Archive for September, 2012

September 19, 2012

2e édition du Forum de haut niveau de Dakar sur l’eau et l’assainissement: Capitaliser les succès et passer des déclarations aux engagements

Le forum de Dakar pour contribuer à l’amélioration de l’accès à l’eau et à l’assainissement

Attendue pour servir de plateforme de capitalisation des succès et d’évaluation des engagements de la première édition, la deuxième édition du Forum de haut niveau sur le thème ” Financement et investissement pour accélérer l’accès à l’hygiène, l’assainissement et l’eau en Afrique “, se tiendra à Dakar, du 12 au 14 décembre 2012. En collaboration avec le gouvernement du Sénégal, ce forum de l’espoir réunira, les représentants des gouvernements, les PME, les bailleurs de fonds et les investisseurs, les praticiens et chercheurs pour des solutions innovantes et des engagements pour l’avenir.

Alain TOSSOUNON (BENIN)

Définir des mécanismes innovants de financement et des investissements au profit d’un secteur HAEP en vue d’accélérer le processus d’accès à l’assainissement et à l’eau pour tous ; catalyser la collaboration entre les investisseurs et les innovateurs. Et enfin, traduire les engagements en actions urgentes à travers l’institutionnalisation, la matérialisation des mécanismes de suivi des progrès et la revue des pairs. Tels sont les trois grands objectifs du forum de haut niveau au cours duquel, différentes plateformes seront établies pour faciliter les échanges. Egalement, des experts et des praticiens du secteur, confronteront leur savoir-faire et leurs idées pendant les sessions afin d’aboutir, au terme des échanges, à l’élaboration d’un cadre africain pour traduire les politiques en actions concrètes, et vice versa. La gouvernance et le financement des programmes HAEP en Afrique seront aussi à l’ordre du jour.
En marge des discussions et échanges, une foire aux innovations sera organisée pour réunir innovateurs et fournisseurs de services en Afrique. Ceci, afin de mettre en lumière, leurs produits et services et les soumettre aux investisseurs potentiels. De même, au cours de cette grande messe, aura lieu le lancement du Think Tank. Un grand tems fort attendu au Forum. Le Think tank africain sur l’assainissement est une politique indépendante de réflexion autour de l’assainissement afin d’influencer efficacement les gouvernements, les donateurs, les Organisations Régionales et les acteurs du secteur en Afrique sur les enjeux et politiques en matière d’assainissement et la promotion des meilleures pratiques très peu connues jusqu’ici.
Ce projet de Think tank, s’il est mené à bien, viendra en appui au processus d’influence des pratiques tout en démontrant comment les politiques et les décisions et déclarations de haut niveau, peuvent effectivement se concrétiser à travers des actions sur le terrain.

La table ronde des ministres et bailleurs de fonds
Afin de faire le suivi des grands événements qui ont marqué le secteur à savoir le 6ème Forum Mondial de l’Eau de Marseille, le sommet de Rio +20, la Réunion de haut niveau en faveur de l’Assainissement et l’Eau pour tous de Washington, et la cinquième Semaine Africaine de l’Eau, le Forum donnera l’occasion à travers une table ronde, aux Ministres et aux bailleurs de fonds, d’échanger sur l’avenir. Et au-delà des échanges, elle offrira l’opportunité aux deux acteurs, d’examiner les possibilités, moyens et stratégies de traduire les engagements pris au cours de ces grands rendez-vous en actions concrètes, pour l’Afrique.
En effet, en mettant à l’ordre du jour la question du financement, le forum vise à amener les acteurs, à s’interroger sur les modèles de financement et d’investissement en vigueur dans le secteur HAEP en Afrique. Une façon d’identifier leur efficacité et leurs limites au regard des besoins sans cesse croissants des financements et de la crise économique mondiale. De même, les difficultés d’absorption qu’éprouvent certains pays seront analysées pour des propositions pertinentes pour un changement de paradigme de l’approche ” aide ” et de l’approche ” marchand “. Les discussions porteront également sur la nouvelle initiative de EAA portant sur la mise en place d’un fonds destiné à favoriser l’accès des petites et moyennes entreprises aux financements.
En lien avec l’objectif 2, le forum accordera une place de choix à l’innovation au service du secteur de l’eau et de l’assainissement. Ainsi, dans une perspective de faire de l’innovation, un moteur de croissance, une grande attention sera portée à l’innovation en matière de fourniture de produits et services HAEP et les approches d’intervention sont restées classiques.
Enfin, le forum est attendu pour être celui des engagements. Car, l’heure a sonné de passer des déclarations aux engagements à trois ans de l’échéance des OMD, ou des défis sont encore grands. Les décideurs à la table ronde s’accorderont sur la définition et la mise en œuvre des actions concrètes pour accélérer l’accès à l’eau et à l’assainissement.

September 6, 2012

Semaine mondiale de l’eau de Stockholm (Suède) : L’eau et la sécurité alimentaire, un enjeu devenu planétaire

Organisée par l’Institut international de l’eau de Stockholm (SIWI), la Semaine mondiale de l’eau 2012 qui s’est déroulée du 26 au 31 août, a une fois encore tenu toutes ses promesses. Avec comme thème principal, ” L’eau et la sécurité alimentaire “, les organisations de premier plan, les acteurs à divers niveaux, les chercheurs et scientifiques, les jeunes et bien évidemment les représentants des pays de tous les continents intervenants dans les secteurs de l’eau et de l’agriculture, ont été mobilisés pour partager leurs expériences, leurs savoirs et leurs savoir-faire afin de démontrer l’étroitesse des liens entre l’eau et la sécurité alimentaire. Et surtout, lancer un appel pour une gestion rationnelle et judicieuse de l’eau indispensable pour assurer la sécurité alimentaire.

Alain TOSSOUNON (BENIN)

En s’adressant aux différentes délégations venues de toutes les parties du monde, le Directeur général entrant de l’Institut international de l’Eau de Stockholm (SIWI), Torgny Holmgren, a souhaité que cette 22ème Semaine mondiale, maintienne son statut de réunion annuelle mondiale de l’eau sur ” les succès remportés, l’actualisation des informations et savoirs, et pour l’élaboration des politiques de l’avenir “. ” Chaque année, j’ai vu comment les idées, les conversations et les solutions qui émanent de la Semaine mondiale de l’eau reçoivent une attention accrue dans la politique internationale et la pratique, ainsi que dans la science et les médias “, a-t-il signifie.
Sur le thème, il a souligné que l’eau et la nourriture sont intrinsèquement liées et les humains consomment d’énormes quantités d’eau à travers la nourriture. Prenant l’exemple d’un hamburger qui nécessite pour sa préparation 1000 litres d’eau, le café du matin qui mobilise plus de 100 litres, il a montré l’importance de l’eau pour notre production alimentaire.
Abordant la question de l’atteinte des OMD au moment où la 10ème réunion annuelle du Consortium international des économistes pour les ressources en eau se déroule dans le cadre de cette Semaine, Torgny Holmgren a indiqué que tous les acteurs réunis ont maintenant ” une excellente occasion ” d’influencer le contenu des nouveaux objectifs de développement durable à venir, comme cela a été décidé par la Conférence de Rio+20. ” Je crois que l’eau, par lui-même et avec ses liens étroits avec la sécurité alimentaire, sera et devrait être un élément clé dans la mise en place de nouveaux objectifs véritablement mondiaux. Lançant un appel pour une mobilisation de tous autour de cet enjeu, il a dévoilé que la vision de SIWI de contribuer à construire “un monde d’utilisation judicieuse de l’eau ” se réalisera les cinq prochaines années, autour de 5 thèmes principaux: Eau-alimentation et l’énergie, Adaptation au changement climatique, Gestion des eaux transfrontalières, Gouvernance de l’eau, Economie de l’eau.
Pour la ministre suédoise du développement international, Gunilla Carlsson, la mission des acteurs réunis est de ” générer et promouvoir les connaissances, les outils et solutions menant à des décisions sages sur l’eau pour un développement durable “. Là-dessus, il n’y a pas de doute, il faut continuer à ” fournir des conseils, renforcer les capacités, mobiliser et à relier les acteurs “, a-t-elle soutenu, afin d’influencer les décideurs. Pour son pays, la Suède, hier comme aujourd’hui, l’individu sera toujours au centre du développement durable. Se félicitant que la vision du sommet de Rio+20 rejoigne celle de son pays sur les liens entre le développement durable et l’eau et la sécurité alimentaire, elle a souligné la nécessité de l’innovation et de la collaboration avec les grandes entreprises et les petites entreprises. ” Les besoins sont importants et bien au-delà de la capacité de la communauté des bailleurs de fonds, nous devons trouver de nouvelles approches pour les investissements “. Et non, continuer à se contenter ” des moindres investissements de nouveaux partenaires ” en ayant l’esprit ouvert, en cherchant des idées nouvelles et fraîches, et en se fondant sur les canaux traditionnels et les partenariats entre les organisations internationales.
Face à la démographie galopante, les besoins en eau vont s’accroître davantage, alors il faudra agir vite. ” Les solutions doivent être radicalement plus durables que ce qui a été fait jusqu’à présent ” mentionne-elle.
Sur l’Afrique, elle a salué les efforts faits avec les innovations qui ont fourni ces dernières années, de nombreuses nouvelles opportunités d’emploi à travers le continent. Si de plus en plus, les entreprises sont à la recherche de modèles novateurs en s’appuyant sur les idées locales et de la demande, elle a invité tous les acteurs à intensifier les efforts.
Pour l’avenir, Gunilla Carlsson a assuré que son engagement et celui de son pays seront de contribuer davantage au combat pour que tout le monde ait accès à l’eau potable et à l’assainissement.
Par ailleurs, elle a soutenu que pour que l’eau et la sécurité alimentaire soit possible au niveau national, il doit y avoir un climat politique et économique positif. Alors, les efforts pour prévenir et résoudre les conflits armés sont essentiels.
Le développement durable en ce qui concerne l’eau et la sécurité alimentaire, dépend de l’engagement à long terme et le renforcement de la confiance entre les parties prenantes. Ceci ne peut être réalisé que grâce à la participation de tous les intervenants à tous les niveaux.
Cela signifie que les personnes pauvres dans les zones rurales, les groupes de femmes en Afrique sub-saharienne et des groupes de la société civile dans le sud-est de l’Asie, doivent tous être en mesure d’exprimer leurs points de vue par des voies démocratiques pour parvenir à un développement équitable et efficace. ” La nourriture, l’énergie, l’empreinte écologique et diverses activités sociales et économiques sont toutes dépendantes des ressources en eau, et la gestion et l’évolution du climat tendu pourraient rendre l’avenir de l’eau et la production alimentaire très incertains “, a déclaré le Ministre de l’Eau et de l’Irrigation de l’Egypte et Président du Conseil des ministres africains de l’eau (AMCOW), Mohamed Bahaa El DinSaad. Pour lui, c’est désormais clair. Si les politiques de l’eau ne sont pas revues, les agriculteurs auront du mal à faire face aux besoins alimentaires des 9 milliards d’habitants que comptera le monde d’ici 2045. Alors, soutient-il, ” nous devons utiliser l’eau de façon plus efficace afin d’améliorer la productivité alimentaire par unité d’eau. Car, aujourd’hui encore plus de 900 millions de personnes souffrent de la faim. Et dans le même temps, 1,5 milliard de personnes mangent trop et plus d’un tiers de tous les aliments est perdue ou gaspillée. La demande alimentaire devrait encore augmenter de 70% d’ici le milieu du siècle. Et pour le Directeur général de l’Organisation mondiale pour l’alimentation et l’agriculture, José Graziano da Silva, ” Il n’y a pas de nourriture sans sécurité de l’eau ” ” L’eau potable est nécessaire pour produire des aliments sains, adéquats pour la consommation et une vie saine ” démontre-t-il. Car, la rareté et la pollution de l’eau sont de plus un risque pour les systèmes alimentaires essentiels.

L’Afrique comme terre d’opportunités pour le 21e siècle

Energie, changement climatique, financement et mobilisation des ressources, gouvernance, transparence et intégrité, actions concrètes, implication de la société civile et des femmes, renforcement de capacités des acteurs…tous ces sujets en lien avec le thème de la semaine ont été mis en débat. Et, mieux que de simples recommandations, les acteurs mobilisés ont présenté des études de cas pour montrer et prouver que des solutions existent ou alors qu’on peut bien les trouver par le biais de la recherche. De même, une grande place a été accordée aux différentes parties du monde notamment à l’Afrique et à l’Asie dont les populations dans leur grande majorité, sont encore confrontées au stress hydrique et au manque de systèmes adéquats d’assainissement.
Ainsi, la journée du 28 août a été consacrée à la problématique de l’eau et de la sécurité alimentaire en Afrique et aux défis qui plombent encore son développement. Si l’Afrique est perçue aujourd’hui comme un continent apparemment redoutable pour les défis qu’elle affronte, elle reste et demeure une île où peuvent et doivent émerger des stratégies pour valoriser le potentiel productif de l’eau et limiter sa force destructrice. Compte tenu des exigences variées et parfois contradictoires de nos ressources en eau, dans un continent où plus de 90 pour cent des ressources en eau transfrontalières sont dans la nature, l’efficacité de ces processus devient particulièrement cruciale.
Se fondant sur les résultats du processus africain du 6ème Forum mondial de l’eau à Marseille, de la 4ème Semaine de l’eau en Afrique au Caire ainsi que ceux de Rio+20, le but du Conseil des ministres africains de l’eau (AMCOW) et de la Commission de l’Union Africaine, est de joindre à l’action, l’innovation pour relever ces défis afin d’améliorer la gestion des ressources en eau.
Refoulant toute idée pessimiste et disant non à la fatalité, l’Afrique reste pour tous les acteurs réunis comme une terre d’opportunités pour le 21ème siècle. Seulement pour faire de cette vision une réalité, le combat pour le renforcement des capacités des acteurs est ” vital ” pour l’Afrique. ” L’Afrique dispose de la technologie et de là de l’argent pour mettre en œuvre les engagements sur l’eau et l’assainissement ” a déclaré András Szöllösi-Nagy de l’UNESCO-IHE pour l’Éducation à l’eau. “Si l’Afrique a les moyens de répondre aux Objectifs de développement du Millénaire d’ici à 2015, nous avons besoin d’augmenter le nombre de professionnels de l’eau de 300 pour cent “, a-t-elle ajouté. Un énorme chantier qui passe par le renforcement du système éducatif du primaire jusqu’au niveau des politiques. Le secteur de l’agriculture est encore un grand potentiel pour l’Afrique parce qu’elle ne représente qu’environ 7 pour cent de la population active de l’Afrique et contribue à environ 25 pour cent de son PIB. Et face à une population africaine qui croît à un rythme qui est beaucoup plus élevé que la moyenne mondiale, la menace du secteur agricole et de l’économie rurale, à laquelle s’ajoutent les prédictions d’une augmentation de la température, l’heure de la mobilisation doit sonner pour valoriser le potentiel de l’Afrique en matière de ressources en eau douce. Selon ” Il est temps que nous commencions par aller au-delà de ce que nous avons fait dans le passé en tenant dûment compte de la gestion des ressources en eau, comme la clé de voûte pour la réalisation et le maintien de taux de croissance économique, l’augmentation de la productivité des secteurs tels que l’agriculture et l’exploitation minière, l’énergie, … ” pour assurer la disponibilité de l’eau de bonne qualité, a indiqué, Khalil Timamy de la Commission de l’Union africaine Commission. Il incombe à tous les dirigeants politiques africains de mettre en œuvre les engagements qu’ils ont pris sur l’eau et l’assainissement dans la vision africaine de l’eau 2025, y compris le renforcement de la gouvernance des ressources naturelles.

Plusieurs prix décernés

Notons qu’en dehors des sessions thématiques aux contenus très riches, de la grande exposition des organisations et institutions qui totalisent de longues années d’expériences, plusieurs prix ont été décernés a différentes catégories d’acteurs qui par leur travail, leur innovations et leurs recherches contribuent de façon qualitative à faire avancer le secteur de l’eau et de l’assainissement dans le monde. Au nombre des prix décernés, nous avons le Stockholm Water Prize du roi Carl XVI Gustaf de Suède d’une valeur de 150.000 USD et une sculpture en cristal remporté par l’International Water Management Institute (IWMI), le prix le plus prestigieux au monde qui récompense les réalisations exceptionnelles dans les activités liées à l’eau. Le lauréat du Stockholm industry Water est la société mondiale de l’alimentation et des boissons, Pepsi Co pour avoir réussi à réduire la consommation d’eau dans sa production, et avoir continué son engagement au-delà des opérations propres de l’entreprise pour aider à résoudre les problèmes d’eau sur une grande échelle. L’international Stockholm Junior Water Prize qui récompense des jeunes scientifiques les plus brillants du monde pour encourager leur intérêt continu dans le secteur de l’eau et de l’environnement, est allé cette année, aux jeunes Luigi Marshall Cham, Jun Yong-Nicolas Lim Tian Ting et Carrie-Anne Ng de Singapour. Pour le concours Wash pour les medias, six journalistes dont le journaliste du Bénin, Alain Tossounon, ont été récompensés pour l’excellence de leurs productions dans le secteur de l’eau, l’hygiène et l’assainissement.

Follow

Get every new post delivered to your Inbox.

Join 874 other followers