L’AFRIQUE, FACE UNE CRISE DE L’ASSAINISSEMENT

Mondialement la diarrhée tue plus d’enfants que le VIH/SIDA, le paludisme et la rougeole combinés. Elle est la cause la plus importante de mortalité infantile en Afrique. La diarrhée est un problème fréquent sur le continent et c’est l’un des indicateurs les plus importants de mortalité chez les enfants. Elle se caractérise par des selles de consistance liquide ou molle, plus volumineuses et nombreuses qu’à l’habitude (plus de 3 selles par jour). Sa cause la plus fréquente est l’ingestion d’eau ou d’aliments contaminés. De meilleures conditions d’hygiènes, une eau pure voila deux éléments essentiels pour sauver des milliers de vies. Et pourtant, aujourd’hui encore, des millions de personnes en Afrique n’ont pas accès à un assainissement amélioré.

Des données à ne pas à négliger.
Seuls quatre pays en Afrique sub-saharienne sont en voie d’atteindre la cible des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD), 584 millions n’ont pas accès à un assainissement amélioré et 231 millions pratiquent la défécation à l’air libre. Les plus pauvres sont 18 fois plus susceptibles de pratiquer la défécation à l’air libre. L’Afrique sub-saharienne est la région avec le nombre le plus important de personnes sans accès à de l’eau sûre et seulement 20% de pays sont en voie d’atteindre la cible sur l’eau des OMD. La lenteur des progrès en vers les cibles WASH (eau, assainissement et hygiène) des OMD, en particulier sur l’assainissement, freinent les progrès en vers tous les autres OMD. Ceci étant, l’Afrique pourrait enfin se trouver à un tournant face à la crise de l’assainissement. C’est du moins le constat fait par les groupes de la société civile ANEW et FAN, l’ONG WaterAid et le WSSCC, ainsi que la campagne End Water Poverty.

L’urgence de mobiliser des ressources.
L’assainissement a toujours été l’OMD le plus négligé et le plus éloigné de l’atteinte de la cible, avec trop peu de financement, ressources diverses et volonté politique pour répondre à la crise. Tous sont de ce fait d’accords qu’il faille agir afin de mobiliser assez de ressources pour la mise en œuvre d’un plan d’action d’urgence. Le défi unique le plus important identifié reste le financement. Il y a eu peu ou pas de progrès dans l’atteinte de la cible d’investissement reconnue de 0.5% du PIB. L’on se réjouirait d’une plus grande ouverture vers les différents partenaires pour des actions coordonnées surtout en Afrique. La mobilisation des ressources aura par exemple des impacts directs sur le plan décennal africain en matières de sante. A noter que l’avenir de l’Afrique est celui des enfants. Mais s’ils décèdent avant leur maturité à cause des conditions d’hygiènes insuffisantes, le continent en souffrira.

Faire face grâce a l’information, la communication et l’éducation.
Le WASH-JN, réseau ouest africain des journalistes spécialisés en accès à l’eau potable, l’hygiène et l’assainissement, est un réseau régional de professionnels couvrant les informations liées à l’approvisionnement en eau et l’assainissement pour les divers médias de masse de plus de 13 pays africains. Stratégiquement, il entend jouer un rôle majeur dans l’amplification et la production des rapports convaincants sur l’approvisionnement en eau, assainissement et hygiène (WASH), tout en se concentrant en particulier sur les perspectives des populations pauvres afin de parvenir à une attention accrue de tous les citoyens et les décideurs. Son approche serait une valeur ajoutée, si les décideurs et membres de la société civile, les partenaires au développement et organisations internationales, s’inspiraient de ses expériences, malgré sa jeunesse (moins de cinq ans d’existence).

Des plaidoyers a reconsidérer aux plus Hauts niveaux…
Il se déroule en Ethiopie, ce mois de Janvier 2012, le 18ieme Sommet des Chefs d’Etats sur “l’intensification du Commerce intra-africain.” Des engagements doivent également être pris sur le développement social et humain. Pour au moins deux raisons :
– “Il est temps de mettre l’assainissement et l’accès aux toilettes au centre de nos discussions sur le développement. ” a déclaré le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon. Avec le Directeur exécutif du Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICE), Anthony Lake, ils ont lancé en Juin 2011, une campagne quinquennale qui vise à renforcer l’assainissement dans les pays en développement afin de réduire la mortalité infantile.
– “Si l’Afrique veut avoir la moindre chance de revenir sur la bonne voie dans l’atteinte des OMD pour l’assainissement, ces plans et stratégies ont besoin d’un financement urgent”, dit Lydia Zigomo, Cheffe de la région Afrique de l’Est de WaterAid, “Mais les ministres africains des finances et les bailleurs de fonds ont une opportunité de taille pour combler cet écart de financement au travers du partenariat Sanitation and Water for All (assainissement et eau pour tous). Des engagements financiers concrets de la part des deux parties sont essentiels pour sortir des millions d’Africains de la pauvreté, en particulier les femmes et les filles, et leur permettre de vivre leurs vies dans la dignité”.

Eddy Patrick DONKENG, AfricAction
donkengeddy@gmail.com
CAMERWASH

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: