Archive for March, 2012

March 30, 2012

REMISE DE PRIX DE DISTINCTION D’ENGAGEMENT A LA PROMOTION DES OMD

A l’occasion de la journée internationale de la femme, la coordinatrice de WASH-JNCI Kanzli Mideh a été récompensée; distinction pour son remarquable engagement à la promotion des OMD en sa qualité de Femme de média par l’AIODM INTERNATIONAL, en présence de Me Désirée Djoman présidente de l’AIODM Côte d’Ivoire secrétaire générale adjointe de l’AIODM chargée du programme “Villages du Millénaire AIODM, de M.Fressoz Pascal secrétaire Général de l’AIODM INTERNATIONAL et de M.Mam Camara, président de l’UNJCI( Union des Journalistes de Côte d’Ivoire).
Ce fut une très belle cérémonie! Et adressons nos sincères félicitations à Kanzli Mideh et l’encourager à Oeuvrer pour cette noble cause!!!

March 27, 2012

Diarrhea, Vomiting and Cholera sweep Border towns in Sierra Leone

By Mustapha Sesay, mustaphasesay25@yahoo.com
The plight of residents living in the border towns of Sierra Leone is becoming worrisome as reports make rounds that an outbreak of acute vomiting and cholera is affecting them which have attracted the attention of medical staff and some Humanitarian organizations

Reports of the notion was first revealed by one of the local newspapers “Salone Times” with the caption “Cholera Outbreak hits Northern Sierra Leone’ with special reference to the Kambia and Port Loko Districts. This town (Kambia) borders Sierra Leone with the Republic of Guinea. Two weeks after this report, a Journalist by the name of Saidu Bah of Awoko Newspaper was opportune to visit the Southern border towns of Sierra Leone where he witnessed acute diarrhea and vomiting cases and most of the parties were receiving treatment under mango trees and others offering shade.
Pictures taken by him and shown over National Television last week confirmed the magnitude of the epidemic and the urgent need for the government and other humanitarian organizations working towards combating the spread of the diseases to employ all measures to bring the threat under control.
Speaking to our northern correspondent Sahr Gbanga who visited Kambia and Port Loko District to get first hand information about the nature of these diseases, he first of all attributed the problem of quickly and affordable water, sanitation and hygiene practices in most remote areas visited.
According to him, there is adverse effect of the dry season on the availability of clean drinking water to these towns and villages. The absence of pipe borne water has left most of the residents with no option but to use stream and well water. Unfortunately, at the peak of the dry season most of these shallow wells are dried up and the streams are either very shallow or are also dried up.

The few that do continue to flow are overcrowded and populated as the scramble for water is the order of the day. In some of these remote parts, young girls have to walk long distances to get water for their domestic purposes. Mr. Banga highlighted the constraints involved in getting water. In one or two areas, the shallow streams are greenish with spirogyra or mud in the wells. This has not served as barriers to the deprived people as they scope every particle in the well and carry it to their towns Speaking to Fatu Kamara, a sixteen year old girl on how they purify the water before drinking, she informed him that for years now they only take the water home and allow the particles to settle before drinking as there is no time for purification.
In another town where a stream flows, he witnessed the deforestation along the banks for farming and various activities like washing, laundering and even the
washing of feaces by a suckling mother. This same stream according to him runs through other villages, and he was astonished to travel along it for a mile to find others getting it for consumption purposes. It was at this point he came toconclude that man was at a point in time contributing to his/her own predicament as a result of nature.
In the Southern border town of Pujehun District, Sulima town, another reporter Gbessay Juldeh noted some of the features. To his astonishment, most of the
victims were suffering from excessive vomiting and acute diarrhea. Most of those affected were helpless as a result of dehydration or loss of energy. Moving from one village to the next in Sorogbema Chiefdom, there was lamentation of the death of family members from the epidemic and the call on government and other humanitarian intervention to halt such a plague and avert it in the future.
It must be noted that at the peak of the dry season, access to affordable and quality water is a problem in most parts of the continent. In Sierra Leone, the urban towns like Freetown, Bo, Makeni and Kenema to name a few, can go without pipe borne water for days and even where it is possible, hardly is it enough for all the inhabitants. With this, it should not be a surprise for provincial towns and remote villages to be affected with this problem. The reason being that resources are not yet ripe to move away to these places and install pipe borne water that are well
purified for drinking.
It must also be noted that most of the border towns are mainly populated with over 30,000 people roughly in some of these places because of trade and agricultural activities.
Furthermore, the outbreak of this acute vomiting and diarrhea occurred at a time when the Community Health Officers and Community Health Assistants downed tools in most of the clinics in these remote areas. Like in the Northern town of Kambia and Pout Loko Districts the causes of the
epidemics in the Board Town of Pujehun District according to our reporter is related to the lack of quality water, Hygiene and sanitation facilities. With shallow wells, the residents have no option but to drink contaminated water, most defecate in the open or the few toilets are not ideal for human usage, and resident at this time of the year are more interested in their farming activities than that of sanitation in the towns.

To address this problem in the boarder towns, the following measures needed to be taken into consideration: there must massive sensitization and awareness on the need to live a clean environment free from pollution. Pit latrines should be constructed by every householder and the people admonished on the dangers of open defecation. Stream water must be used wisely during the dry season as it is a major source for the spread of diseases when contaminated. Government and humanitarian organizations must construct water wells in remote areas and encourage medical staff like Community Health Workers with drugs and other incentives in order to be dedicated and committed to their work. It is believed that when such precautions are taken, diseases related with water, sanitation and hygiene would be addressed or curtailed.

March 24, 2012

Accès à l’eau potable dans la commune de Sô-Ava : Une conquête périlleuse pour la survie

Dans cette cité lacustre, l'accès à l'eau potable est encore difficile

Aujourd’hui encore, pour s’approvisionner en eau potable, les femmes du village de Ahomey Gblon dans la commune de So-Ava, à 35 km de Cotonou, doivent porter leur croix. Mais malgré la longue distance, les incidents de route…elles ne sont pas prêtes à abandonner le combat. C’est le prix à payer pour sauver leurs enfants des maladies du péril hydrique.

Alain TOSSOUNON (tossounon@gmail.com)

Ce jeudi 3 août, pendant que la nuit y est encore avec sa fraîcheur aigre entremêlée de petites gouttes de rosée, les femmes du village Ahomey Gblon (commune de Sô-Ava) se sont retrouvées à leur point de départ habituel. Presque en haillons et munies de pagaies, de bidons, de calebasses, de seaux et bassines en plastique, elles se mobilisent autour de leurs pirogues affrétées pour le grand voyage. Elles se saluent à peine. Pas non plus le temps de bien disposer les ustensiles alors jetés pêle-mêle dans les pirogues. Remontant le lac pour Ganvié I, village lacustre qui attire de milliers de touristes chaque année, situé dans le sud ouest de la commune, dame Victorine Kpotin se met à fredonner une chanson. Elle sait que la route sera longue et qu’il lui faudra s’armer de courage. ” En chantant, je ne me rends pas compte des 7km à parcourir sur l’eau ; cela m’aide également à affronter facilement les péripéties éventuelles “, souligne-t-elle.
Chemin faisant, d’autres pirogues font leur apparition et rejoignent celles qui étaient déjà sur l’eau. Le temps n’est pas aux palabres. Les échanges se limitent aux salutations, se laissant aller sous l’effet du vent.
Dans cette atmosphère morose déchirée par les seuls mouvements des pagaies, le soupir préoccupant de Annette Houndéton se fit entendre : ” quand allons-nous finir avec cela ? “. Et comme personne ne lui répondait, elle se résout à trouver en nous, un facile bouc émissaire : «au lieu de chercher à nous interroger, tu ferais mieux d’informer ceux-là qui t’ont envoyé de ce que nous endurons». Mais le climat ne va pas tarder à devenir relaxe. Elles viennent de passer 2 km et sont au centre de Sô-Ava. Le ralliement progressif d’autres «chercheuses d’eau» a contribué à détendre l’atmosphère. Les conversations vont bon train dans la langue ”avagbo”, la langue locale : on rit, on se taquine…la détente ne dura pas longtemps. Car, après Sô-Ava centre, la traversée des jacinthes d’eau devient très pénible, la circulation est quasi impossible. Mais comme souvent, la ténacité de ces femmes a encore payé. Quoique les perspectives dressées par Dominique Faizoun, agent de la mairie de Sô-Ava, restent pessimistes : ” d’ici là, ce serait le comble car ces jacinthes vont remplir la surface de l’eau au point qu’elles ne puissent plus aller chercher de l’eau “.
Juste après la corvée des jacinthes, les femmes se sont divisées en deux groupes, prenant deux directions différentes. Sur les abords de l’autre côté de la rive du lac Nokoué, voici que les pirogues ont commencé par s’aligner l’une derrière l’autre devant une case servant de protection à la pompe d’eau. C’est Ganvié I, là où a lieu l’approvisionnement en eau potable des femmes de Ahomey Gbon. C’est un double château totalisant plus de 40 m3, avec des panneaux solaires et un réseau de 4 bornes fontaines. Au beau sommet de cette case, un homme assis, que les femmes saluent dans leur langue. Affable, il leur répond et les invite à plus se rapprocher de la case. Un long tuyau sortant par une entrée de la case est orienté vers le 1er plastique de 100 litres d’eau de la première femme à prendre l’eau. Après s’être faite servie, elle cède la place à une autre et prend aussitôt le chemin de retour sans attendre les autres et ainsi de suite. De 5 h 30 mn du matin, ce n’est qu’aux environs de 11 h 30 mn que les femmes sont de retour dans leur village. Et non sans incident. Car, elles devraient subir ” l’enfer ” des barques motorisées, transportant des personnes et des biens. ” Leur passage fait tanguer les pirogues des femmes et elles perdent des quantités d’eau importantes”, témoigne Dominique Faizoun. ” Ces femmes qui ne peuvent s’y rendre qu’une seule fois dans la journée sont obligées parfois de faire des surcharges à telle enseigne que le moindre vent fait basculer la pirogue et renverser toute l’eau. C’est un véritable calvaire “, renchérit Laure Pierron de l’Association française des volontaires du progrès en séjour au Bénin pour appuyer la mairie de cette commune dans la mise en place de sa politique de gestion participative.

Malgré tout, un moindre mal
Le village de Ahomey Gblon disposait depuis 1990 d’un double château d’eau totalisant 30 m3 d’eau, et ayant des panneaux solaires permettant d’alimenter un réseau muni de 5 bornes. Début 1998, ce système est devenu non fonctionnel suite à une défaillance du convertisseur. La population se retrouve contrainte de se déplacer avant d’avoir de l’eau. Le secrétaire général de la mairie de Sô-Ava, Nestor Dossou Mignanwande, face au chemin de croix des femmes explique que cette corvée est une réalité dans cette commune lacustre.
Mais pour ces femmes, il n’est pas question d’arrêter cette corvée quotidienne. «Car, l’eau potable nous sauve la vie», déclare Annette Houndéton. Une certitude qu’elles tiennent du drame qu’a connu une de leur amie qui a perdu Yekini, son enfant de six ans en 2005 suite à une épidémie de choléra. ” On n’a pas pu le sauver parce que sa maman l’a amené tardivement. C’était trop tard “, nous confie Désiré Kindjihossou, infirmer depuis 2002 au centre de santé de la commune. Dans cette commune lacustre où plusieurs villages ne disposent pas d’adduction d’eau et où les communautés luttent pour leur survie, les maladies hydriques sont monnaie courante. “Ici, nous avons régulièrement des cas de diarrhée, vomissement, fièvre typhoïde ; des cas liées aux déshydratations sévères qui entrainent le plus souvent des cas de choléra ” signale-t-il. Et pour le médecin chef qui confirme cette situation, il n’y a pas de doute, le manque d’accès à une eau potable en est la principale cause. ” Le manque d’eau potable, la mauvaise hygiène de l’eau sont à l’origine de toutes ces maladies “, explique le médecin généraliste, Jean Agbégbanou.

Au Bénin, les maladies diarrhéiques constituent la quatrième cause de morbidité des enfants de moins de cinq ans. Et chaque année, selon le Programme Eau et assainissement (WSP) de la Banque Mondiale, 4300 enfants de moins de 5 ans meurent de diarrhée. Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), ces décès sont à presque 90% directement attribués à l’impureté de l’eau et au manque d’assainissement et d’hygiène.
Une situation qui certainement durera encore plusieurs années dans cette localité où les latrines sont rares. (Pour le pays, en 2010, seulement 44,4% de ménages disposent de latrines). Ici, nous indique Annette Houndé, de la pirogue, il n’y a pas de latrine. ” Nous nous débrouillons comme çà “, ajoute-t-elle.
En effet, dans cette localité lacustre les latrines de fortune réalisées par les communautés avec des matériaux précaires rejettent tout sur les plans d’eau. Et même pour les techniciens, la particularité de cette zone lacustre où les habitations sont sur pilotis, rend difficile la réalisation de latrines selon les standards. Pour l’heure, Eau et Assainissement pour l’Afrique (Ex-CREPA) est en train d’expérimenter des options technologiques adéquates d’assainissement pour les communautés les plus démunies vivant dans les zones lacustres.

Mais en attendant, pour les femmes de cette localité qui vivent dans un pays où malgré la construction de points d’eau améliorés, les maladies hydriques n’ont pas diminué (selon l’Évaluation d’impact des programmes d’approvisionnement en eau potable et d’assainissement au Bénin, conduite par la Direction de l’Évaluation de la Politique et des Opérations (IOB) du ministère néerlandais des Affaires étrangères et le Département des évaluations du ministère fédéral allemand de la Coopération économique et du Développement (BMZ)), l’enjeu est encore grand et le bout du tunnel n’est pas pour aujourd’hui. Prêtes à faire la corvée d’eau pour prévenir la santé de leurs enfants, ces femmes sont décidées à faire la politique de leurs moyens en attendant un sauveur.

March 24, 2012

6ème Forum mondial de l’eau : Les grandes ” solutions ” de Marseille

Beaucoup de localités attendent encore de l'eau potable comme ici dans une localité au nord du Bénin

Attendu pour offrir au monde des solutions idoines et concrètes, le forum mondial de l’eau de Marseille, a fermé ses portes avec à la clé, d’importants acquis. Si certains sont restés sur leur soif parce que les engagements ne se chiffrent pas en milliards, d’autres en revanche, les plus nombreux, estiment que le forum de Marseille a tenu ses promesses. Surtout dans le contexte difficile de crise économique et financière.

Alain TOSSOUNON (tossounon@gmail.com)

Forger des solutions qui ont fait leurs preuves dans la réalité du terrain et qui sont duplicables par d’autres acteurs. Donc, scientifiquement crédibles, socialement acceptables, adaptées aux contextes locaux, ainsi que financièrement et politiquement réalisables. C’est l’objectif majeur de ce forum annoncé comme le temps des solutions. A l’arrivée, pour certains pessimistes, Marseille n’a pas tenu toutes ses promesses. Car, les promesses ne se chiffrent pas en milliards mais en millions. Mais pour beaucoup, Marseille a dessiné l’avenir de l’eau. Le temps des interventions a laissé place à celui des solutions. En marge de l’un des grands succès de ce forum qu’a été la participation et l’implication remarquable de nombreuses ONG et associations réunies au sein du collectif international, l’effet papillon, d’importants acquis ont été enregistrés.
Au nombre de ceux-ci, on peut retenir, l’engagement du groupe latino-américain à débourser 27 millions de dollars pour préserver 3 millions d’hectares de bassins versants au profit de 50 millions de personnes qui en dépendent. Après l’annonce par le premier ministre français, François Fillon à l’ouverture, de 10 millions d’euros pour la construction d’une usine de dessolement à Gaza, le ministre français de la coopération représenté par Henri de Rancourt, a également annoncé une contribution de 40 millions d’euros pour couvrir les besoins de financement du continent africain afin de l’aider à atteindre l’objectif ambitieux d’assurer un accès à l’eau universel à l’horizon 2030.
Plusieurs Etats africains ont aussi marqué leur engagement à accroitre le budget consacré à l’eau. Il s’agit du Congo prêt à donner 5 millions de dollars supplémentaires, le Tchad et le Niger 1 million de dollars.
Non moins importante solution, sur un plan personnel, le Président Loïc Fauchon s’est engagé à mettre en place une fondation des écoles de l’eau afin que toute nouvelle école, soit dotée d’un système d’adduction d’eau et d’assainissement. Sur le plan politique et de l’agenda international, le Conseil mondial de l’eau (CME) s’est engagé à faire inscrire la question de l’eau au menu des prochains sommets internationaux notamment celui de Rio +20 à Doha. De même, le CME, fort du succès du ” village des solutions ” expérimenté pour la première fois à Marseille, s’engage à rééditer l’expérience. Mais aussi à laisser siéger au sein de son Conseil d’administration, trois jeunes de moins de 35 ans.
Par ailleurs, la cité phocéenne, ville hôte du forum a voulu donner l’exemple aux autres villes du monde. Ceci en prenant environ 28 résolutions dont les plus importantes, sont la réduction de 40% de la consommation d’eau publique d’ici 2020, la fin des rejets en mer des eaux usées et la protection des personnes et des biens en cas d’inondation.

Des solutions d’avenir
A l’instar des jeunes parlementaires à qui une place de choix a été accordée dans les échanges sur l’avenir des ressources en eau, les enfants avaient également toute leur place. Aussi, au terme du forum, à l’image de leurs parents, les enfants ont aussi pris des engagements pour sauver l’eau. Devant les congressistes, deux jeunes lycéens marseillais ont décidé de convaincre leurs camarades, de ne plus rester une demi-heure sous la douche. Une manière de contribuer à l’exploitation durable de la ressource en eau. De même, l’initiative comme l’élaboration d’une charte de l’eau des enfants dans l’école marseillaise à laquelle ils appartiennent, constituent des solutions d’avenir qui préparent les enfants à une bonne gestion de l’eau.
Après l’adoption en juillet 2010 de la résolution 64/292 des Nations Unies relative à la reconnaissance du droit universel à l’eau et à l’assainissement, Marseille a ouvert la voix des solutions. En attendant le prochain sommet qui se tiendra en Corée, on peut déjà se féliciter de la grande mobilisation et des engagements issus de ce forum.

March 24, 2012

6e Forum mondial de l’eau : Quand Marseille rêve d’un monde sans soif

Une pénurie d'eau à Boriban, un village du Bénin

C’est une nouvelle histoire de l’eau qui s’écrit à Marseille depuis le 12 mars. Venus de 170 pays, près de 20 000 participants se sont retrouvés pour échanger et réfléchir afin de donner satisfaction aux deux milliards de personnes dans le monde, qui vivent encore dans l’angoisse de la soif. Après une levée de rideau réussie, les sessions, tables rondes…ont permis une fois encore de faire des propositions concrètes.

Alain TOSSOUNON(tossounon@gmail.com)

Voici venue l’heure des solutions. Le rêve de toutes ces populations qui attendent encore de boire de l’eau potable. C’est l’engagement qu’a pris le forum de Marseille en affichant dès son démarrage, sa volonté de mettre les solutions à l’ordre du jour de l’agenda des discussions.
En ouvrant les travaux de ce rendez-vous qui se tient trois ans après celui d’Istanbul en Turquie et 15 ans après le premier à Marrakech au Maroc, le président du Conseil mondial de l’eau ; Loïc Fauchon a signifié qu’au temps des incantations doit succéder celui des solutions. C’est pourquoi, il s’est félicité de la mise en place d’un ” village des solutions ” qui contribue au partage et à la circulation des solutions.
Car, a-t-il rappelé à tous, il ne faut jamais oublier qu’ «accéder à une eau propre et abondante», est le rêve d’une partie importante de la population de ce monde. Ainsi, il n’y a pas de raison de se féliciter des petits pas enregistrés tant qu’il reste beaucoup à faire. A quoi sert le droit de vote si l’on n’a pas le droit de vivre et le droit de vivre, c’est d’abord le droit d’accéder à l’eau ! s’est-il exclamé en comparant l’eau à la liberté. Aujourd’hui, face au nombre important de personnes vivant sans accès à l’eau, on est passé du besoin à l’urgence et de rappeler qu’il n’y a pas de développement sans eau. Offrant un tableau riche en couleurs et en sons, la chorale des enfants marseillais, tous en chœur ont lancé un vibrant appel à ” sauver l’eau ” de la ” folie des hommes “. Mais l’instant fort de cette levée de rideau a été le témoignage des deux jeunes touaregs venus du nord Mali. ” La soif, ce feu qui brûle la gorge après trois heures d’attente devant un puits, l’envie de vomir après avoir bu une eau contaminée par les pluies ou l’angoisse face au bétail qui meurt “, dira le jeune Sid Ahmed Ag Ahmouden pour replonger les participants dans le calvaire hydrique que vit au quotidien le peuple nomade touareg. Au-delà de ce forum, il faut mettre la question de l’eau au cœur de tous les agendas et le prochain sommet de la terre sera une grande tribune pour lancer encore un cri d’appel, a indiqué le président du comité international du forum, le brésilien Bénédicto Braga. Il faut «arriver à imposer l’eau sur la table de Rio+20», a-t-il signifié.
Venu en lieu et place de Nicolas Sarkozy pour ouvrir officiellement le forum, le premier ministre français François Fillon a salué tous les progrès accomplis depuis plusieurs années en référence au dernier rapport de l’ONU qui indique que désormais, 89% des habitants de la planète ont accès à l’eau. Reste désormais, la question cruciale de l’assainissement à laquelle, il a lancé un appel à la mobilisation pour voler au secours des 2,5 milliards de personnes qui vivent sans toilettes.
Mais selon François Fillon, pour avancer durablement sur ces questions, il faut mettre en place une organisation mondiale de l’environnement à l’instar de l’Organisation mondiale du commerce (OMC). «Il n’y a pas de raison que cela existe pour le commerce et non pour l’eau», a-t-il indiqué.
Pour terminer, il a vanté la riche expérience française, le modèle ” original ” français fondé sur l’organisation en régie ou sur délégation des services publics qui favorisent un meilleur accès aux services de l’eau et de l’assainissement.

Des incantations aux solutions
Le 6e forum mondial de l’eau se veut une rencontre de solutions. Et, en marge des pavillons d’exhibition et stands d’expositions des entreprises, pays, associations, organisations qui interviennent dans le secteur, on découvre ” un village des solutions “. C’est un véritable village qui met en lumière des réponses qui font école, des solutions originales et innovantes qui font leur preuve. Surtout, elles émanent d’acteurs divers et diversifiés : experts, entreprises, élus, bailleurs, associations ou simples citoyens. Institutionnelles, techniques, financières, légales…ce bouillon de solutions reste un grand pas dans la recherche de solutions afin de rompre avec les discours pour passer au concret.
Expérience réussie, cette initiative de village de solution aura commencé avant même le démarrage du forum sur la toile. Annoncé comme forum des solutions, le comité international a lancé une plateforme http://www.solutionsforwater.org pour recueillir en ligne des propositions et réponses concrètes aux enjeux et défis de l’eau et de l’assainissement sur toute la planète. Au total, 1400 contributions ont été recensées avec l’Europe en tête (plus de la moitié), le Proche et le Moyen-Orient et la zone Asie-Pacifique approchent les 400, le continent américain, nord et sud, les 230 et l’Afrique 120 contributions.
Ces différentes contributions, loin d’être des solutions accomplies, constituent des pistes et alimentent les réflexions sur les problématiques majeures du secteur de l’eau et de l’assainissement.
Après la plateforme de solutions sur la toile, avec le village de solutions, le 6e forum mondial de l’eau de Marseille aura innové pour avoir recentrée les échanges et débats sur les solutions et offert une place et un espace à l’exhibition des solutions.

March 24, 2012

L’eau potable a Yaounde, telle une larme de chien.

Oriane Alix et Gertrude Fernande
kado2005_2006@yahoo.fr
gerferneu1@yahoo.fr
Equinoxe TV Douala Cameroun

Beatrice Nkun au quartier Damase à Yaounde, un pagne noué à la taille, sa bassine et un bidon entre les mains, elle avance le pas lourd. Son visage ruisselant de sueur, elle semble épuisée. La jeune fille a beau tourner dans tous les sens, pas une seule goutte d’eau ne sortira d’un robinet. D’ailleurs elle a déjà fait le tour, depuis le début de la journée.

Depuis plusieurs mois, le précieux liquide est introuvable dans plusieurs quartiers de la capitale du Cameroun Yaoundé. Avant, il fallait veiller toute la nuit pour espérer avoir quelques litres d’eau, mais depuis quelques temps c’est peine perdue. ‘’Depuis 6 ans que je suis ici, on a toujours les problèmes d’eau. On a pris des mesures pour résoudre ce problème, mais il ne fait que persister. Quand bien meme l’eau est de retour, non seulement c’est pour quelques minutes, mais en plus elle n’est pas du tout propre, on boit parce qu’on est oblige, on n’a pas le choix’’ raconte Elise, le visage serre. ‘’ Si j’ai bonne mémoire, l’eau vient peut-être 2 a 3 fois par semaine, soit en moyenne 10 fois par mois. On a près d’une dizaine de récipients chez nous pour les réserve, mais ce n’est pas suffisant, on fini toujours par être a sec avant le retour de l’eau’’ renchérit un voisin a un jet de pierre. Autre lieu, la zone universitaire. ‘’Nous on a aussi ce problème d’eau a Ngoa-Ekelle, surtout ici au château. Nous sommes a cote du château, mais bizarrement nous manque de l’eau’’. A Damase, Cite-verte, Nsimeyong, Mendong, Mimboman, pour ne citer que ces quelques quartiers, on’ y a presque oublié la date de la dernière apparition de l’eau potable, tant cela a dure. Une pénurie qui s’est aggravée avec l’arrivée de la saison sèche. Seuls quelques quartiers ont le bonheur de voir le liquide couler, et même dans ces quartiers ce n’est pas tous les jours que l’eau est disponible. C’est sans parler de sa qualité qui laisse souvent à désirer. Et ce sont les populations qui paient le lourd tribu, noyées dans une pénurie, qui ne cessent de leur donner des insomnies. Au Ministère de l’Energie et de l’Eau, l’on invite les populations à la patience. D’ici la fin de l’année 2013 affirme t- on de ce coté là, les multiples pénuries d’eau observées en ce moment relèverons du passe. Une note d’espoir reprise ce jour par le ministre de la communication. Face a la presse, Issa Tchiroma Bakary est revenu sur les nombreux projets en cours, aussi bien dans la ville de Yaounde, que dans d’autres villes du Pays. Le porte-parole du gouvernement a certes étanché la soif d’information du public, mais il reste a étancher la soif tout court. ‘’Vraiment, vous qui êtes en haut la, il faut avoir pitié de nous. Avec le cholera qui est d’actualité depuis plusieurs mois déjà’’

March 24, 2012

Le liquide précieux qui manque a Douala.

Oriane Alix et Gertrude Fernande
kado2005_2006@yahoo.fr
gerferneu1@yahoo.fr
Equinoxe TV Douala Cameroun

L’eau douteuse des puits, forages, et même rigoles, voie de recours des populations. De l’eau qui coule dans la rigole, c’est la que se ravitaillent les habitants de Kondo dit petit Paris, l’un des versants du quartier bonapriso a Douala. Cette source fait le bonheur des habitants de ce lieu depuis des années.

‘’En soirée il y a beaucoup de monde par ici, les gens viennent de partout. Des pousseurs arrivent, font le plein des bouteilles pour aller ravitailler les ménages du quartier qui sollicitent leur service’’. Dans ce coin de la capitale économique, les installations de la Camerounaise Des Eaux (CAMWATER) sont inexistantes. Cédric Bijeck résident de ce quartier, y vit depuis 9ans. Il confie qu’ici jamais l’eau n’a coulé d’un robinet. ‘’Il n’y a pas l’eau de ‘’camwater’’ ici, il n’y a pas de forage. L’eau de cette rigole est celle que nous utilisons pour tous nos besoins. Nous la buvons, l’utilisons pour la vaisselle, la lessive et autres taches. Nous n’avons pas de choix’’, déclare Cédric, la mine presque résignée. Le jeune Bijeck au passage n’a pas manque d’implorer des moyens tout au moins pour aménager cette rigole, leur seule source d’abreuvage. Autres lieux ou de nombreux robinets demeurent a sec depuis plus d’une douzaine d’années, ce sont les quartiers PK 12, PK 13, Logpom. ‘’ Je me suis construit il y a quelques années une maison moderne, des douches internes, une cuisine interne avec évier, toute la tuyauterie en place, mais jamais je n’ai eu l’occasion de profiter de ce dispositif’’ témoigne une autre riveraine, vraisemblablement abattue. Cette dernière confie que ses multiples tentatives pour obtenir de l’eau chez elle sont restées vaines. La- bas, la règle est pourtant connue de tous. Tout projet de construction de ce cote doit prévoir sur son plan, l’espace du forage. ‘’Déjà quand tu viens t’installer dans un endroit comme celui-ci, dit toi bien que tu as de fortes chances sinon toutes les chances de ne jamais consommer l’eau de Camwater. Parce que ca n’arrive pas ici. Donc si tu construis ici, même si tu n’a pas suffisamment de moyens pour faire un forage, les installations destine a l’alimentation en eau, serviront juste a se connecter au forage d’un tiers, qui a la fin du mois viendra servir une facture’’ explique Emile, habitant du quartier PK 13. Dans le cas contraire poursuit-il, il faudra se rendre au forage avec des bidons, et attendre parfois dans des interminables rangs, pour pouvoir les remplir.
L’eau potable répond toujours aux abonnées absentes
Du cote des quartiers tels que : Oyack, Bilonguè, CCC, Kotto, Béedi, les coupures d’eau sont légions. Elles sont d’une durée quasi éternelle et mettent 2, 3 mois voire plus. Malgré les plaintes formulées à répétitions par les populations, la donne est restée inchangée. Mais les factures ne manquent jamais le moment venu. ‘’Nous, nous sommes déjà dépassé par cette situation. Ces gens de la société nationale charge de la distribution de l’eau potable, passent tout un mois, il n’y a même pas une goutte d’eau, même pas une larme. Mais après ils viennent se pointer a votre portail dans leur tenue, pour relever on ne sait quoi sur le compteur, et vous servir quelques jour plutard une facture. On vous dit que c’est pour l’entretient du compteur’’ lance dame Ewane, qui le regard noir, loin de parler, hurle pratiquement. Exaspérées, les populations ont d’ailleurs fini par demander a la Camwater de venir retirer ses compteurs. Décidés à retourner vers les puits et autres forages, plusieurs requêtes ont été formulées dans ce sens, mais rien n’y a fait. Les compteurs sont la, les robinets aussi, seule l’eau potable reste désespérément absente.

March 23, 2012

Douala: Pénurie organisée a la zone industrielle Bassa.

Oriane Alix et Gertrude Fernande
kado2005_2006@yahoo.fr
gerferneu1@yahoo.fr
Equinoxe TV Douala Cameroun

Coup de colère des habitants de la zone industrielle Bassa dans l’arrondissement de Douala 3ieme. Cette population privée d’eau potable depuis des mois a stoppe net les travaux d’aménagement de la route secondaire qui traverse le quartier.

Les installations d’eau qui alimentaient le quartier, ont été détruites pendant les travaux. ‘’Ils ne se souci de rien les manœuvres qui travaillent ici. Ils ont casse tous les tuyaux et ont continuent sans gêne aucune de travailler, nous étions donc obliger d’aller arrêter ces travaux’’ lance un homme, visiblement le meneur de troupe. ‘’Cest grave seulement ici, nous nous ravitaillons très loin d’ici, un coin d’eau sale a nul autre pareil. Cette eau nous laisse des boutons, le corps est tout pourri à cause de l’eau. Nous avons des toilettes internes, quand tu pars pour les selles, il faut 10 litres pour chasser. Vraiment ils doivent tout mettre en œuvre pour nous rétablir l’eau’’ vocifère un autre, pas loin du précédent. Vivre sans eau est devenu le chemin de croix de ces populations. Ici, on parle déjà de trois morts de suite de cholera dans le coin a cause de l’absence d’eau potable. C’est encore plus difficile pour le centre médical d’arrondissement d’Oyack qui ne peut fonctionner sans eau, comme l’explique le surveillant général du centre. ‘’ Nous essayons nous même de payer les gars pour aller nous chercher de l’eau dans d’autres site pour nous ravitailler ici, et qu’on puisse fonctionner. Nous n’avons pas de choix. Dans la nuit quelques gouttes peuvent s’échapper du robinet pendant quelques minutes, mais en journée, rien’’. Le chef de chantier M. Ymele, dit pourtant être entrain de résoudre progressivement le problème. ‘’Dans mon contrat, il est prévu le déplacement du réseau Camwater, les fouilles sont passe, nous rétablissons progressivement. Quand nous faisions la fouille au fur et a mesure nous étions entrain d’établir le réseau’’. Une équipe de la Camerounaise des Eaux a fait le déplacement des lieux du soulèvement. L’entreprise en charge de l’eau au Cameroun, reproche à l’entrepreneur des travaux de n’avoir pas pris attache avec la CDE, au début des travaux, histoire de limiter les dégâts.

March 23, 2012

Le forage qui fait peur mais sauve

Oriane Alix et Gertrude Fernande
kado2005_2006@yahoo.fr
gerferneu1@yahoo.fr
Equinoxe TV Douala Cameroun

Les installations d’eau potable sont quasi inexistantes dans des coins de ndogpassi 3, un quartier de l’arrondissement de Douala 3ieme. Ici les populations consomment des eaux de puits et des eaux de forages depuis de longues années. ‘’Oui, il y a souvent des problèmes d’eau a boire, il y a souvent les eaux de forages qui ne sont pas très potables, mais on fait avec comme ca. C’est aussi parfois le problème de puits, parfois son eau est rouge, ou encore blanche, il n’y a pas de compteur SNEC ici au quartier’’ confirme Elisabeth Nico, riveraine. Ces eaux pourtant non conseillée de par leur qualité peu douteuse, prédisposent à de nombreuses maladies diarrhéiques. ‘’L’eau de forage la, ou c’est ca qui nous donne le cholera, nous on ne connaît pas, parce qu’elle n’est pas propre’’ laisse entendre une autre demoiselle, sur un ton qui trahi son malaise. La preuve que les populations sont bien conscientes du danger, mais vivent avec. Avec les pluies qui s’abattent sur la ville de Douala depuis des mois, les domiciles du quartier Ndogpassi 3 baignent dans l’eau. Et le vibrion cholérique de trouver un milieu propice pour se développer. Les populations disent prendre des précautions, tout en reconnaissant les limites de leurs moyens. ‘’ Nous n’avons pas d’eau, celle que nous puisons est toujours sale, les alentours pareils, les cafards qui s’y promènent. Aux toilettes le spectacle est le même, tu ne peux pas bien faire les selles, nous ne savons plus quoi faire’’ déploré la jeune élève Evelyne Monka. Ces populations restent terrorisées par les derniers cas de cholera détecté dans le quartier, et lancent en direction de l’Etat, leur cri de détresse.

March 23, 2012

LANCEMENT WASH-JNCI

March 22, 2012

Photo competition for water and sanitation journalists

3rd Water Integrity photo competition-Integrity in water for food and food security

Water and food are key to human life and both encourage good health, economic growth and social development. However, both water and food faced scarcity and access to either is becoming more difficult and problematic. Corruption can arise throughout many instances of the food production chain, even more so for water for food production as this adds to the complexities and different types of stakeholders involved.

Photography is a great way to raise awareness on crucial issues that affect everyone. It allows for a different manner to approach and understand the topic.

This photo competition seeks to explore the relationship between water and food, with a specific focus on integrity or corruption risks. We ask contestants to send us photographs that represent or conceptualise the damaging effect of corruption in water for food or that highlights transparency, integrity, participation and/or accountability to avoid corruption in water for food. All submitted photos must be associated to the issue of water for food or water and food security linked to integrity, which must be explained through the caption or a short description. 

March 15, 2012

Forum Mondial de l’Eau de Marseille: Déclaration ministérielle.

1. Nous, ministres et chefs de délégations réunis à Marseille, en France, le 13 mars 2012 à la conférence
ministérielle du 6ème Forum mondial de l’eau, « le temps des solutions », sommes déterminés à relever
les défis de l’eau à toutes les échelles. Reconnaissant la déclaration ministérielle et les autres résultats
du 5ème Forum mondial de l’eau tenu à Istanbul du 16 au 22 mars 2009 et tenant compte des
contributions des processus politiques, thématiques, régionaux et racines et citoyenneté, ainsi que des
propositions recueillies sur la « plateforme des solutions » du 6ème Forum mondial de l’eau, nous
exprimons notre vision partagée sur ce qui suit :
2. Dans le prolongement du chapitre 18 de l’Agenda 21 (programme d’action des Nations Unis adopté à
Rio lors du Sommet de la terre du 3 au 14 juin 1992), et du plan de mise en œuvre de Johannesburg
adopté au Sommet mondial sur le développement durable du 2 au 4 septembre 2002, nous réaffirmons
que l’eau est un facteur clé pour la paix et la stabilité et que les contributions significatives et plurielles
de l’eau jouent un rôle central pour la Conférence des Nations Unies sur le développement durable «
Rio+20 » sur « l’économie verte dans le contexte du développement durable et de l’éradication de la
pauvreté » et sur « le cadre institutionnel du développement durable ».

Assurer le bien-être de tous : accélérer l’accès à l’eau potable et à l’assainissement, développer
l’assainissement et avancer sur l’eau et la santé

3. Réitérant notre engagement d’atteindre les objectifs du millénaire pour le développement et à la
suite de l’adoption des résolutions des Nations Unies (A/RES/64/292, A/HRC/RES/15/9, A/HRC/RES/16/2 et
A/HRC/RES/18/1) relatives à la reconnaissance du droit de l’homme à l’eau potable et à l’assainissement,
nous nous engageons à accélérer la mise en œuvre des obligations en matière de droits de l’homme
pour l’accès à l’eau potable et à l’assainissement par tous les moyens appropriés, au titre de nos efforts
pour surmonter la crise de l’eau à tous les niveaux.
4. Nous sommes donc déterminés à assurer l’accès de tous à l’eau potable et l’assainissement aux
niveaux requis de disponibilité, de qualité, d’acceptabilité, d’accessibilité et de coût, en mettant l’accent
sur les plus vulnérables et en prenant en compte la non discrimination et l’égalité femme-homme. Pour
améliorer la situation des milliards de personnes sans accès à l’eau potable et à un assainissement
correct, nous entendons cibler nos efforts sur la planification et la coordination locales et nationales,
des mécanismes adéquats de financement et d’investissement et des cadres robustes de régulation, de
suivi et de redevabilité, en impliquant toutes les parties prenantes.
5. Une approche intégrée de l’assainissement et de la gestion des eaux usées, incluant la collecte, le
traitement, le suivi et la réutilisation, est essentielle pour optimiser les bénéfices et la valeur de l’eau.
Nous devons accélérer le développement et l’utilisation des ressources en eau non conventionnelles,
dont la réutilisation dans des conditions sûres, pour valoriser les eaux usées, et le dessalement le cas
échéant, pour stimuler les économies locales et aider à prévenir les maladies liées à l’eau et la
dégradation des écosystèmes.
6. Nous devons intensifier nos efforts pour prévenir et réduire la pollution de l’eau, en vue d’accélérer
l’accès à un assainissement durable et d’améliorer la qualité des ressources en eau et des écosystèmes.
Nous entendons promouvoir une vision partagée, novatrice et intégrée de la gestion des eaux usées
urbaines, rurales, industrielles et agricoles, assortie de cibles adaptées aux contextes pour la mise en
œuvre de nos actions, dans le cadre des législations, institutions et mécanismes d’application nationaux,
avec le soutien de la coopération régionale et internationale, et incluant la diffusion de technologies
adaptées et le partage des connaissances.
7. L’eau et l’assainissement sont essentiels pour la santé, l’hygiène et la réalisation des objectifs du
millénaire pour le développement. Nous sommes déterminés à assurer le suivi de la résolution sur l’eau
potable, l’assainissement et la santé adoptée par l’assemblée mondiale de la santé (WHA64.24) pour
lutter contre les maladies liées à l’eau. Nous entendons intégrer l’eau potable et l’assainissement durable, l’hygiène personnelle, domestique et collective, la protection et le suivi de la qualité de l’eau et
les outils d’alerte dans les stratégies et programmes de santé. Leur élaboration et leur mise en œuvre
reposent sur des cadres politiques renforcés et intégrés assurant une meilleure cohérence
intersectorielle, et sur la coopération entre toutes les autorités et les parties prenantes.
8. Pour contribuer à la santé, l’hygiène et la nutrition, les solutions incluent des cadres institutionnels
efficients pour exploiter et entretenir les services d’eau et d’assainissement existants et pour optimiser
les investissements dans les infrastructures. Des processus intégrés tels que les plans de gestion de la
sécurité sanitaire de l’eau et de l’assainissement contribuent à une meilleure gestion de la qualité de
l’eau et du risque sanitaire. Pour changer les comportements, il faut également un soutien fort à la
participation, l’éducation, l’autonomisation et l’appropriation par les communautés.

Contribuer au développement économique : l’économie verte, l’eau pour la sécurité alimentaire, l’eau
et l’énergie

9. Le rôle critique de l’eau dans tous les systèmes environnementaux, sociaux et économiques devrait
être reconnu dans le développement économique à l’aune des bénéfices sociaux et environnementaux
qu’elle génère. Dans le cadre du développement durable, la contribution de l’eau aux politiques
orientées vers l’économie verte devrait être promue de façon à assurer l’éradication de la pauvreté, la
croissance et la création d’emploi tout en préservant les écosystèmes et en luttant contre le
changement climatique.
10. Une nouvelle approche de l’eau, de l’alimentation et de l’énergie, fondée sur une meilleure
compréhension et la reconnaissance plus systématique de leurs interactions dans la prise de décision et
la planification, offre la possibilité d’améliorer la production et la gestion durable de ces ressources
rares. Une utilisation plus efficace et la réduction des gaspillages peuvent améliorer l’accès à l’eau,
l’alimentation et l’énergie. Nous entendons renforcer la cohérence des politiques, adapter les
arrangements institutionnels existants et établir des cadres pour maximiser les bénéfices et les
synergies entre ces secteurs.
11. L’augmentation, à l’échelle mondiale, des demandes et utilisations multiples de l’eau impose, pour le
développement durable, une gestion intégrée des ressources en eau et l’ensemble de principes et de
processus qu’elle propose pour faciliter la prise de décision, la planification et l’investissement à tous les
niveaux. Au titre des solutions, nous encourageons les autorités compétentes, y compris les autorités
de bassin, à adopter des cadres intersectoriels plus cohérents, équitables et durables pour assurer le
développement durable.
12. L’eau est cruciale pour l’agriculture, le développement rural, l’industrie alimentaire et la nutrition : il
ne peut y avoir de sécurité alimentaire sans eau. Les politiques d’eau et de sécurité alimentaire doivent
donc être intégrées, pour assurer tout à la fois un usage efficace et la protection des ressources en eau.
Pour garantir la sécurité alimentaire pour une population mondiale croissante, dans un contexte global
de changement climatique, les solutions impliquent des approches novatrices et sur mesure, répondant
à la diversité des situations dans le monde, en tenant compte de la disponibilité et la qualité de l’eau,
des sols et des terres, du niveau de développement des infrastructures pour l’agriculture pluviale et
irriguée, de l’exposition aux inondations et aux sécheresses, de l’utilisation durable des ressources en
eau souterraines et de la capacité institutionnelle des parties prenantes concernées.
13. Nous entendons garantir que les politiques d’eau et de sécurité alimentaire répondent aux besoins
des plus vulnérables, en particulier les communautés locales, l’agriculture familiale, les femmes et les
peuples autochtones. Il faut promouvoir la gestion de l’eau et des sols pour limiter l’érosion, la
dégradation des terres et la pollution de l’eau, en vue d’accroître l’efficacité de la filière alimentaire, « de
la fourche à la fourchette ». Les solutions incluent des technologies et des pratiques favorisant le
stockage et les économies d’eau dans les zones irriguées et pluviales, la réduction des pertes et des gaspillages en eau et en nourriture, la réutilisation dans des conditions sûres des eaux usées pour
l’agriculture et l’industrie, l’intensification de la culture de variétés végétales, traditionnelles ou
nouvelles, tolérantes au stress hydrique, et la participation des parties prenantes, en particulier les
organisations de producteurs, aux politiques de l’eau. L’engagement du G20, du D8 et des autres entités
pertinentes de traiter de l’eau et de la sécurité alimentaire est bienvenu.
14. L’eau et l’énergie sont de plus en plus interdépendantes, car l’eau est l’un des intrants majeurs pour
la production, la technologie et les procédés industriels dans le domaine de l’énergie, tandis qu’il faut de
l’énergie pour produire et distribuer l’eau et pour gérer les eaux usées. Nous devons aborder les
politiques d’eau et d’énergie de façon cohérente et en harmonie avec les cycles naturels de l’eau, pour
encourager l’utilisation durable et efficace de l’eau et de l’énergie, assurer l’accès à ces deux biens pour
tous, et favoriser les opportunités de croissance et l’éradication de la pauvreté. Dans cette perspective,
des plateformes multi-acteurs permettront d’harmoniser les politiques d’eau et d’énergie à travers des
processus multisectoriels, dans le cadre des politiques nationales de développement durable.
15. Rendre compte de l’utilisation de l’eau pour la production d’énergie, et de l’utilisation de l’énergie
dans le secteur de l’eau et de l’assainissement peut améliorer l’efficacité hydrique et énergétique. Une
meilleure efficacité énergétique dans les services d’eau et d’assainissement, notamment pour le
dessalement, et une meilleure efficacité hydrique dans l’utilisation de l’eau agricole et industrielle
peuvent contribuer à la réduction des gaz à effet de serre. Nous entendons soutenir l’initiative « Energie
durable pour tous », reconnaître l’hydro-électricité, dès lors qu’elle est conforme aux principes du
développement durable, comme une source viable d’énergie renouvelable pour de nombreuses zones
urbaines et rurales, en encourageant la production de « plus d’énergie par goutte ». Il faut promouvoir
l’investissement dans les retenues d’eau multi-usages durables, l’utilisation des eaux usées comme
source d’énergie renouvelable ainsi que le recours aux énergies renouvelables, comme le solaire et
l’éolien, pour l’alimentation en eau et l’assainissement.

Garder la planète bleue : l’eau dans les conventions de Rio, les catastrophes liées et le développement
urbain

16. Etant donné sa nature transversale, nous devons nous assurer que l’eau est pleinement intégrée
dans les stratégies et programmes qui ont trait au changement climatique, à la biodiversité et à la
désertification, en favorisant les synergies entre les 3 conventions de Rio et avec la convention Ramsar,
en réitérant notre engagement sur l’eau. Mettre l’accent sur l’eau dans les autres instruments et
enceintes internationaux pertinents relatifs aux forêts, aux déchets et aux produits chimiques
permettra des solutions coordonnées, en particulier en matière de partage de connaissance et
d’expérience, de prévision à long terme et de planification, de stratégie de financement et
d’interactions entre recherche et politique.
17. Nous devons renforcer la résilience au changement et à la variabilité climatiques, y compris grâce à
un système plus flexible et intégré de gestion des ressources en terre et en eau, en adoptant des
stratégies d’adaptation et d’atténuation, en améliorant l’efficience de l’utilisation de l’eau, la régulation
et le stockage de l’eau, la navigation intérieure, les services écosystémiques, la conservation et la
restauration des zones humides et des écosystèmes forestiers et de montagne ainsi que les pratiques
agricoles. Les solutions pour s’adapter au changement climatique incluent aussi le recours aux savoirs et
aux pratiques traditionnels, une meilleure gestion de la demande en eau, des mesures de prévention et
d’assurance.
18. Nous reconnaissons que la biodiversité liée à l’eau et les services écosystémiques font partie
intégrante des infrastructures de gestion de l’eau, car ils garantissent des retours sur investissements
élevés à tous les niveaux : économiques, sociaux et environnementaux,. Nous entendons prendre des
mesures pour la valorisation des coûts et bénéfices associés à la biodiversité liée à la protection et
l’usage durable des écosystèmes liés à l’eau, dans tous les projets. Nous avons aussi l’intention d’encourager les investissements dans les ressources en eau en tant que capital naturel, grâce à des
incitations et des politiques appropriées.
19. Face à l’aggravation des dommages causés par les catastrophes liées à l’eau, telles que les
inondations et les sécheresses, y compris des catastrophes d’origine anthropique, nous entendons
développer et renforcer des stratégies nationales et transfrontalières de prévention et de réponse. Les
solutions englobent des plans de gestion intégrée des risques, de préparation, d’urgence, de secours,
de reconstruction et de réhabilitation, qui prennent pleinement en compte l’eau et l’assainissement, la
protection et la restauration des écosystèmes, la gestion durable et intégrée des inondations et de la
sécheresse et la construction et l’exploitation des infrastructures. Nous reconnaissons le besoin urgent
de plateformes multi-acteurs, de préférence à l’échelle du bassin, pour la mise en œuvre de stratégies
conjointes et la coordination des mesures de prévention et de réponse aux situations d’urgence.
20. Nous reconnaissons pleinement le caractère central des besoins en eau et en assainissement dans
les situations d’urgence et de crise humanitaire pour la mise en œuvre des principes de la réforme
humanitaire. Une meilleure coordination sur l’eau et l’assainissement facilitera le développement de
stratégies adaptées à la transition de l’urgence vers la reconstruction et le développement, afin
d’assurer un accès durable à l’eau potable et l’assainissement.
21. Les villes ont un impact positif en matière de santé publique, de création d’emploi et d’utilisation
efficace des ressources, mais posent des défis majeurs pour l’eau et l’assainissement, en raison de la
demande croissante en eau et de l’augmentation corrélative de la production d’eaux usées, d’eaux de
ruissellement et de polluants affectant en particulier les eaux souterraines, exacerbées par les impacts
négatifs du changement climatique. Nous entendons promouvoir des solutions telles que l’amélioration
des infrastructures urbaines et des processus de planification spatiale au niveau approprié, et des
politiques intégrées entre les différentes autorités, en prenant en compte les interactions entre les villes
et les zones rurales qui les entourent. Les autorités locales et régionales sont au cœur de ces politiques
intégrées et nous saluons leur participation à la mise en œuvre du pacte d’Istanbul pour l’eau lancé lors
du 5ème Forum mondial de l’eau.
22. L’échange des bonnes pratiques et des leçons apprises, ainsi que la coopération décentralisée,
peuvent également favoriser le passage à plus grande échelle des expériences réussies et des
partenariats publics-privés avec les acteurs de la société civile et de l’économie pour optimiser le
financement et l’exploitation des infrastructures et des services sociaux, y compris le développement
d’un accès équitable et durable aux services d’eau potable et d’assainissement pour tous. Assurer un
développement urbain durable permettra ainsi d’améliorer les conditions de vie et les revenus des
citoyens urbains et péri-urbains.

Conditions de succès : la gouvernance, la coopération, le financement et un environnement favorable
pour l’eau

23. La bonne gouvernance de l’eau requiert des plateformes multi-acteurs et des cadres juridiques et
institutionnels facilitant la participation de tous, y compris des communautés autochtones,
marginalisées et vulnérables, et la promotion de l’égalité femme-homme, de la démocratie et de
l’intégrité. Etant donné le rôle particulier des autorités locales et régionales, en application du principe
de subsidiarité, nous reconnaissons le besoin de renforcer en tant que de besoin leur capacité pour
assumer leurs responsabilités. Une information adéquate et disponible à temps est cruciale pour
permettre à toutes les parties prenantes de faire des choix informés et de participer activement à
l’élaboration, à la mise en œuvre et au contrôle des politiques d’eau et d’assainissement. Nous avons
besoin d’outils et d’indicateurs pour renforcer le suivi et l’évaluation de ces politiques et la redevabilité.
Le développement de systèmes d’information sur l’eau facilitera le partage des données et la mise au
point de scénarios pour faire face aux défis de l’eau.24. Conformément aux principes de la déclaration de Rio sur l’environnement et le développement, et à
l’occasion de l’année internationale de la coopération pour l’eau 2013, nous sommes résolus à
promouvoir la coopération dans et au-delà du secteur de l’eau, en tenant compte des intérêts de tous
les Etats riverains concernés, pour favoriser la paix et la stabilité. Nous apprécions les efforts de
coopération dans le domaine des eaux transfrontalières. Nous entendons continuer à promouvoir et à
encourager une utilisation optimale, coordonnée, équitable et raisonnable de l’eau dans les bassins
transfrontaliers afin d’approfondir la confiance mutuelle entre les Etats riverains et d’aboutir à une
bonne coopération. Plusieurs des principes des conventions internationales pertinentes sur l’eau
peuvent être utiles à cet égard.
25. L’eau procure des retours sur investissement importants en termes économiques, sociaux et
environnementaux et contribue significativement au développement durable et à l’éradication de la
pauvreté dans les zones urbaines comme rurales et dans l’agriculture comme dans l’industrie.
L’importance d’accorder la priorité à l’investissement dans l’eau et l’assainissement a été soulignée
dans tous les processus régionaux menant au 6ème Forum mondial de l’eau, en particulier pour réduire
de façon drastique la pauvreté, envisager des mesures d’équité et d’élimination de la pauvreté,
accélérer l’investissement pour l’atteinte de la cible des objectifs du millénaire pour le développement
qui se rapporte à l’eau et l’assainissement et développer la coopération internationale dans le domaine
de l’eau.
26. Il est primordial de donner la priorité à l’eau et à l’assainissement dans les allocations budgétaires et
dans la coopération internationale, et de faire bon usage des instruments financiers. Nous
encouragerons une planification financière stratégique et durable, fondée sur une combinaison
appropriée de contributions des utilisateurs d’eau, des budgets publics, des financements privés et des
canaux bilatéraux et multilatéraux. Nous reconnaissons le besoin d’un recouvrement des coûts durable
et efficace, de mécanismes de financements innovants et ciblés sur les pauvres, tels que le paiement
pour les services écosystémiques, et de l’investissement privé, dans un esprit de solidarité, de justice et
d’équité. Des contributions sur les services d’eau fournis par les autorités locales et régionales pour
mettre en œuvre leurs programmes de coopération au développement dans le domaine de l’eau offrent
un bon exemple de mécanisme de financement innovant.
27. Pour développer, mettre en œuvre et assurer le suivi de bonnes politiques d’eau, une information
précise et une base agréée fondées sur une connaissance scientifique robuste sont nécessaires. En
tenant compte d’initiatives et de rapports tels que l’« Analyse et évaluation mondiale de
l’assainissement et de l’eau potable » (GLAAS) de l’ONU-Eau, nous comptons encourager des
partenariats inclusifs entre scientifiques, décideurs politiques, fournisseurs de services et autres parties
prenantes pour répondre aux besoins politiques et faciliter l’interface science-politique, en fournissant
des outils techniques et des méthodes novatrices, en impliquant les partenaires dans la formulation des
questions de recherche pour dynamiser l’innovation et en assurant la diffusion de la connaissance et le
transfert de technologie. Une meilleure coordination sur les enjeux liés à l’eau au sein du système
mondial est nécessaire pour renforcer et rationaliser sa capacité à apporter un appui ciblé aux pays.
28. Le développement des capacités, fondé sur des partenariats entre les autorités publiques, les
organisations internationales et non-gouvernementales, les fournisseurs de services, les institutions
privées et les communautés est requis pour relever les multiples défis liés aux questions émergentes.
Dans ce contexte, nous entendons soutenir un mécanisme d’assistance aux parlements, pour faciliter
l’échange des meilleures pratiques sur les législations, réglementations, normes et budgets sur l’eau.
Nous prévoyons de développer des solutions pour la formation des différentes catégories de
professionnels de l’eau adaptées au marché de l’emploi et attractives pour la jeunesse, mises en œuvre
à travers des centres d’excellence, des associations des professionnels de l’eau, des partenariats entre
opérateurs de l’eau, de la mise en réseau et du jumelage des centres de formation sur l’eau. Nous avons l’intention, dans le domaine de l’eau, d’accorder une attention particulière à la prise de conscience et
l’éducation des citoyens, des femmes et des jeunes, pour les responsabiliser.
29. Gardant à l’esprit les responsabilités premières des gouvernements concernés, nous devons mettre
l’accent sur les besoins spécifiques des pays en développement, notamment des pays les moins
avancés, en termes de ressources financières adéquates, prévisibles et durables, de renforcement des
capacités et de transfert de technologie pour la réalisation des objectifs internationaux agréés, en
particulier sur la gestion intégrée des ressources en eau et l’accès à l’eau potable et à l’assainissement.
30. Nous, ministres et chefs de délégations, saluons les résultats du 6ème Forum mondial de l’eau « le
temps des solutions », tenu à Marseille du 12 au 17 mars 2012, et sommes d’accord pour qu’ils soient
largement diffusés dans les enceintes pertinentes, dont la conférence des Nations Unies sur le
développement durable « Rio+20 », en mettant l’accent sur les priorités suivantes :
L’accélération de la mise en œuvre des obligations en matière de droits de l’homme pour l’accès à l’eau
potable et à l’assainissement pour le bien-être de tous et la santé, en particulier pour les plus
vulnérables, et l’amélioration de la gestion des eaux usées ;
Les interrelations entre l’eau, l’énergie et la sécurité alimentaire, en assurant la pleine cohérence des
politiques et le bon fonctionnement des écosystèmes liés à l’eau, en vue d’exploiter les synergies et
éviter les effets négatifs entre secteurs, créatrices d’une croissance durable et d’emploi ;
L’incorporation de l’eau dans toutes ses dimensions, économiques, sociales et environnementales, dans
un cadre de gouvernance, de financement et de coopération, en s’appuyant sur les progrès accomplis
vers la réalisation des objectifs du millénaire pour le développement d’ici 2015 et au-delà.
31. Nous partageons en outre les idées suivantes :
Les tables rondes de haut niveau tenues pendant la conférence ministérielle offrent autant d’occasions
d’identifier des solutions et des engagements pour progresser sur les questions de l’eau ;
Les partenariats noués avec les parlements, ainsi qu’avec les autorités locales et régionales qui jouent
un rôle pivot, à la fois politique et opérationnel, sur ces questions, devraient se poursuivre, le cas
échéant, en lien avec les processus thématiques, régionaux et racines et citoyenneté du 6ème Forum
mondial de l’eau ;
Nos solutions et engagements pour l’eau devraient être, le cas échéant, consolidés et diffusés et leur
mise en œuvre suivie et évaluée, par les autorités compétentes, pour bénéficier aux prochains Forums
mondiaux de l’eau ; et
32. Nous remercions le gouvernement français, la ville de Marseille et le conseil mondial de l’eau pour
leur organisation de la conférence ministérielle.

EPD

March 14, 2012

Diarrhée, choléra, ces fléaux progresseraient aujourd’hui dans l’indifférence générale

Tous les jours, il est constaté les ravages causés par l’eau insalubre parmi les populations de pays pauvres victimes d’un conflit ou d’une catastrophe. Le principal fléau dans ce domaine s’appelle la diarrhée ! Facile à soigner elle est pourtant mortelle dans plusieurs de ces pays. Selon les études, il n’y aurait pas moins de 1,5 million d’enfants de moins de 5 ans qui en sont victimes chaque année.

Diarrhée, choléra, ces fléaux progresseraient aujourd’hui dans l’indifférence générale, du Tchad à la RDC, en passant par le Niger, chaque année 130 000 êtres humains en meurent, et 3 à 5 millions d’enfants en sont infectes ! Et s’il faille y ajouter également la typhoïde, dengue, hépatites et bien d’autres maladies dites hydriques véhiculées par l’eau insalubre, le manque d’eau serait la première cause de mortalité au monde, devant les guerres et le sida.

Certes, les maladies cardio-vasculaires sont de fait la cause principale de mortalité, cette mortalité n’est pas de même nature que les maladies hydriques qui affectent principalement des enfants et adolescents. En effet, il y aurait chaque année 3,6 millions morts dus à l’eau non potable, dont 90 % de moins de 14 ans. Or, cette grande cause est souvent ignorée ou simplement négligée. Les efforts conjugués, notamment des grandes agences des Nations unies (Unicef, OMS, WSSCC…), contribuent concrètement à une amélioration de l’accès à l’eau potable dans le monde. Mais globalement, cette priorité est largement sous estimée et les ressources et la gouvernance mondiale insuffisantes.

Ce Forum, après celui d’Istanbul en 2009, vient juste après le vote par les Nations unies le 28 juillet 2010 d’une résolution faisant de l’eau potable un droit humain : “Le droit à l’eau garantit à chaque etre humain de disposer pour son usage personnel et domestique d’une eau abordable et saine, en quantité suffisante, de qualité acceptable et accessible.”

Mais comment ne pas faire de l’accès à l’eau potable, à l’assainissement et à l’hygiène, qui est la solution face aux maladies hydriques, une priorité des priorités.

EPD

March 13, 2012

Accès à l’eau, le Cameroun s’engage…

Eddy Patrick Donkeng (epdonkeng@yahoo.fr)

Parmi les neuf Etats regroupés au sein de l’Autorité du Bassin du Niger (ABN), le Cameroun s’est engagé à mettre en œuvre le droit à l’accès à l’eau potable et à l’assainissement pour tous. Cette bonne nouvelle est contenue dans une déclaration remise au Forum mondial de l’Eau qui se tient en ce moment à Marseille en France.

Le président tchadien Idriss Deby Itno devant la presse à Marseille a tenue a faire savoir que la survivre des populations du Bassin du Congo est conditionnée par la vie des bassins du lac Tchad et du Niger. Au Tchad comme dans les pays de l’Afrique sèche, la maîtrise de l’eau et de l’énergie sont centrales. Les populations du grand nord Cameroun sont les premiers liées aux ressources du lac. Ce lac se situe à la lisière sud du Sahara, entre le Cameroun, le Tchad, … Placer l’assainissement et l’accès à l’eau au rang des priorités de l’action publique, est un pas important dans la résolution de la question au niveau du pays. L’étape suivante consiste à lever les fonds nécessaires pour répondre à ces promesses. Rappelons que le Niger est le troisième fleuve d’Afrique. Long de 4.200 km, il couvre un bassin de 2,1 millions de km2 et assure la survie de plus de 110 millions de personnes. La situation de ce fleuve qui n’est pas loin de celle du lac Tchad. La superficie du Lac Tchad a diminué de 95% au cours des 50 dernières années, passant de 25.000 km2 en 1963 à moins de 2.000 km2. Avec une profondeur qui aujourd’hui n’excède pas 4 m.

Une meilleure valorisation de ces ressources en eau devrait permettre d’assurer l’autosuffisance alimentaire, compenser une irrégularité climatique qu’ accentuerait le changement global et par la même assurerait la satisfaction des besoins fondamentaux des 30.000.000 habitants de la région du lac. Les principales activités économiques sont la pèche, l’élevage, l’agriculture et le commerce. Depuis le début des années 1980, ce lac est l’objet des convoitises entre les pays partageant ses ressources, à savoir le Cameroun, le Nigéria, le Niger et le Tchad.

Le Sommet de Marseille se veut un Sommet de l’action et non un forum de plus. Il est bien sur vrai que les Ministres des finances ne font pas partie de cette session mais seront présents aux Etats-Unis le mois prochain. L’objectif est de concrétiser ces déclarations par des implications matérielles et financières.

 

March 12, 2012

Impliquer les journalistes africains dans les processus de prises de décisions.

Eddy Patrick Donkeng  (donkengeddy@gmail.com)

Le 22 Mars prochain, se déroulera comme tous les ans, la Journée mondiale de l’eau. Cette année particulièrement, l’événement sera précédé par un autre grand rendez-vous mondial sur la question. A Marseille se tiendra le sixième Forum mondial de l’eau.  Des rendez-vous qui viennent remettre en lumière la décision du Secrétaire Général de l’ONU, de placer l’assainissement au cœur de toutes les questions du développement.

Au moment où se prépare le Sommet de Haut Niveau aux Etats Unis, le Réseau des journalistes Ouest africains WASH-JN qui a été accepté comme l’une des solutions africaine au problème et qui participe au Forum de Marseille, peine encore à se faire intégrer par les Etats. Des journalistes ont encore des difficultés à se faire enregistrer parmi les experts devant prendre part à ce grand rendez-vous. Amplifier la voix des populations à travers des reportages et des publications retraçant la réalité des populations, voila l’un des objectifs de ce réseau. Puisse le plaidoyer de cette option communicationnelle et informationnelle être amplifiée et intégrer pour les rencontres de Hauts Sommets. De manière concrète, il serait important que ces journalistes spécialisés prennent part a ces discussions et échanges.

Le Sommet de Washington entre ministres des finances et de l’eau aura lieu au mois d’avril aux Etats-Unis. c’est une premiere mondiale dans le sens ou ” Il y a de plus en plus de réunions internationales sur l’eau au niveau des gouvernements mais, habituellement, elles ne réunissent que des ministres spécialisés dans ce domaine.”  Le sommet s’inscrit dans un programme visant « l’assainissement et l’eau pour tous ». Il  traitera de la pertinence et de l’efficacité de l’aide internationale dans le secteur de l’eau. Il fera aussi le point sur les politiques nationales de développement de l’accès à l’eau. Relevons egalement pour le decrier que  l’accès à l’eau potable souffre de financements insuffisants. Consequence d’une sous-estimation des enjeux économiques et sociaux, d’une sous-estimation fréquente des contraintes économiques par les décideurs politiques et de priorités très variables dans les budgets nationaux.

Cet indispensable liquide est susceptible d’être bu par des personnes de tous âges sans entraîner de maladies. À la fin de l’année 2010, 89 % de la population mondiale, soit 6,1 milliards de personnes, avaient accès à des sources améliorées d’eau potable d’après des agences onusiennes. Une progression de plus de 2 milliards en 20 ans, dépassant  l’ambition fixée dans le cadre des objectifs du Millénaire pour le développement. Pourtant, 783 millions de personnes n’a toujours pas accès à de l’eau potable, et des milliards d’autres sans installations sanitaires. Les Nations Unies espéraient réduire de moitié d’ici à 2015 le pourcentage de la population n’ayant pas accès à l’eau potable, ce ne sera possible qu’avec la prise en compte des aspects innovants que relaient les journalistes des pays africains membres du WASH-JN.

 

March 12, 2012

QUARTIERS A LOGEMENT SIC ET MAETUR, EAU, INSALUBRITE ET POLLUTION SE COTOIENT.

Par Leclere DIFFO,

lediffo@gmail.com

CAMERWASH

Les zones urbaines sont-elles réticentes à se débarrasser de la pollution ? La plupart des grandes villes camerounaises  manquent encore de carte d’assainissement et la consolidation d’un mécanisme national de transparence pour la protection environnementale. Y a-t-il une équipe d’entretien dans nos Mairies ? Comment se gèrent l’hygiène et l’assainissement dans les logements sociaux SIC ou MAETUR ? La participation du Cameroun au 6e Forum de Marseille changera-t-elle les choses ?

Faites un tour ou sillonnez les quartiers à logement SIC ou MAETUR (Cité verte, Nlongkak, Mendong, Biyem-assi, que nous avons visité) les problèmes liés aux déversements des fosses sceptiques sont récurrents avec pour corolaire des odeurs pestilentielles, pollutions et les risques des maladies hydriques. A noter que le choléra a fait un passage fort remarqué dans certains de ces quartiers cités ci-dessus. Chaque jour, les égouts se déversent sur la chaussé au vu et su de tout le monde. Une visite dans les centres santés prouvent la résistance des maladies biliaires dans ces zones. Illustrations : nos quartiers sont devenus de camps de concentration de véritables dépotoirs à ordures. Il existe pourtant des bacs à ordures, mais certains habitants préfèrent utiliser les canalisations pour évacuer toutes saletés ou puanteurs. La question : à quoi servent les services d’hygiène dans nos Mairies ? Autrefois, sauf erreur ou omission de notre part, ces agents effectuaient des contrôles de salubrité dans les quartiers ?

La minorité des parcelles lotis est-elle à l’origine de la multiplication de ces fosses qui s’emplissent et se déversent abondamment sur les servitudes utilisées par les habitants avec tous les risques que cela comporte ? C’est dans ces quartiers dit de lotissements SIC et MAETUR que ces déversements se posent avec acuité. Les canalisations de ces quartiers sont devenues de véritables poubelles de bouillons microbiens à ciel ouvert et pour cause les habitants y déversent tous. Pour cette ‘’callboxeuse’’ nommée Jeannette, installée entre deux canalisations (siège de culture de moustiques) de rigoles non couvertes d’expliquer le calvaire qu’elle vit quotidiennement : «parfois assise derrière mon comptoir de ‘callbox’, je suis surprise par des odeurs puantes venant des canalisations qui me poussent à abandonner mon poste à la recherche de l’air pure ah, parfois ce sont les restes de nourritures, poissons et viandes bien décomposés ! Mais je suis déjà habitué puisque je ne sais pas d’où ça vient  » 

Autre lieu, autre situation désastreuse, ici la fosse est ouverte et se déverse à longueur de journée. Mais là où le bat blesse, c’est que dans cette là vive une forte désisté de population et l’on en vient à se demander comment vivent-elles ? Avec ces odeurs aux allures de pollution respiratoire bien plus au encablure de ce triste constat vous trouverez le petit coin des BH (beignet haricot) des individus manger avec indifférence face à ces odeurs difficiles à respirer. Si vous devez passer par là, un conseil : bien vouloir vous munir d’un désinfectant ainsi que d’un masque respiratoire. Les habitants rejettent la responsabilité d’entretien des égouts pour certains à la mairie pour d’autre à la SIC.

Faites le tour en vous rendant particulièrement au lieu dit Ecole des Sources à Biyem-assi où l’expression de la souffrance et les stigmates des habitants à accéder à l’eau potable est criarde tenez près de cette école maternelle se trouve une source qui coule dans la canalisation de rejet des eaux souillées coupure d’eau ou pas, les habitants s’y entassent par dizaine pour cueillir cette denrée (polluée) rare humm alors que nous sommes là au cœur du pays, à ce matin à cet endroit c’est un groupe d’enfant qui se bouscule pour arracher une goute d’eau qui le plus âgé prénommé Roger dans une allure scolaire déclare : « chez nous, il n’y a pas de l’eau et nos parents n’ont pas des moyens pour faire l’abonnement à la CDE, en plus il n’y a pas de bornes fontaines publics ici, nous sommes obligés de puiser dans cette source malgré les conditions d’hygiène » . Avec l’arrivée des pluies, les habitants dégagent un ouf de soulagement raison évoquées, les eaux de pluies servent de curage des caniveaux pollués.

L’accès à l’eau, l’hygiène et l’assainissement reste un réel problème pour nos populations urbaines comme rurales. Un problème que peut résoudre la simple éducation des populations dans les écoles, les quartiers.

March 12, 2012

LANCEMENT OFFICIEL DE L’AGENCE INTERGOUVERNEMENTALE PANAFRICAINE EAU,ASSAINISSEMENT POUR L’AFRIQUE!!J

March 12, 2012

“SEPT PERSONNES MEURENT CHAQUE MINUTE DE L’EAU INSALUBRE”

Par

Oriane Alix

Equinoxe TV Douala

kado2005_2006@yahoo.fr

Cette déclaration est ci est évoquée pour faire comprendre qu’il n’ya plus une seule minute à perdre. Et pourtant, les débats sembleront se focaliser pendant le 6e Forum Mondial de l’Eau à Marseille sur des chiffres donnés par l’UNICEF et l’OMS et qui semblent bien loin de la réalité. Dans un communiqué commun diffusé le 6 mars, les deux agences onusiennes se félicitent d’avoir atteint, et même dépassé, la « cible des Objectifs du Millénaires pour le Développement (OMD) relative à l’eau ». Selon elles, 89 % de la planète a aujourd’hui accès à l’eau potable.

Au Cameroun, à Douala par exemple, des puits sont construits dans certains quartiers pour résoudre le problème. Et des puits on en trouve en grand nombre. Il est donc clair que ces populations ont accès à l’eau. Cependant, des techniciens d’urbanisme et de génie sanitaire attestent que le sol de la ville est sablonneux. Ce qui suppose que les eaux circulent en dessous sans problème. A New Bell comme à Bepanda et autres, ces puits sont construits à environs 4m des toilettes faites en matériaux provisoires. Mais seulement une eau contaminée par les infiltrations d’eaux usées dans le sol. Annoncer avoir atteint ces OMDs tout en reconnaissant dans le même temps « le retard persistant dans le domaine de l’assainissement », amène à se poser des questions sur la réalité des chiffres. Cet exemple indique le lien étroit existant entre l’eau et l’assainissement et au même moment invite a revoir les indicateurs de l’enquête. Si un environnement n’est pas sain, l’eau qui y est consommée peut-elle être potable ?

Il est relevé qu’aujourd’hui, 2,5 milliards de personnes ne disposent pas d’installations sanitaires et 1,1 milliards défèquent encore à l’air libre. (…)

Gérard Payen conseiller pour l’eau & l’assainissement du secrétaire général des Nations Unies a mené une étude relève également que les maladies liées à l’eau non potable et à un environnement insalubre sont la première cause de mortalité au monde, avec 3,6 millions de victimes par an, soit 7 personnes qui meurent chaque minute. D’après  cette étude, « le nombre de personnes qui ont besoin d’une eau véritablement potable, non malsaine, non insalubre, une eau qui n’est pas trop loin de leur domicile, qui leur permet de se rendre à l’école et d’aller travailler, une eau qui n’est pas trop chère… ne se compte pas en millions de personnes, mais en milliards. » L’auteur estime qu’environ 1,9 milliards de personnes n’ont d’autre choix que de boire une eau dangereuse pour leur santé. Il est toutefois reconnu les multiples actions positives réalisées par l’UNICEF et l’OMS, en partenariat avec les acteurs humanitaires, dans le domaine de l’accès à l’eau potable et à l’assainissement dans le monde, auxquelles il faille ajouter le besoin d’une augmentation des ressources affectées à l’accès à l’eau potable et à l’assainissement. Marseille devrait pouvoir aboutir a un résultat semblable car l’action sans moyen n’est pas différente d’un puits sans eau.

March 12, 2012

LES ENJEUX DE LA COMMUNICATION AU SERVICE DE L’EAU

Par 

Pierre-Marie Grondin,

Secrétaire Exécutif du PS-Eau.

Les enjeux de la communication et des nouvelles technologies de l’information sont constamment présents dans les discours politiques et les médias. Les questions liées à l’eau ne font elles que de très épisodiques apparitions sur le devant de la scène. Il faut des catastrophes (inondations, sécheresses massives…) pour que l’attention se porte sur cet élément vital, rare et stratégique.

Pourtant, que ce soit à La Haye en mars 2000 ou à Stockholm en août de cette même année, les constats alarmistes se succèdent, aussi bien en matière de diminution de la qualité de la ressource que de difficultés d’accès pour les plus pauvres. Les expériences et les compétences en matière de préservation de la ressource et d’amélioration de l’accès à l’eau existent bel et bien ; malheureusement, elles restent trop souvent connues de petits cercles d’initiés. Pour se faire entendre, les professionnels et les bénévoles mobilisés autour de la cause de l’eau doivent associer de plus en plus les politiques et les médias à leurs actions. C’est en soulignant les enjeux politiques, économiques et sociaux de la maîtrise de l’eau qu’ils pourront mobiliser ces milieux, et partant, l’ensemble de la population.

Les détenteurs des nouvelles technologies de l’information se doivent de répondre à cet appel ne serait-ce que pour justifier le battage qui est fait autour du « potentiel » économique et social de leurs outils, ne parviendront à assumer le rôle social qu’ils revendiquent que s’ils s’impliquent aux côtés de ceux qui, au jour le jour, permettent à quelques centaines de milliers de personnes d’accéder à de meilleures conditions de vie (santé, accès à l’eau, etc.). Enfin, à l’instar de la Taxe Tobin, une part de l’information et des moyens qui y sont consacrés devrait être réservée à l’amélioration les conditions de vie des hommes ; l’accès à une eau saine en étant un des éléments principaux.

March 9, 2012

Ahead of World Water Forum – Government to invest in the Water Sector

By Diana Coker
dianacoker1@yahoo.com

The 6th World Water Forum will take place in Marseille, France on the 12 – 17 March 2012. This is the world largest meeting around the issue of water. The goal of the forum is to tackle the challenges our world is facing and bring water high on the political agenda.

One year ago at the United Nations, 189 states agreed that the right to water everywhere on the planet, for all and everyone must be guaranteed and implemented. Nearly two years ago experts in water and sanitation issues AITKINS UK advised the Sierra Leone government to reconsider an adjustment on the tariff of water to meet current economic trend.
Since 2006, a gallon of portable water produced by Guma Valley Water Company for domestic consumer cost Le 1.30 cent ($ 0.25) and that of commercial consumers is Le13.000 equivalent to $4, these rates have been classified as the cheapest in the world.

Notwithstanding, the low tariff, Sierra Leone is still striving to implement the right to water, the in availability and inaccessibility of clean drinking water is still a problem posing huge challenges to the main service provider of portable water in the city. To get the facts together, investigation carried out clearly proves that currently the main source of supply, the Guma Dam at mile 91 produces at its maximum 16.5 million gallons of water per day.

There is growth in population increase in the city for the past 10 -13 years thus leading to newly developed communities that are yet to access safe drinking water. The challenges the company faces are numerous mostly ranging from the authorised interference on the system (e.g. cutting of pipes, valve regulation by non Guma workers deforestation of smaller water sources leading to pollution, wide spread illegal connection and failure to pay bills by consumers. According to a worker, who prefers anonymity for obvious reasons, most of the Ministries, Departments and Agencies owe the company huge amount of monies and therefore they could not address some technical related problems and increase water supply to unserved areas.

Furthermore, investigations so far have proven that the Guma Valley Water Company does not benefit from government subvention like the case of the National Power Authority about 83 thousand dollars is spent quarterly for the purchasing of chemicals (chlorine, lime and alum). The cost of running the company is so high that there is urgent need for additional assistance from both government and other international financial institutions to kick start the much trumpeted Orugu Dam in the east of Freetown.

The development of a second dam must be given serious consideration to address the water crisis. As both Parliamentary and Presidential elections are fast approaching, it is hoped that politicians place water, sanitation and hygiene issues at the heart of the country’s development agenda, they must ensure that policies are translated into real actions that will directly impact on the lives of the poor and marginalized, who are faced with the daily dilemma of inaccessibility to safe drinking water and affordable sanitation in their communities and to also attract more companies to invest in the country. Water is life.

Follow

Get every new post delivered to your Inbox.

Join 879 other followers