Reddition des comptes dans les secteurs de l’eau et de l’assainissement : Des journalistes du Bénin renforcent leurs capacités

Photo de famille des journalistesPour  la quatrième  fois, avec l’appui du  Partenariat National de l’eau du Bénin (PNE-Bénin), une vingtaine de journalistes membres du Réseau des Journalistes du Bénin pour l’Eau et l’Assainissement (RJBEA), ont bénéficié  d’une session de formation qui s’est tenue du 19 au 21 décembre à Lokossa.  C’était sur le thème ” Médias et reddition de comptes dans les secteurs de l’eau et de l’assainissement : contribution des médias à l’amélioration des services de base d’eau et d’assainissement “.

 L’avènement de la reddition des comptes dans les secteurs de l’eau et de l’assainissement,  passe par l’engagement des hommes et femmes des médias à influencer les changements. Plus que nécessaire, leur mobilisation est indispensable pour asseoir une bonne gouvernance dans ces deux secteurs vitaux. C’est tout le sens de la session de formation qui vise également à mettre en lumière la contribution des médias  au développement de ces secteurs.

En procédant au lancement de cette session, le coordonnateur  du Partenariat National de l’Eau du Bénin (PNE-Bénin), Armand Houanyé, a indiqué que l’organisation de cette session de formation, vise essentiellement, à faire des hommes et femmes de médias, des acteurs à part entière dans la promotion de la bonne gouvernance dans les secteurs de l’eau et de l’assainissement. Selon lui, la bonne gouvernance dans ces deux secteurs est un défi que les journalistes devront contribuer à relever. Ceci pour que les efforts déployés pour l’accès de tous à une eau potable et à l’assainissement, ne soient pas annihilés par les mauvaises pratiques de gestion et de gouvernance. Pour le coordonnateur adjoint du Réseau des Journalistes du Bénin pour l’Eau et l’Assainissement (RJBEA), Alain Tossounon, la contribution des médias en matière de bonne gouvernance est indéniable. Mais, pour y arriver, le renforcement de leurs capacités est un passage obligé pour mieux appréhender les enjeux et défis surtout dans un contexte où les pays moins développés se mobilisent pour l’atteinte des OMD. Pour le directeur départemental en charge de l’eau dans les départements du Mono et du Couffo, Comlan Godoui, même si le Bénin  est en bonne position pour atteindre les Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) dans le secteur de l’eau en 2015, les efforts doivent être maintenus et surtout, le défi  de la bonne gouvernance dans le secteur doit être relevé. Un défi  qu’on ne saurait relever sans l’accompagnement des médias dans leur rôle d’éveil et de veille citoyenne.  

Ainsi, après une journée marquée par des exposés portant sur « Généralités sur la reddition de comptes et l’analyse des budgets communaux ” et “Contribution des médias au changement de comportement des populations à travers la reddition de comptes dans les secteurs de l’eau et de l’assainissement “, les journalistes ont effectué une descente sur le terrain pour mieux saisir les questions touchant à la bonne gestion des dispositifs mis en place pour un accès durable des communautés à l’eau. 

 Après avoir visité et échangé avec les communautés autour de l’Adduction d’eau villageoise (AEV) de Tchigossouhoué (arrondissement de Lokogohoué) et celle de Totchangni dans la commune de Dogbo),  les journalistes sont passés des communautés bénéficiaires aux autorités locales ayant à charge la fourniture et la distribution d’eau potable selon les lois de la décentralisation.  Interpellé sur les pannes et les difficultés liées à la bonne gestion des dispositifs, le maire de la commune de Dogbo, Vincent Codjo Acakpo, a, sans langue de bois, exposé les défis liés à la professionnalisation de la gestion des dispositifs gage d’une bonne gestion. Pour l’heure, les ouvrages d’approvisionnement en eau souffrent d’une mauvaise gestion à l’origine des pannes enregistrés sur les réseaux, empêchant ainsi, un accès durable des communautés à une eau potable.

De retour de la visite de terrain, les journalistes engagés plus que jamais, ont réalisé sur place, des productions d’articles de presse, de magazine radio de bonne facture et un projet d’émission/débat à la télévision pour rendre compte et interpeller les autorités centrales et locales sur la nécessité de faire, de la professionnalisation des ouvrages d’eau, une réalité au Bénin.   

La session de formation a pris fin sur une note de satisfaction avec des professionnels des médias, désormais très avertis des enjeux liés à la bonne gestion des ouvrages d’approvisionnement en eau dans les communes. Ils promettent chacun, de publier ou diffuser les différentes productions afin de contribuer à un changement de comportement attendu et espéré des communautés qui rêvent encore d’un accès durable à une eau potable et à un environnement sain. 

Alain TOSSOUNON

 

 

 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: