facteurs réels de la mortalité maternelle observes dans plusieurs pays de l’Afrique sub-saharienne, revient cette question d’assainissement.

Une initiative conjointe entre le Conseil de Concertation pour l’Approvisionnement en Eau et l’Assainissement (WSSCC), fort de ses valeurs et ressources humaines, et la Commission de l’Union africaine (CUA) à travers la Campagne d’Accélération de la Mortalité Maternelle en Afrique (CARMMA) peut rendre possible sa vision traduite par : « aucune femme ne doit mourir en donnant la vie ». L’impact que le WSSCC cherche à exercer entre 2012 et 2016 est d’apporter une contribution substantielle à l’effort mondial pour améliorer l’assainissement et l’hygiène au profit d’une cible qui inclue les personnes pauvres et vulnérables de l’Afrique. Ainsi, les femmes et les nouveaux nés du Benin, du Burkina Fasso, du Burundi, du Cameroun, de l’Ethiopie, du Kenya, du Liberia, du Malawi, du Mali, de Madagascar, du Mozambique, du Niger, de l’Ouganda, du Sénégal, de la Sierra Leone, de la Tanzanie, du Togo et du Zimbabwe, pourraient bénéficier d’une attention particulière. Ces pays font également partie de la cible de la CUA et de ses partenaires tels que l’UNFPA, Ford Foundation etc. dans la campagne de réduction de la mortalité maternelle.

Au niveau de l’Union Africaine et de ses partenaires, le Plan d’action de Maputo et l’Appel d’Abuja guident les actions à mener au sein des Etats Membres. Elles s’appuient sur l’accès universel à la santé sexuelle et reproductive, relèvent également que ce n’est que par une communication soutenue et la mobilisation des ressources que les résultats escomptes seront atteints. À la faveur des résultats observés par le Réseau régional de journalistes africains lies au WSSCC, des résultats probants peuvent être obtenus. Cette approche communicationnelle qui cadre avec la politique sociale implémentée par le Département des Affaires Sociales de l’Union Africaine, a été lancée il y a peu au niveau ouest Africain et regroupe aujourd’hui plus de 17 pays africains. L’expérience acquise dans la circulation de l’information réelle, le plaidoyer, la communication pour un changement de comportement sur l’étendue du continent en matière d’accès à l’eau potable, hygiène et l’assainissement sont écoles.

Les résultats attendus d’une action conjointe de la CUA ses partenaires dans le cadre de la Campagne d’Accélération de la Réduction de la Mortalité Maternelle et Néonatale en Afrique et du WSSCC seraient d’une manière générale de placer l’assainissement au centre des actions en faveur de la réduction de la mortalité maternelle en Afrique. Plus précisément, il s’agira de développer les connaissances et les compétences des individus, organisations et agences travaillant pour la préservation de la santé par l’assainissement, d’amplifier par la disponibilité de l’information, la voix des personnes marginalisées et plus précisément des femmes et des enfants dont la cause de décès est liée a l’hygiène et l’assainissement et enfin de favoriser l’accès et l’utilisation des toilettes saines pour tous.

Partant du fait que les stratégies des interactions de la CUA (reposant sur la volonté politique de ses dirigeants), et celles du WSSCC avec les donateurs, visent le financement des activités, l’espoir est celui de voir le présent scenario de dépenses se planifier dans les jours a venir et de bénéficier de l’affectation des fonds qui permettrait significativement de faire un pas de plus dans le développement durable.

Eddy Patrick DONKENG, 237online.com
edonkeng@gmail.com
CAMERWASH

One Trackback to “L’HYGIENE ET L’ASSAINISSEMENT, CAUSES DE LA MORTALITE MATERNELLE EN AFRIQUE.”

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: